Page d'accueil Dernières Nouvelles Infos sur le Consulat Général Infos sur la circonscription Affaires consulaires Contactez-nous
Texte intégral : Rapport d'activité du gouvernement chinois
2012/03/23

la 5e session annuelle de la 11e Assemblée populaire nationale (APN, parlement chinois) le 5 mars 2012 à Beijing.

Camarades député(e)s,

Au nom du Conseil des affaires d'État, j'ai l'honneur de soumettre à l'examen de la présente session de l'Assemblée le rapport sur le bilan de l'action gouvernementale; j'invite par la même occasion les membres du Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois, qui assistent aux travaux de la présente session, à nous faire part de leurs remarques sur ce rapport.

I. BILAN DU TRAVAIL ACCOMPLI EN 2011

L'année passée, confronté à un environnement politico-économique international complexe et changeant et à de lourdes tâches à accomplir dans la réforme et le développement du pays, notre peuple multiethnique, vibrant d'une même volonté et en conjuguant ses efforts, a remporté, sous la direction du Parti communiste chinois, des succès remarquables dans la réforme, l'ouverture sur l'extérieur et la modernisation socialiste: le PIB s'est chiffré à 47 200 milliards de yuans, soit une hausse de 9,2%; les recettes budgétaires ont atteint 10 370 milliards de yuans, soit une augmentation de 24,8%; la production céréalière s'est élevée à 571,21 millions de tonnes, établissant un nouveau record; 12,21 millions de nouveaux emplois ont été créés dans les agglomérations urbaines; le revenu net moyen des citadins a augmenté de 8,4%, et celui des ruraux de 11,4%. Nous avons étayé et même accru le champ de nos succès dans notre lutte contre la crise financière internationale, inaugurant le XIIe Plan quinquennal sous des auspices prometteurs.

Pendant l'année écoulée, nous nous sommes consacrés essentiellement à l'accomplissement des tâches suivantes:

I) Renforcement et amélioration du contrôle macroéconomique et restriction de l'envolée des prix afin de réaliser un développement régulier et relativement rapide de notre économie. Nous avons appliqué une politique budgétaire de relance et une politique monétaire prudente, continué de bien traiter les rapports entre le maintien d'un développement régulier et relativement rapide de l'économie d'une part, et la restructuration économique et le contrôle des anticipations inflationnistes de l'autre. Nous nous sommes attachés à maîtriser les priorités, l'intensité et le rythme de la mise en œuvre de nos politiques, à contrôler l'économie avec prudence et souplesse, en temps opportun et dans une mesure appropriée, de manière à rendre notre action mieux ciblée, plus flexible et plus prospective. Alors que les anticipations inflationnistes mondiales ne cessaient de s'accroître, que le prix des produits primaires essentiels fluctuait tout en restant à un niveau élevé sur le marché international, que le prix des facteurs de production internes montait notablement et que l'offre de certains produits agricoles demeurait insuffisante, nous avons, face à cette situation difficile, fait de la stabilisation des prix la priorité de notre contrôle macroéconomique, adopté une approche intégrée et recouru de façon appropriée aux instruments de la politique monétaire pour réajuster la croissance du volume global de l'offre monétaire et du crédit. En même temps, un grand effort a été consenti pour développer la production, garantir l'offre des produits, réactiver leur circulation et renforcer nos contrôles. Grâce à ces mesures, l'envolée de l'indice des prix à la consommation (IPC) et de celui des prix à la production (IPP) s'est ralentie progressivement depuis le mois d'août, ce qui a mis un frein à cette vertigineuse flambée des prix. Au second semestre, l'économie mondiale est entrée dans une phase d'instabilité et d'incertitude encore plus marquée et notre économie a rencontré de nouveaux problèmes. Dans cette situation, nous avons d'une part poursuivi l'orientation de notre contrôle macroéconomique, maintenu la stabilité essentielle de notre politique pour continuer de contenir l'inflation; d'autre part, nous avons adéquatement veillé à opérer en temps utile des microrégulations et régulations préliminaires, amélioré la concordance entre la politique industrielle et celle du crédit, et renforcé les réductions fiscales structurelles. Nous nous sommes efforcés de prendre des mesures ciblées pour régler les contradictions aiguës dans le fonctionnement économique: nous avons donné la priorité au développement de l'économie réelle, surtout des petites entreprises et microentreprises; nous avons privilégié la mise en œuvre des projets visant à améliorer le niveau de vie de la population, notamment les capacités de logement social; nous avons accordé une grande importance à la fourniture des capitaux nécessaires aux grands projets de construction en cours et à ceux dont le financement s'étale sur plusieurs exercices budgétaires. Nous avons renforcé fermement notre contrôle sur le marché immobilier, afin que les mesures de contrôle et de régulation adoptées soient effectivement appliquées et portent fruit. Ainsi, la demande à des fins spéculatives et d'investissement a été freinée, si bien que le prix du logement a baissé mois après mois dans la plupart des villes. Les effets de nos contrôles se font de plus en plus sentir. Nous avons veillé à prévenir et à résorber les risques financiers latents. S'agissant de la dette des instances locales, grâce à un audit intégral, nous connaissons désormais le montant total, l'origine, les échéances et la répartition régionale des dettes des gouvernements locaux accumulées pendant de longues années. Certes, ces dettes gouvernementales ont joué un rôle positif dans le développement économique et social et donné naissance à un volume important d'actifs de qualité, mais elles présentent aussi des risques latents, et sont surtout susceptibles d'engendrer des risques locaux dans les régions où la solvabilité est plutôt faible. Il a été procédé, en même temps qu'à des opérations d'acquittement, de remise en ordre et de réglementation des dettes gouvernementales, à un audit intégral et consciencieux afin de juguler leur augmentation. Nous avons réglé, énergiquement mais sans précipitation, les problèmes de remboursement existants et assuré le financement continu des projets de construction en cours. Pour le moment, nos dettes gouvernementales sont encore contrôlables et ne présentent pas de risques. Dans l'ensemble, l'économie nationale a progressé dans le sens de nos objectifs macroéconomiques, de telle sorte qu'elle a vu se renforcer continuellement son aptitude à surmonter les crises et connu une évolution favorable caractérisée par un rythme de croissance relativement rapide, une tendance à la stabilisation des prix, une rentabilité satisfaisante et une amélioration des conditions de vie.

II) Changement accéléré du mode de développement économique et amélioration de la coordination du développement et de la compétitivité de nos industries. Nous avons adopté des politiques différentes en fonction des secteurs: soutien pour certains, contrôle pour d'autres, politiques qui ont contribué à promouvoir la restructuration optimale et la montée en gamme de nos industries, et à accroître les forces de réserve de notre développement.

Nous avons continué de consolider et de renforcer la place essentielle de l'agriculture dans l'économie nationale. Concrètement, nous avons appliqué sur toute la ligne notre politique visant à développer l'agriculture et les régions rurales et à améliorer le niveau de vie de leurs habitants; nous avons augmenté les subventions à la production agricole et élevé progressivement le prix d'achat plancher des céréales; nous avons renforcé la construction des infrastructures rurales et agricoles en accordant la primauté à celle des ouvrages hydrauliques, procédé à l'aménagement des terres, amélioré les services scientifiques et techniques à l'agriculture et augmenté notre capacité à prévenir les catastrophes naturelles et à en réparer les conséquences. Les finances centrales ont alloué au sannong [monde rural: paysans, agriculture et régions rurales] plus de 1 000 milliards de yuans, soit une hausse de 183,9 milliards de yuans par rapport à l'année précédente. Nous avons obtenu ainsi une belle récolte l'année dernière: le volume global de la production céréalière a connu sa huitième hausse consécutive, chose rarement vue dans l'histoire; de surcroît, en franchissant le seuil des 500 millions de tonnes pendant les cinq dernières années, notre capacité générale de production céréalière a marqué un nouveau progrès. Dans les régions rurales, nous avons poursuivi la rénovation des maisons vétustes, 63,98 millions supplémentaires de ruraux ont eu un accès direct à l'eau potable; 600 000 personnes ont bénéficié du raccordement au réseau électrique; les conditions de vie et de production se sont améliorées.

Nous avons accéléré la restructuration optimale de nos industries. Nous avons déployé de grands efforts pour développer de nouvelles industries stratégiques, accélérer le développement des nouvelles énergies, des nouveaux matériaux, de la pharmaceutique biologique, de l'industrie manufacturière haut de gamme et des véhicules utilisant les nouvelles énergies, et pour faire progresser plus énergiquement les expériences pilotes dans des domaines tels que la convergence des réseaux Internet, de téléphonie et de télévision câblée, le cloud computing et l'Internet des objets. Les fusions-acquisitions et les regroupements d'entreprises ont enregistré de nouvelles avancées. Afin d'appuyer le redressement des industries-clés et leur refonte technique, le budget central a alloué 15 milliards de yuans pour soutenir plus de 4 000 projets, entraînant un investissement total de 300 milliards de yuans. Nous avons accéléré le développement de services modernes tels que les services d'information et de consultation et le commerce électronique; les services émergents n'ont cessé de prendre de l'ampleur. Les industries du transport et des communications se sont développées rapidement, les bases du développement socioéconomique se sont consolidées.

Nous avons promu les économies d'énergie, la réduction des émissions polluantes et la protection des écosystèmes. Nous avons publié et appliqué un plan des approches intégrées destiné à assurer les économies d'énergie et la réduction des émissions polluantes, un autre visant à contrôler les émissions de gaz à effet de serre au cours du XIIePlan quinquennal, ainsi que des Avis sur le renforcement de la protection de l'environnement. Les centrales électriques qui fonctionnent grâce à des énergies propres représentent une capacité de 290 millions de kilowatts, soit 33,56 millions de kilowatts de plus que l'année précédente. Nous avons poursuivi la réalisation des projets-clés en matière d'économies d'énergie et de protection environnementale: la capacité de traitement des eaux usées a été augmentée de 11 millions de tonnes par jour dans les agglomérations urbaines, les nouvelles centrales électriques au charbon mises en service l'année dernière, représentant une production de plus de 50 millions de kilowatts, ont toutes été équipées d'installations de désulfuration. Nous avons intensifié les contrôles sur les secteurs gros consommateurs d'énergie, à fortes émissions polluantes ou ayant des capacités de production excédentaires: nous avons éliminé 150 millions de tonnes de capacités de production obsolètes dans les cimenteries, 31,22 millions de tonnes dans les fonderies et 19,25 millions de tonnes dans les cokeries. Nous avons exécuté la deuxième tranche du projet de préservation des forêts naturelles et majoré les subventions dans ce domaine; nous avons aussi appliqué les politiques de subvention et d'incitation en vue de protéger les steppes, introduit à titre expérimental la protection des écosystèmes lacustres et réalisé un reboisement de plus de 92 millions de mu [environ 6,13 millions d'hectares].

Nous avons favorisé le développement interrégional coordonné. Nous avons poursuivi sur une plus grande échelle la stratégie globale de développement interrégional et le projet de création de régions à fonctions spécifiques. Nous avons mis en œuvre une série de mesures préférentielles qui devraient permettre à des régions comme le Tibet et le Xinjiang de réaliser un véritable bond en avant dans leur développement; nous avons établi et appliqué un nouveau programme décennal d'aide au développement des régions rurales pauvres, ainsi qu'un plan de relance des régions frontalières et d'enrichissement de leur population. Grâce à ces mesures, les différentes régions se sont développées de façon plus coordonnée; les régions du Centre, de l'Ouest et du Nord-Est ont vu leurs principaux indices économiques progresser plus rapidement que la moyenne du pays; tandis que la transformation économique et la montée en gamme des industries des régions de l'Est se sont accélérées. Le taux d'urbanisation a dépassé 50%, ce qui représente un changement historique dans la structure sociale chinoise. Par ailleurs, nous avons achevé la reconstruction de la région de Wenchuan (Sichuan), victime d'un terrible séisme en 2008, et nous avons poursuivi nos efforts dans la lutte contre les fléaux naturels et la rénovation des régions de Yushu (Qinghai), de Zhouqu (Gansu) et de Yingjiang (Yunnan).

III) Progression des services sociaux et promotion d'un développement économique et social coordonné. Les gouvernements à tous les échelons ont augmenté les financements destinés aux sciences et techniques, à l'éducation, à la culture, à la santé publique et aux sports. Les finances publiques ont affecté 2 820 milliards de yuans à ces secteurs.

Notre capacité d'innovation scientifique et technologique s'est continuellement élevée. Notre recherche fondamentale et celle sur les technologies de pointe ont été renforcées. Grâce à l'exécution des grands projets nationaux scientifiques et technologiques, nous avons réalisé des percées dans des technologies-clés et comblé le retard pris dans la mise au point de certains produits et équipements d'importance capitale. Le lancement avec succès du module spatial Tiangong-1 et du vaisseau spatial Shenzhou-8 puis leur arrimage automatique en orbite ont ouvert une nouvelle ère dans l'histoire chinoise de l'aérospatiale habitée.

Nous avons fait des progrès dans la promotion de l'équité dans le domaine éducatif. Nous avons appliqué sur une plus grande échelle les directions du Plan de réforme et de développement de l'éducation. Grâce aux inlassables efforts déployés durant les 25 dernières années, nous avons réalisé l'objectif de l'enseignement obligatoire de neuf ans. Nous avons exempté de frais de logement plus de 30 millions d'internes ruraux et subventionné 12,28 millions d'élèves parmi eux qui sont issus de familles pauvres du Centre et de l'Ouest. Un système complet d'aide aux élèves des familles démunies a été mis en place. Le problème de l'intégration dans l'enseignement obligatoire des enfants accompagnant leurs parents venus travailler en ville a été globalement réglé. Nous avons poussé l'application du Plan d'action triennal pour l'éducation préscolaire afin d'augmenter le taux d'accès à la maternelle. L'enseignement professionnel s'est considérablement développé. Nous avons renforcé la formation continue des enseignants du primaire et du secondaire, étendu les essais de réforme concernant l'octroi de leurs grades professionnels, et élevé le niveau général de la qualification de l'ensemble du corps enseignant du primaire et du secondaire. Cette année, les premiers diplômés formés au métier d'enseignant dans le cadre de la politique de gratuité de la formation ont tous commencé d'enseigner dans le primaire et le secondaire, et ce à plus de 90% dans les régions du Centre et de l'Ouest.

Nous avons renforcé l'édification culturelle. Les finances centrales ont augmenté leur soutien aux projets culturels bénéfiques à la population, entraînant un accroissement notable de fonds alloués par les instances locales aux œuvres culturelles d'intérêt public. Davantage d'installations culturelles publiques ont été ouvertes gratuitement au public, et ont commencé à enrichir la gamme de leurs services. Pendant que la réforme du système culturel poursuivait sa progression, l'industrie culturelle a connu un développement accéléré. La sauvegarde du patrimoine matériel ainsi que la protection et la perpétuation du patrimoine culturel immatériel ont donné des résultats encourageants. Nous avons renforcé la construction d'installations sportives publiques; les activités sportives populaires se sont vigoureusement développées; de nouveaux progrès ont été obtenus dans le secteur sportif.

Nous avons poursuivi avec un zèle avisé la réforme du système médical, pharmaceutique et sanitaire. Nous avons élargi la couverture de l'assurance maladie de base: 1,3 milliard de citadins et de ruraux y ont adhéré. Un système censé couvrir toute la population a ainsi pris forme. Le taux de remboursement des frais réglementaires d'hospitalisation a été relevé, et davantage de maladies graves sont désormais prises en charge par l'assurance maladie. Les finances publiques à tous les échelons ont porté de 120 à 200 yuans par personne l'allocation annuelle versée à l'assurance maladie de base des citadins et au nouveau régime de la mutuelle médicale rurale. Le système national d'utilisation prioritaire des médicaments de base a été mis en œuvre dans tous les établissements médicaux et sanitaires publics à la base; la sûreté des médicaments de base a été renforcée et leur prix a baissé. Les expériences pilotes de la réforme des hôpitaux publics ont été poursuivies de façon ordonnée. Le système de services médicaux et sanitaires à la base a pris forme. De nouveaux progrès ont été réalisés dans l'uniformisation des services de santé publique de base.

IV) Garantie et amélioration des conditions de vie de la population et résolution des problèmes liés aux préoccupations quotidiennes des masses populaires. Accordant toujours une importance prioritaire à la vie de la population, nous nous sommes efforcés de faire partager les fruits de la réforme et du développement à l'ensemble de nos concitoyens, et de promouvoir l'équité et la justice sociales.

Nous avons appliqué une politique d'emploi plus active. Nous avons favorisé la création d'emplois par divers canaux, stimulé l'emploi par la création d'entreprises, et renforcé la formation professionnelle et le système des services d'emploi publics. Nous avons fait appel aux moyens budgétaires, fiscaux et financiers pour favoriser l'embauche des diplômés universitaires, des travailleurs migrants et des autres catégories de personnes qui éprouvent des difficultés particulières à trouver du travail. L'année passée, le taux d'embauche des diplômés sortant de l'université a atteint 77,8% (+1,2point). Le nombre des paysans reconvertis dans les secteurs non agricoles a atteint 253 millions, soit un accroissement de 4,4% par rapport à l'année passée, et celui des travailleurs migrants s'est élevé à 159 millions (+3,4%).

Nous avons régulé les rapports de distribution des revenus de façon active. Nous avons notamment relevé les bas revenus. Les habitants ruraux ont vu leur revenu net moyen augmenter de façon très sensible depuis 1985, dépassant la croissance de celui des citadins pendant les deux dernières années. Le salaire minimum a été largement relevé dans tout le pays. Depuis sept ans, la pension de vieillesse de base des retraités des entreprises a fait l'objet de majorations successives: en 2011, la pension de chaque retraité a été relevée en moyenne de 1 680 yuans, ce qui a profité à plus de 57 millions de personnes. Nous avons augmenté les minima sociaux couvrant les citadins et les ruraux, ainsi que les indemnités et les subventions accordées à des militaires invalides, des familles de militaires morts en service commandé et d'autres catégories d'agents de l'État ainsi que leurs familles. En 2011, nous avons versé une subvention individuelle exceptionnelle à plus de 86 millions de personnes démunies parmi lesquelles des allocataires des minima sociaux en ville comme à la campagne, et des bénéficiaires ruraux des cinq garanties [nourriture, habillement, logement, soins médicaux et frais d'obsèques, ou frais d'études des orphelins]. Un mécanisme de réajustement des normes de l'aide et de la protection sociales en fonction de la hausse des prix a été mis sur pied. On a relevé le pourcentage des personnes à moyens revenus. L'abattement à la base de l'impôt sur le revenu des personnes physiques est passé de 2 000 à 3 500 yuans et les charges fiscales de plus de neuf millions d'entrepreneurs individuels ont été allégées. Le gouvernement central a décidé une nouvelle norme nationale d'aide aux paysans démunis, en incluant ceux dont le revenu net moyen est égal ou inférieur à 2 300 yuans (prix constant sur l'année 2010), soit une élévation de ce seuil de 92% par rapport à l'année 2009, ce qui a permis à davantage de ruraux à bas revenus de faire l'objet d'une assistance. Cela marque un grand progrès social.

Nous avons consolidé notre système de protection sociale. Nous avons continué d'étendre la couverture de la protection sociale, le nombre des citadins ayant souscrit aux différentes assurances (vieillesse, chômage, accident du travail et maternité) s'est considérablement accru. Le projet pilote de l'assurance vieillesse pour habitants urbains a été lancé dans 2 147 districts (municipalités et arrondissements de même échelon administratif): 13,34 millions de personnes y ont souscrit, et 6,41 millions de retraités perçoivent une pension. L'expérience pilote du nouveau régime de l'assurance vieillesse pour habitants ruraux s'est poursuivie dans 2343districts (municipalités et arrondissements de même échelon administratif): 358 millions de personnes y ont adhéré, et 98,8 millions de personnes perçoivent une pension de vieillesse, soit une couverture de plus de 60% des régions rurales. Le problème de l'assurance vieillesse de plus de cinq millions de retraités des entreprises collectives, relégué par l'histoire, a été réglé. Grâce au nouveau régime d'assurance accident du travail, ont été prises en charge 3,12 millions de personnes parmi lesquelles les victimes d'un accident du travail avant la date d'entrée en vigueur du régime actuel ainsi que les parents des salariés décédés lors d'un tel accident. Le transfert et la reprise interrégionaux de l'assurance vieillesse se sont poursuivis de façon ordonnée. Notre système de protection sociale s'est continuellement amélioré, il a franchi une étape des plus marquantes pour devenir un système institutionnel qui profitera à tous. Il s'agit là d'une avancée significative pour ce qui est de rendre équitables nos services publics de base.

Nous avons accordé une très grande importance à la construction de logements sociaux. Concrètement, nous avons promulgué des directives sur leur construction et leur gestion, parachevé les mesures politiques de financements publics, de fourniture de terrains, de prêts bancaires et de réduction ou d'exemption fiscales en faveur de leur construction, amélioré la planification et la qualité des travaux, et élaboré une réglementation en régissant l'attribution, la gestion et la restitution. Sur ce chapitre, les finances centrales ont débloqué un fonds de 171,3 milliards de yuans, soit 2,2 fois le budget de 2010. Au cours de l'année écoulée, 4,32 millions de logements sociaux urbains ont été livrés, et 10,43 millions mis en chantier.

Nous nous sommes attachés à maintenir la sécurité publique. Nous avons rendu plus rigoureux le contrôle sur la sécurité de la production, et le travail d'enquête, de règlement et de recours en responsabilité lié aux cas d'accidents graves a été mené avec sérieux et efficacité. Nous avons parachevé le système et les mécanismes de contrôle sur la sécurité alimentaire en sévissant contre la production illégale et l'utilisation abusive des additifs. Nous avons renforcé la gestion sociale et innové dans ce domaine en insistant sur l'importance de placer l'homme au centre de toutes nos préoccupations et d'être d'abord au service de la population. Nous avons procédé à des enquêtes minutieuses sur les conflits sociaux et les avons résorbés correctement, nous avons puni en vertu de la loi tous les actes criminels, de ce fait l'harmonie et la stabilité règnent dans notre société.

V) Approfondissement de la réforme et de l'ouverture sur l'extérieur pour donner une nouvelle vitalité et une nouvelle force motrice au développement économique et social. En fonction des objectifs de la réforme fixés par le XIIe Plan quinquennal, nous avons redoublé d'efforts pour accélérer la réforme des secteurs prioritaires et des maillons-clés.

Nous avons travaillé au parachèvement du système des finances publiques, en particulier à l'amélioration du système de gestion budgétaire, en incorporant dans celui-ci tous les fonds extrabudgétaires et en étendant le champ d'application des projets budgétaires des fonds gouvernementaux. En approfondissant la réforme du budget sectoriel, nous avons encouragé une plus grande transparence des budgets gouvernementaux et de l'exercice budgétaire, notamment en ce qui concerne les "trois frais publics courants" [missions à l'étranger (ou à Hong Kong, Macao et Taiwan), acquisition et utilisation de voitures de fonction et réceptions officielles] des 98 départements des autorités centrales, ainsi que des municipalités de Beijing et de Shanghai et des provinces du Guangdong et du Shaanxi. Nous avons appliqué, à l'échelle nationale, la réforme de la taxation de l'essence et du gaz alignée sur leur prix de vente, et mis en place un projet visant à expérimenter la conversion de la taxe sur le chiffre d'affaires en taxe sur la valeur ajoutée (TVA). Le règlement en renminbi a été étendu à l'ensemble du pays pour les échanges transfrontaliers, lancé à titre d'essai pour les investissements directs à l'étranger, et officialisé pour les investissements directs étrangers. Nous avons approfondi la réforme du régime de propriété forestière collective, lancé de façon expérimentale la réforme des plantations forestières d'État et commencé l'enregistrement de l'exploitation forfaitaire des steppes conformément aux réglementations. Nous avons poursuivi la réforme du système de gestion des ouvrages hydrauliques tout en innovant dans la gestion des ressources hydrauliques. Nous avons approfondi la réforme des entreprises publiques. Nous avons démarré la réforme et la restructuration visant à séparer les activités directement liées à l'entretien des principaux réseaux électriques d'avec les activités annexes, et à réajuster la tarification de raccordement de l'électricité ainsi que les prix facturés aux utilisateurs autres que les ménages. Enfin, nous avons accompli, pour l'essentiel, la restructuration des administrations des cantons et des bourgs, tout en poursuivant la réforme pour la gestion catégorielle des établissements d'intérêt public.

Nous avons accordé la même importance aux exportations et aux importations, à l'utilisation des capitaux étrangers et aux investissements hors de nos frontières afin d'arriver à un élargissement intégral de notre ouverture économique. Nous avons poursuivi activement notre stratégie de diversification des marchés et travaillé à optimiser la structure des échanges commerciaux. En 2011, le volume global de l'import-export s'est élevé à 3 640 milliards de dollars américains, soit un accroissement de 22,5%, les exportations ayant augmenté de 20,3% et les importations de 24,9%, on note donc une réduction de l'excédent. Le montant réellement utilisé des investissements directs étrangers de l'exercice passé s'est chiffré à 116 milliards de dollars, avec un accroissement de leur pourcentage dans le secteur des services et les régions du Centre et de l'Ouest. Avec l'accélération du développement de nos entreprises à l'étranger, nos investissements directs non financiers se sont élevés à 60,1 milliards de dollars. Nous avons pris une part active à la coopération économique internationale et régionale, tout en approfondissant nos relations économiques et commerciales bilatérales et multilatérales.

Nous avons par ailleurs réalisé des avancées remarquables dans l'édification de la démocratie et de la légalité, la modernisation de la défense nationale et des forces armées, le perfectionnement des mesures concernant Hong Kong, Macao et Taiwan, comme sur le plan diplomatique.

Les succès obtenus en 2011 ont été payés de grands efforts. Ils ont témoigné de la supériorité et de la vitalité du socialisme à la chinoise, et permis de renforcer la fierté et la capacité de rassemblement de notre nation. Ils sont dus à la prise de décision scientifique et à la juste direction du Comité central du Parti avec le camarade Hu Jintao comme secrétaire général et constituent les fruits des efforts solidaires et opiniâtres de tout notre Parti, de toute notre armée et de tout notre peuple multiethnique. Au nom du Conseil des affaires d'État, j'exprime mes sincères remerciements à notre peuple multiethnique, à tous les partis et groupements démocratiques, à toutes les organisations populaires et aux personnalités issues de divers horizons! Je tiens aussi à remercier de tout cœur les concitoyens des régions administratives spéciales de Hong Kong et de Macao, ceux de Taiwan et les ressortissants chinois à l'étranger, ainsi qu'à exprimer toute ma gratitude aux gouvernements, aux organisations internationales et aux amis de tous les pays du monde qui ont témoigné un vif intérêt à la modernisation de la Chine et qui y ont apporté leur soutien!

Cependant, nous sommes parfaitement conscients que notre développement économique et social bute toujours sur nombre de difficultés et doit relever autant de défis. Sur le plan international, la reprise de l'économie mondiale s'annonce difficile, la crise financière internationale ne cesse de s'étendre, et la dépression due à la dette souveraine dans certains pays ne semble pas près de s'atténuer. Les principales économies développées continueront à connaître un taux de chômage élevé et à souffrir d'une croissance atone. Les économies émergentes sont confrontées, quant à elles, à la double pression de l'inflation et du ralentissement de la croissance. Les taux de change entre les principales monnaies comme les prix des produits primaires essentiels connaissent de fortes fluctuations. Le protectionnisme reprend dans le commerce international. Sur le plan intérieur, il devient plus urgent et plus difficile de résoudre les contradictions institutionnelles et structurelles, et d'atténuer les problèmes de déséquilibre, de manque d'harmonie et de non-durabilité. En même temps, le fonctionnement de notre économie doit affronter de nouveaux défis et situations: un ralentissement marqué de la croissance; des prix élevés; une régulation du marché immobilier entrée dans une période cruciale; des difficultés croissantes pour maintenir un développement soutenu de l'agriculture et pour assurer une augmentation régulière des revenus des paysans; des tensions sur l'ensemble du marché de l'emploi coexistant avec des contradictions structurelles; des entreprises, en particulier les petites entreprises et microentreprises, rencontrant des difficultés d'exploitation; certains secteurs accusant une évidente surproduction; une croissance trop rapide de la consommation énergétique. En résumé, avec l'imbrication de contradictions persistantes et de problèmes momentanés, l'interaction de facteurs structurels et cycliques et l'enchevêtrement de problèmes intérieurs et internationaux, nous faisons face à une situation encore plus complexe dans le contrôle macroéconomique. Il existe encore des défauts et insuffisances dans le travail du gouvernement: nous n'avons pas réalisé nos objectifs sur les économies d'énergie, la réduction des émissions polluantes et le contrôle des prix, et il existe toujours des problèmes saillants dans la réquisition de terrains, la démolition des habitations, l'indemnisation des habitants déplacés, la sécurité dans la production, la sécurité des aliments et des médicaments et la répartition des revenus. Tout cela mécontente fortement la population. L'administration et les services du gouvernement sont à améliorer et la lutte contre la corruption doit être renforcée.

Nous devons nous doter d'un haut sens des responsabilités envers la nation et le peuple et prendre des mesures plus énergiques pour résoudre effectivement les problèmes existants et mieux accomplir notre travail dans tous les domaines, afin de ne pas décevoir la confiance que le peuple place en nous.

II. ORIENTATION GÉNÉRALE DE L'ACTIVITÉ GOUVERNEMENTALE DE 2012

2012 est l'année qui inaugure le XIIe Plan quinquennal, et la dernière année du mandat du présent gouvernement. Nous devons faire preuve d'un dévouement total et d'esprit d'initiative dans notre travail pour surmonter les difficultés de toutes sortes sans jamais faillir. C'est de cette façon que nous serons en mesure de donner satisfaction à notre peuple.

Actuellement dans une période stratégique riche d'opportunités, notre pays dispose de nombreuses conditions favorables pour maintenir dans la durée un développement régulier et relativement rapide. Avec l'accélération de l'industrialisation, de l'urbanisation et de la modernisation de l'agriculture, entraînant à leur tour la montée en gamme de la structure de la consommation et des industries, le potentiel de la demande du marché est immense; après 30 ans de réforme et d'ouverture sur l'extérieur, les conditions matérielles et institutionnelles favorables au développement de notre pays sont d'ores et déjà réunies, et nous avons accumulé d'importantes expériences en matière de contrôle macroéconomique, tandis que la compétitivité et la résistance aux risques de nos entreprises ont été nettement renforcées; la capacité d'innovation et de développement des régions de l'Est s'est accrue, et le potentiel de développement des régions du Centre et de l'Ouest et des anciennes bases industrielles, en particulier celles du Nord-Est se libère de façon constante; nos avantages traditionnels en ce qui concerne le développement économique continuent d'exister et notre main-d'œuvre est riche et plus qualifiée que par le passé; la situation de nos finances publiques s'avère bonne, le fonctionnement de notre système financier est sain, et les capitaux issus de la société ont atteint un volume relativement suffisant. La paix, le développement et la coopération constituent toujours le courant de notre époque, et la configuration économique et politique mondiale est en train de connaître de profondes transformations qui, dans l'ensemble, sont plutôt favorables au développement pacifique de notre pays. Il nous appartient d'affermir notre confiance, de tirer parti des conditions et facteurs favorables, de continuer à profiter de cette période d'importance stratégique qui se présente à nous pour assurer un développement régulier et relativement rapide de notre économie, accroître sans cesse la puissance globale de notre pays et renforcer son influence dans le reste du monde.

Portant haut levé le drapeau du socialisme à la chinoise et à la lumière de la théorie de Deng Xiaoping et de la pensée importante de la "Triple Représentation", nous nous attacherons à appliquer de manière approfondie le concept de développement scientifique pour aller de l'avant à pas assurés. À cet effet, il nous faudra renforcer et améliorer le contrôle macroéconomique, tenir la balance égale entre le maintien d'un développement économique régulier et relativement rapide d'une part, et le réajustement des structures économiques et le contrôle des anticipations inflationnistes de l'autre, et accélérer à la fois le changement du mode de développement et la restructuration de notre économie. Nous nous appliquerons à élargir la demande intérieure en mettant l'accent sur l'accroissement de la consommation, à promouvoir l'innovation, les économies d'énergie et la réduction des émissions polluantes, à approfondir la réforme et l'ouverture sur l'extérieur, et à garantir et améliorer le niveau de vie de la population. En faisant progresser la construction du socialisme sur les plans économique, politique, culturel, social et écologique, nous nous efforcerons d'assurer un développement économique régulier et relativement rapide, de stabiliser le niveau général des prix, de favoriser l'harmonie et la stabilité sociales, de manière à préparer le XVIIIe Congrès du Parti par des succès remarquables dans le développement économique et social du pays.

Les objectifs prévus cette année pour le développement économique et le progrès social sont les suivants: augmentation de 7,5% du PIB, création de plus de neuf millions d'emplois dans les agglomérations urbaines, maintien à moins de 4,6% du taux de chômage enregistré parmi la population urbaine, limitation de la hausse des prix à la consommation autour de 4%, progression d'environ 10% du volume global de l'import-export et amélioration continue de la balance des paiements. En même temps, il faudra accomplir de nouveaux progrès dans les domaines de la restructuration industrielle, de l'innovation, des économies d'énergie et de la réduction des émissions polluantes, et synchroniser l'augmentation réelle des revenus des citadins et des ruraux avec la croissance économique. Il faut noter en particulier que le léger ajustement à la baisse du taux de croissance du PIB a pour but d'assurer une convergence progressive avec les objectifs du XIIePlan quinquennal et d'inciter les divers secteurs économiques à focaliser leurs efforts sur l'accélération du changement du mode de développement économique ainsi que sur son élévation qualitative et sa rentabilité, et ce, afin de favoriser un développement plus durable, d'un niveau plus élevé et d'une meilleure qualité. Par ailleurs, si nous avons proposé de maintenir la hausse des prix à la consommation à environ 4%, c'est parce que nous avons tenu compte de l'inflation importée, de l'augmentation du coût des facteurs de production et des capacités d'adaptation de la population, tout en ménageant une certaine marge à la réforme des prix.

Compte tenu des différents facteurs, il conviendra que nous poursuivions une politique budgétaire de relance et une politique monétaire prudente, en procédant, en fonction de la conjoncture et en vue de rendre nos politiques plus précises, plus souples et plus prévoyantes, à un léger ajustement préalable au moment opportun et dans une mesure appropriée.

Continuer à appliquer une politique budgétaire de relance. Il faudra maintenir dans des limites adéquates le déficit budgétaire et le volume des emprunts publics. Cette année, nous prévoyons un déficit budgétaire global de 800 milliards de yuans - montant incluant le déficit des finances centrales de 550 milliards de yuans, auquel s'ajoutent 250 milliards de yuans d'emprunts publics émis par l'autorité centrale pour le compte des instances locales -, ce qui permettra de le ramener à environ 1,5% du PIB. Il faudra optimiser la structure des dépenses budgétaires en privilégiant les projets prioritaires. Concrètement, nous mettrons plus l'accent sur les secteurs liés aux conditions de vie de la population, en augmentant surtout les investissements dans l'éducation, la culture, les soins médicaux et la santé publique, ainsi que dans l'emploi, la protection sociale et le projet de logement social. Nous accorderons une importance accrue au renforcement des maillons faibles: un soutien plus énergique sera apporté au monde rural, aux régions sous-développées, à l'innovation scientifique et technologique, aux économies d'énergie, à la protection de l'environnement, aux travaux hydrauliques, à la prospection minière, etc. Fidèles au principe de diligence et d'économie, nous nous efforcerons de limiter strictement les "trois frais publics courants", en réduisant le nombre de réunions et la quantité des documents officiels et en poursuivant la réforme de la gestion des voitures de fonction, ce qui permettra de réduire encore les coûts de fonctionnement administratif. Nous continuerons à limiter strictement l'ampleur et le degré de luxe de la construction d'immeubles administratifs du gouvernement ou du Parti, et à comprimer les dépenses destinées à l'édification de stades et palais pour les grandes rencontres sportives. Par ailleurs, il faudra renforcer l'audit des secteurs et départements-clés et des fonds budgétaires destinés aux projets prioritaires. Il faudra procéder à une réduction structurelle des impôts. Concrètement, nous veillerons à appliquer et améliorer les politiques fiscales préférentielles en faveur des petites entreprises et microentreprises et des entrepreneurs individuels. Nous entreprendrons une réforme expérimentale visant à transformer l'impôt sur le chiffre d'affaires en TVA. Nous continuerons à réexaminer, regrouper et réglementer les redevances administratives et les fonds gouvernementaux. Il faudra intensifier la gestion des dettes des gouvernements locaux et la prévention des risques dans ce domaine. Pour ce faire, nous nous emploierons à régler convenablement les dettes existantes selon le principe de désendettement graduel basé sur une gestion par catégorie et un traitement différencié. Nous continuerons à assainir et réglementer le contrôle et la gestion des sociétés servant de plates-formes de financement aux instances locales. Il est strictement interdit aux gouvernements à tous les niveaux d'accorder abusivement des garanties de prêts à ces sociétés ou de prendre indûment des engagements correspondants, et ce, sous quelque forme que ce soit. Parallèlement, nous nous appliquerons, en combinant l'adoption de contre-mesures à court terme et l'édification institutionnelle à long terme, à limiter strictement les endettements supplémentaires des instances locales et à intégrer toutes les recettes et dépenses liées à leurs dettes à une gestion budgétaire par catégorie.

Poursuivre une politique monétaire prudente. Conformément aux exigences de maintenir une masse monétaire adéquate et de prendre des mesures de contrôle à la fois prudentes et souples, nous tâcherons en même temps de promouvoir le développement régulier et relativement rapide de l'économie, de maintenir la stabilité des prix et de prévenir les risques financiers. Il faudra, grâce à un recours général aux divers instruments de la politique monétaire, réguler au mieux l'offre et la demande de liquidité et de crédit et favoriser une croissance rationnelle de l'ampleur des financements sociaux. L'augmentation de la masse monétaire M2 s'élèvera cette année à environ 14%. Il faudra optimiser la structure des crédits en soutenant la réalisation des projets-clés d'État en cours et de ceux dont le financement s'étale sur plusieurs exercices budgétaires, en étayant la construction de logements sociaux, et en accroissant les prêts aux entreprises - notamment aux petites entreprises et microentreprises - qui sont privilégiées par nos politiques industrielles et répondent aux besoins du marché, et ce, de manière à diminuer effectivement le coût de financement de l'économie réelle. Nous continuerons à exercer un contrôle rigoureux sur les crédits accordés aux entreprises particulièrement polluantes et voraces en énergie, ainsi qu'à celles appartenant à des secteurs en surcapacité de production. Il faudra perfectionner le mécanisme de formation du taux de change du renminbi, en améliorer l'élasticité du flottement à double sens, de manière à maintenir la monnaie chinoise à un niveau équilibré et rationnel et à préserver globalement sa stabilité. Il est également nécessaire de développer le marché des devises en diversifiant ses produits, de fournir à ses acteurs davantage d'instruments de prévention des risques de change et d'assurer une meilleure gestion et une utilisation plus efficace de nos réserves de devises. Nous devrons parachever les réseaux de prévention des risques financiers systémiques et les mécanismes de contrôle, de gestion et de coordination, en vue d'augmenter la capacité de résistance aux risques de notre secteur financier. La circulation transfrontalière des capitaux sera soumise à un contrôle plus rigoureux. Nous réglementerons les prêts sous toutes leurs formes pour orienter judicieusement les financements privés.

Cette année, pour mener à bien nos tâches, il faudra procéder à une planification d'ensemble et à une parfaite coordination en privilégiant les objectifs essentiels et en suivant fidèlement notre fil conducteur. Ainsi, nous devrons combiner de manière optimale le maintien d'une croissance régulière, le contrôle des prix, le réajustement des structures, l'amélioration du niveau de vie de la population, la poursuite de la réforme et la promotion de l'harmonie sociale. Le maintien d'une croissance régulière consiste à assurer un développement économique soutenu. Il s'agit d'élargir la demande intérieure tout en stabilisant la demande extérieure, de développer activement l'économie réelle, de neutraliser les effets néfastes des facteurs instables et incertains tant intérieurs qu'extérieurs et de résoudre sans retard les problèmes susceptibles de s'aggraver ou de s'étendre. Le contrôle des prix a pour but de maintenir la stabilité globale des prix et d'éviter grâce à un train de mesures leur rebondissement. Le réajustement des structures signifie favoriser certaines activités tout en en limitant d'autres et vise à améliorer la qualité et la rentabilité de la croissance et à renforcer le caractère harmonieux et durable de notre développement. Dans la perspective de l'amélioration du niveau de vie de la population, il est impératif de considérer cette tâche comme le point de départ et l'aboutissement de toutes nos activités, d'attacher une plus grande importance à la valorisation de l'équité et de la justice sociales, d'accomplir effectivement des tâches au profit de la population et de faire en sorte qu'elle bénéficie de plus d'avantages réels. La poursuite de la réforme signifie que nous devrons promouvoir la réforme et l'ouverture sur l'extérieur avec une plus grande détermination et en déployant de plus gros efforts. Il s'agit de régler les contradictions institutionnelles et structurelles susceptibles d'entraver le développement sain et durable de notre économie et de notre société, et de réaliser des percées dans des secteurs prioritaires et des maillons-clés. Nous veillerons aussi à stimuler la réforme, le développement et l'innovation grâce à l'amélioration de notre ouverture sur l'extérieur. La promotion de l'harmonie sociale consiste à favoriser l'harmonie et la stabilité sociales en veillant à traiter correctement les rapports entre la réforme, le développement et la stabilité, à résoudre activement les contradictions, à neutraliser les risques et dangers latents, et à empêcher les problèmes locaux de prendre des proportions nationales.

III. TÂCHES ESSENTIELLES EN 2012

I) Promouvoir le développement régulier et relativement rapide de l'économie

Stimuler la demande intérieure en accroissant particulièrement la consommation est un point d'appui essentiel pour le développement durable, régulier et relativement rapide de l'économie chinoise: ce sera la tâche prioritaire de cette année.

Accroître la consommation. Pour ce faire, on accélérera la mise en place de mécanismes durables visant à stimuler la consommation. Afin d'élever la capacité de consommation des ménages, la répartition des revenus sera réajustée par une augmentation des revenus bas et moyens. Il faudra aussi perfectionner les politiques de soutien à la consommation. Les services tels que les prestations sociales au profit des personnes âgées, les services domestiques, la gestion de l'immobilier, les soins médicaux et la protection de la santé seront développés énergiquement. La consommation dans les domaines de la culture, du tourisme et des activités sportives sera encouragée. Le système des congés payés sera mieux appliqué. En même temps, on développera activement les achats en ligne ainsi que d'autres nouveaux modes de consommation. L'utilisation de produits verts (matériaux de construction respectueux de l'environnement, sanitaires économes en eau, véhicules à faible consommation d'énergie, etc.) sera encouragée. Tout en favorisant l'accroissement du crédit à la consommation, on renforcera la mise en place d'un système de distribution couvrant les villes et les campagnes ainsi que la construction d'infrastructures telles que les routes et les parcs de stationnement. Le contrôle de la qualité et de la sécurité des produits sera intensifié; les conditions de consommation seront améliorées; les droits et intérêts légitimes des consommateurs, protégés.

Optimiser la structure des investissements. À cet effet, il faudra maintenir une croissance soutenue des investissements et promouvoir les interactions positives entre l'investissement et la consommation. Concrètement, il s'agira d'appliquer consciencieusement les Avis du Conseil des affaires d'État pour encourager et orienter le développement sain des investissements privés, et de mettre au point des modalités d'application qui soient effectivement opérationnelles. Par ailleurs, il conviendra de renforcer le rôle d'orientation des investissements gouvernementaux dans la restructuration économique, en finançant en priorité les projets-clés des travaux de construction en cours et ceux dont le financement s'étale sur plusieurs exercices budgétaires, et en assurant la mise en chantier ordonnée des grands projets de construction nationaux. En vue d'améliorer la qualité et la rentabilité des investissements, il faudra bien les examiner et ne leur donner le feu vert que lorsqu'ils répondent aux normes en vigueur en matière de terrains à bâtir, de crédits, d'économies d'énergie, de protection de l'environnement, de sécurité et de qualité. On renforcera le contrôle et l'inspection des projets importants, notamment de ceux qui sont financés par des entreprises ou des crédits publics.

II) Maintenir globalement la stabilité des prix

Étant donné que la stabilité des prix touche aux intérêts de notre population, c'est donc notre tâche prioritaire car elle constitue l'enjeu du succès de notre développement économique et social. Il importera donc pour nous, sur la base d'une application effective de notre politique macroéconomique, d'une gestion efficace du volume global du crédit monétaire et du maintien d'un équilibre global entre l'offre et la demande, de prendre toutes les mesures nécessaires pour renforcer le contrôle des prix et éviter qu'ils ne flambent à nouveau.

Augmenter la production et assurer l'offre. Dans le cadre de la stabilisation des prix, l'accent sera constamment mis sur les mesures destinées à empêcher l'envolée des prix des produits alimentaires. À cet effet, on veillera à l'application du système rendant le gouverneur de province responsable du "sac de riz" et le maire d'une ville, du "panier de la ménagère", de manière à garantir l'offre des principaux produits agricoles. Afin de stabiliser et d'élever leur capacité d'approvisionnement en légumes de saison, les villes moyennes et grandes devront réserver une superficie suffisante de terres aux cultures maraîchères; elles devront aussi mettre sur pied, de concert avec les régions avoisinantes et celles qui s'y prêtent, des centres de production du "panier de la ménagère". En outre, on favorisera une bonne coordination entre la production, le transport et la vente des produits de première nécessité, perfectionnera le réseau des réserves publiques et commerciales, assurera l'achat, le stockage et le déstockage des principaux produits agricoles, et augmentera la capacité de contrôle du marché.

Activer la distribution et réduire les coûts de revient. Pour ce faire, on veillera à l'application rigoureuse de la politique des "corridors verts" destinés à faciliter le transport des légumes et d'autres produits agricoles frais. Les politiques de soutien aux marchés de gros des produits agricoles, aux marchés forains et aux commerces de légumes de proximité pratiquant des prix équitables seront appliquées consciencieusement. On favorisera les circuits mettant directement en rapport chaînes de supermarchés urbains, établissements de l'enseignement supérieur, grandes entreprises et groupes communautaires d'un côté, et entreprises de circulation des produits agricoles, coopératives spécialisées, gros producteurs agricoles et gros éleveurs de l'autre. On réduira le nombre des maillons intermédiaires, les points de vente au détail seront multiplés, et les grands canaux de commercialisation pleinement mis en valeur. Par ailleurs, on approfondira la réforme du système de circulation des marchandises. En ce qui concerne les entreprises de logistique, les expériences pilotes visant à éviter la double taxation du chiffre d'affaires seront étendues, et la politique relative à la taxe sur l'occupation de terrain appliqué aux installations d'entreposage de produits primaires essentiels sera perfectionnée. De plus, la TVA sur la vente en gros et au détail de certains produits agricoles sera réajustée et améliorée. Enfin, on accélérera l'informatisation et la standardisation du système de distribution. Bref, il s'agira d'élever effectivement la rentabilité de la commercialisation et de réduire le coût médian en prenant une série de mesures coordonnées, de sorte que les producteurs et les consommateurs en tirent réellement profit.

Intensifier la gestion et le contrôle, et remettre de l'ordre dans le marché. Pour ce faire, il faudra surtout renforcer la surveillance et le contrôle des prix des produits alimentaires, des médicaments, ainsi que des tarifs des services médicaux, éducatifs et des télécommunications. Il faudra aussi réprimer avec la plus grande fermeté la perception illégale de frais et l'imposition d'amendes injustifiées dans les domaines du transport et des communications. On rectifiera le problème des facturations contrevenant aux règlements des grandes entreprises de vente au détail. En outre, on sanctionnera sans merci les actes contrevenant à la loi tels que la diffusion de rumeurs mensongères, la spéculation, la manipulation des prix et le stockage de marchandises à des fins spéculatives. Tout en faisant jouer aux médias leur rôle positif dans l'orientation de l'opinon publique, on guidera judicieusement les anticipations de la population.

III) Assurer un accroissement régulier de la production agricole ainsi que des revenus des paysans

Dans le processus d'industrialisation et d'urbanisation, une plus grande attention devra être accordée à la modernisation de l'agriculture. En considérant le développement du monde rural comme "la priorité des priorités" de notre travail, nous renforcerons la politique visant à développer l'agriculture et les régions rurales, ainsi qu'à élever le niveau de vie des paysans, et nous ferons en sorte de consolider et développer l'évolution favorable que connaissent aujourd'hui l'agriculture et les régions rurales.

Stabiliser et développer la production agricole; accroître par divers moyens les revenus des paysans. Pour ce faire, on poursuivra le programme d'action visant à stabiliser et à accroître la production céréalière, notamment à garantir les superficies céréalières existantes et à améliorer le rendement unitaire. Les paysans seront encouragés à réajuster la composition des cultures et de l'élevage, et à accroître la production des produits agricoles très demandés et de qualité. La production de légumes, de produits aquatiques, de viande, d'œufs et de lait sera soutenue. Quant aux subventions agricoles, leur volume global sera accru, leur couverture élargie, les catégories productives seront multipliées, et leurs mécanismes de gestion perfectionnés. Les montants supplémentaires des subventions agricoles seront destinés en priorité aux gros producteurs agricoles et aux gros éleveurs, aux coopératives paysannes spécialisées et aux différentes organisations de services à la production. Le prix d'achat plancher des céréales poursuivra son augmentation: le prix du blé sera majoré cette année en moyenne de 0,148 yuan/kg et celui du riz de 0,32 yuan/kg. En outre, il faudra perfectionner les mécanismes de compensation pour les principales régions productrices, tout en augmentant les primes et les allocations aux grands districts producteurs de porcs, d'oléagineux et d'autres principaux produits agricoles. Pour que la population nécessiteuse bénéficie davantage des fruits de la réforme et du développement, on appliquera le programme d'aide au développement des régions rurales pauvres pour la nouvelle décennie, mènera à bien ce travail à l'échelle nationale en se conformant aux nouvelles normes d'État en la matière, et renforcera l'aide au développement des régions où sont concentrées les zones de pauvreté dues aux conditions naturelles particulièrement hostiles.

Accélérer les progrès agronomiques. C'est dans les sciences et les techniques que réside l'avenir de l'agriculture. Il faudra promouvoir activement l'innovation agronomique, en accordant un soutien accru à la recherche et à l'application des techniques-clés notamment en ce qui concerne la culture des variétés à haut rendement, la prévention et le contrôle des épizooties et des épiphyties, la vérification de la qualité et de la sécurité des produits agricoles. Il faudra aussi poursuivre à un rythme accéléré la réforme et la mise au point du système de services chargés de la diffusion des techniques agricoles aux échelons de base, et perfectionner, au niveau des cantons et des bourgs, ou à l'échelon régional, les organismes de services publics dédiés aux agriculteurs. Le système de subventions accordées au développement des techniques agricoles sera amélioré. On fera en sorte que les techniques avancées et commodes profitent directement aux paysans et à leurs cultures. En outre, on travaillera à la création de centres modèles d'agriculture moderne, favorisera la mise en place d'exploitations à haut rendement et le développement de centres de production répondant aux normes, et accélérera la mécanisation agricole.

Renforcer la construction d'infrastructures agricoles et rurales. Les finances centrales ont prévu cette année 1 228,7 milliards de yuans en faveur du développement du monde rural, soit une augmentation de 186,8 milliards de yuans par rapport à l'année dernière. Ce budget devra être utilisé pour, entre autres, doter d'équipements complémentaires les zones irriguées, construire de petits ouvrages hydrauliques à usage agricole, développer énergiquement l'agriculture à faible consommation d'eau, renforcer l'exploitation et la transformation des terres impropres à la culture en terres cultivables, et aménager sur une grande échelle des terrains agricoles modèles capables de donner une production stable même dans des conditions climatiques extrêmes. En outre, nous accélérerons l'aménagement des petits et moyens cours d'eau, la consolidation des petits réservoirs ainsi que la prévention et le traitement des sinistres dus aux écoulements torrentiels. Il convient aussi de renforcer la construction de routes et d'infrastructures pour l'approvisionnement en eau, électricité et méthane ainsi que celle d'infrastructures culturelles et sportives dans les régions rurales, de promouvoir l'aménagement de l'environnement rural, d'accélérer la rénovation des habitations vétustes dans les campagnes, et de continuer à améliorer les conditions de production et de vie des paysans.

Approfondir la réforme dans les régions rurales. Pour ce faire, il faudra maintenir avec détermination le système fondamental d'exploitation rurale. On mènera à bien la légitimation et l'enregistrement des droits des paysans sur leurs terres, ainsi que la délivrance du certificat attestant ces droits. L'exploitation forfaitaire des terres cultivées, la jouissance des terrains réservés à l'habitation et la répartition des gains collectifs sont des droits sur les biens que la loi a conférés aux paysans et auxquels nul ne saurait porter atteinte. On renforcera la gestion et les services en matière de cession des droits d'exploitation de ces terres. Là où les conditions sont réunies, on développera des exploitations à grande échelle. Les terres arables seront protégées rigoureusement. Des règlements de compensation pour la réquisition de terres collectives dans les régions rurales seront élaborés et promulgués. Afin de mieux organiser l'agriculture et de favoriser son industrialisation, on soutiendra le développement de coopératives paysannes spécialisées et d'entreprises pilotes industrialisées, on encouragera diverses formes de services sociaux en faveur des agriculteurs, et développera les assurances agricoles. Enfin, on approfondira la réforme globale des régions rurales, poursuivra la réforme du régime des fermes et des plantations forestières d'État, et continuera à mener en profondeur la réforme du régime de propriété forestière collective.

IV) Accélérer le changement du mode de développement économique

Pour remédier au déséquilibre et à la dysharmonie de l'économie nationale et lui assurer un développement durable, il est essentiel d'accélérer le changement du mode de développement et de promouvoir un réajustement stratégique de la structure économique. Il s'agit là d'un long processus et en même temps de la tâche la plus urgente à l'heure actuelle.

Promouvoir l'optimisation de la structure industrielle et sa montée en gamme. Dans ce cadre, il faut impulser un développement sain des nouvelles industries d'importance stratégique. Il faut accélérer la mise en place d'un mécanisme facilitant l'utilisation des énergies nouvelles et renforcer la planification d'ensemble, l'orientation politique et la mise en œuvre de projets complémentaires, de manière à en élargir la consommation intérieure. S'agissant du secteur des énergies solaire et éolienne, il faut empêcher l'expansion incontrôlée de leur capacité de production. Nous devons aussi accélérer le développement des technologies informatiques de nouvelle génération, renforcer les infrastructures du réseau informatique et accélérer le processus de sa convergence avec les réseaux de télécommunications et la télévision câblée, et promouvoir vigoureusement l'industrie manufacturière haut de gamme, les secteurs des économies d'énergie, de la protection de l'environnement, de la pharmaceutique biologique, des automobiles utilisant les nouvelles énergies et les nouveaux matériaux. Nous devons augmenter le volume des crédits destinés à la refonte technique tout en veillant à la transformation et à la montée en gamme des industries traditionnelles. En assurant prioritairement le contrôle des capacités supplémentaires de production et l'optimisation de celles existantes dans les secteurs automobile, sidérurgique, naval et du ciment, nous aiderons aux fusions-acquisitions et à la réorganisation d'entreprises, de manière à favoriser une concentration plus poussée de nos industries et l'amélioration des effets d'économie d'échelle. Nous veillerons aussi à appliquer et perfectionner la politique destinée à promouvoir le développement des petites entreprises et microentreprises tout en allégeant davantage les charges pesant sur les entreprises et en galvanisant le potentiel des petites entreprises et microentreprises à vocation scientifique et technologique. Nous appliquerons des politiques financières et fiscales en faveur du développement du secteur des services et l'ouvrirons au capital non public, de manière à accélérer son développement, à augmenter son pourcentage dans le PIB et à améliorer son niveau.

Promouvoir les économies d'énergie, la diminution des émissions polluantes et la protection de l'environnement. La clé pour économiser les énergies et diminuer les pollutions consiste à économiser les sources d'énergie, à accroître leur rendement et à réduire les sources de pollution. Il faut mettre au point et appliquer dans les plus brefs délais un projet favorisant un contrôle rationnel du volume global des consommations d'énergie et accélérer le réajustement du système de fixation des prix des énergies. Pour atteindre cet objectif, il convient de combiner les moyens économiques, légaux et, en cas de besoin, des procédés administratifs, de réaliser les économies d'énergie et la diminution des polluants surtout dans des domaines prioritaires tels que les industries, le transport, le bâtiment, les institutions publiques et les quartiers d'habitations, ainsi que dans un millier d'entreprises grosses consommatrices d'énergie, sans oublier d'éliminer les capacités de production obsolètes. Par ailleurs, nous devons intensifier la gestion de l'utilisation des énergies, développer les réseaux électriques intelligents et les réseaux électriques distribués, appliquer des mesures efficaces pour réaliser des économies d'énergie dès le stade de la distribution d'électricité, et par d'autres moyens de gestion ayant fait leurs preuves tels que l'établissement de contrats régissant la consommation énergétique et les achats administratifs. Il faut aussi optimiser la structure des sources d'énergie, promouvoir l'utilisation efficace et écologique des énergies traditionnelles, assurer un développement rentable et sûr de l'électricité nucléaire, favoriser le développement de l'énergie hydroélectrique, accélérer la prospection et l'exploitation du gaz de schiste et augmenter le pourcentage représenté par les énergies nouvelles et renouvelables. Il faut renforcer la construction de "corridors énergétiques" et appliquer sur une plus grande échelle la politique fondamentale nationale relative aux économies d'énergie et à la protection de l'environnement. Nous contrôlerons la pratique de la certification des produits économes en énergie et des labels d'efficacité énergétique. Nous encouragerons les économies d'énergie, d'eau, de terrains et de matériaux et l'utilisation polyvalente des ressources, et nous développerons activement l'économie de recyclage. Nous renforcerons la protection environnementale en portant nos efforts sur la résolution des problèmes criants et liés au bien-être de la population, telles que la pollution des sources d'eau potable, de l'atmosphère, du sol et des eaux maritimes et celle due aux métaux lourds. Nous tâcherons de réduire les pollutions diffuses dans le secteur agricole et contrôlerons strictement les produits chimiques dangereux. Cette année, nous mettrons en place un contrôle des émissions de particules fines (PM2,5) dans des régions importantes telles que la zone de Beijing-Tianjin-Hebei, les deltas du Changjiang et du Zhujiang, ainsi que les municipalités relevant directement de l'autorité centrale et les chefs-lieux de province. Nous ferons en sorte qu'en 2015 ce contrôle soit élargi aux villes de l'échelon préfectoral. Pour promouvoir la construction écologique des écosystèmes, il faudra parachever les mécanismes de compensation en faveur de leur réhabilitation, afin de favoriser leur protection et leur restauration. Il faudra également consolider les résultats acquis dans la préservation des forêts naturelles, la reconstitution des steppes victimes du surpâturage et celle des forêts ou des prairies abusivement défrichées, en intensifiant l'aménagement écologique de l'ensemble des steppes et en poursuivant la campagne de reboisement, la lutte contre la désertification et l'extension des déserts rocheux, sans oublier l'aménagement des terres arables à flanc de colline. Un grand effort sera également consacré à la protection des régions où les principaux fleuves et rivières prennent leur source, des terres humides, des lacs et d'autres régions dotées de fonctions écologiques spéciales. Nous renforcerons nos capacités d'adaptation au changement climatique, surtout celles de résistance aux phénomènes climatiques extrêmes et améliorerons nos capacités à prévenir les calamités naturelles et à réparer leurs conséquences. En maintenant le principe d'équité et de responsabilité commune mais différenciée, nous pousserons de manière constructive au progrès des négociations internationales sur les moyens de faire face au changement climatique. Par des actions concrètes, nous déclarerons à la communauté internationale que la Chine ne cherchera absolument pas à bâtir sa croissance économique au détriment de l'environnement écologique et de la santé de sa population. Nous fraierons certainement une voie de développement sain qui associe croissance économique, prospérité sociale et protection des écosystèmes.

Promouvoir un développement coordonné des économies régionales. Pour ce faire, nous devons appliquer notre stratégie globale de développement interrégional et les dispositions du plan définissant des régions à fonctions spécifiques. Cela en tirant plein profit des atouts et des caractéristiques de chaque région, de manière à mieux coordonner le développement des différentes régions et à homogénéiser le niveau des services publics de base. Nous appliquerons avec rigueur les politiques de mise en valeur de l'Ouest pour la nouvelle décennie, intensifierons nos efforts pour l'émergence stratégique des régions du Centre, accélérerons le redressement des anciens centres industriels, notamment ceux du Nord-Est, et soutiendrons énergiquement la reconversion du mode de développement de l'Est. Nous participerons à un plus haut niveau à la concurrence et à la coopération internationales. Nous accroîtrons notre soutien au développement des anciennes bases révolutionnaires, des régions peuplées de minorités ethniques, des régions frontalières et des régions pauvres. Nous ferons mieux jouer aux zones économiques spéciales, aux nouvelles zones de Pudong (Shanghai) et de Binhai (Tianjin) leur important rôle de pionnier dans la réforme et l'ouverture sur l'extérieur. Nous mettrons au point et appliquerons la stratégie de préservation des ressources maritimes et ferons en sorte de promouvoir le développement de l'économie maritime. Nous intensifierons et perfectionnerons le mécanisme de coopération transrégionale en éliminant les barrières du marché, en encourageant la circulation des facteurs de production et en assurant un transfert méthodique de nos industries, de manière à promouvoir une interaction vertueuse des économies régionales et leur développement coordonné.

Promouvoir l'urbanisation avec un zèle avisé. Dans cette optique, nous devons promouvoir un développement coordonné des villes grandes, moyennes et petites et des petits bourgs en tenant compte des réalités locales et en suivant la loi du développement urbain. Il faut, en fonction des conditions et ressources locales et dans les limites de la charge démographique maximale que chaque région peut supporter, optimiser la distribution nationale des forces de production afin de mettre en place une carte rationnelle des agglomérations urbaines et de répartir la population de sorte qu'elle s'adapte aux étendues du territoire, à la disponibilité des ressources et au potentiel de développement. Pour élever la qualité et le niveau de l'urbanisation, toutes les villes sont tenues de consolider les bases de leur économie, de créer davantage d'emplois, de perfectionner leurs infrastructures, d'améliorer leurs conditions d'habitat et de renforcer leur gestion et leurs services. Nous accorderons une plus grande importance à la transformation en citadins des travailleurs d'origine rurale titulaires d'un contrat de travail stable et séjournant en zone urbaine. Les conditions requises pour la demande de domiciliation seront assouplies dans les villes petites et moyennes afin d'assurer une canalisation rationnelle de la population migrante et de permettre à une plus grande partie de la main-d'œuvre rurale excédentaire de s'établir dans des agglomérations urbaines situées non loin de chez elle. Nous témoignerons une plus grande sollicitude vis-à-vis des travailleurs migrants et renforcerons les services qui leur sont destinés. Des efforts particuliers seront déployés pour les aider à trouver un emploi, à s'intégrer dans le système de protection sociale et à acheter ou louer un logement en ville et permettre à leurs enfants d'aller à la maternelle et de suivre l'enseignement obligatoire. Nous ferons en sorte que les services publics fondamentaux couvrent progressivement les migrants ruraux. Enfin, nous accorderons plus d'attention aux femmes, aux enfants, et aux personnes âgées qui restent dans les campagnes après le départ de leurs proches partis travailler en ville, et nous ferons en sorte que les paysans, qu'ils s'établissent en ville ou restent dans leurs villages, puissent mener une existence paisible et heureuse.

V) Appliquer plus largement la stratégie de renouveau de la nation à partir des sciences et de l'éducation et grâce à l'émergence de talents

Déployer de grands efforts pour développer les sciences, les techniques et l'œuvre éducative et former un contingent de compétences de haut niveau constitue la seule voie à suivre pour réaliser la prospérité de notre pays et le renouveau de notre nation.

Continuer à accorder la priorité au développement de l'éducation. Vu que les finances centrales ont établi à 4% du PIB les crédits budgétaires consacrés à l'éducation sur le plan national, les finances locales doivent elles aussi, afin d'atteindre cet objectif, réserver approximativement la même proportion de leur budget au développement de l'éducation. Nous veillerons à améliorer la rentabilité des budgets réservés à l'éducation et ferons en sorte qu'ils soient prioritairement utilisés pour assurer la mise en œuvre des projets-clés et renforcer les maillons faibles. Nous poursuivrons en profondeur la réforme du système éducatif, renforcerons la formation du corps enseignant, et veillerons à appliquer notre stratégie visant à éduquer les élèves sur tous les plans en axant nos efforts sur le règlement graduel des problèmes criants existant dans l'organisation des examens, le recrutement des étudiants, l'enseignement et la pédagogie. Nous devrons favoriser la gestion démocratique des établissements d'enseignement et en faire progressivement une règle. Pour promouvoir un développement équilibré de l'enseignement obligatoire, les ressources concernées devront être allouées de manière à favoriser prioritairement le développement des établissements scolaires situés dans le Centre et l'Ouest, les régions rurales, reculées et peuplées d'ethnies minoritaires et les établissements scolaires urbains accusant un retard dans ce domaine. On continuera à déployer de grands efforts pour atténuer ou résoudre le problème de la pénurie d'écoles maternelles et d'établissements d'enseignement obligatoire de qualité, problème qui préoccupe tout particulièrement notre population. Dans la disposition des écoles primaires et secondaires dans les régions rurales, on devra traiter au mieux, en fonction des conditions locales, les rapports entre l'amélioration de la qualité d'enseignement et la facilité qu'auront les enfants pour y accéder. On veillera à une meilleure organisation des écoles accueillant des pensionnaires ruraux et à une mise en œuvre du plan pour une meilleure alimentation des élèves au stade de l'enseignement obligatoire. Il faudra non seulement renforcer la gestion des cars scolaires, mais aussi celle des écoles, en vue d'assurer la sécurité des élèves. Il faudra aussi accorder une plus grande importance à la formation continue, à l'enseignement préscolaire et à celui dispensé aux handicapés, et nous efforcer de mettre en place un système moderne d'enseignement professionnel. L'enseignement en faveur des ethnies minoritaires sera renforcé. En ce qui concerne l'enseignement supérieur, on veillera à mieux l'adapter au développement socioéconomique et aux besoins stratégiques de l'État, de même qu'à améliorer et sa qualité pédagogique et sa capacité d'innovation. On perfectionnera le système national d'aide aux études en étendant progressivement la politique d'exemption des frais scolaires des élèves de l'enseignement professionnel secondaire à tous les élèves issus de familles rurales, et en élargissant la sphère de subventionnement aux lycéens de l'enseignement général issus de familles pauvres. Par ailleurs, pour favoriser le développement de l'enseignement privé, on encouragera et orientera l'entrée des capitaux non publics vers les établissements d'enseignement de tous niveaux et catégories. Comme c'est sur l'éducation que reposent les espoirs de notre peuple et l'avenir de notre pays, nous devrons tout faire pour la mener à bien.

Promouvoir énergiquement l'innovation technoscientifique. Pour ce faire, nous devrons renforcer la mise en place d'un système national d'innovation. Concrètement, il nous faudra approfondir la réforme du système scientifique et technique, faire en sorte que les entreprises deviennent des acteurs majeurs de l'innovation et favoriser l'association étroite des recherches scientifiques et techniques et des activités économiques. Par ailleurs, il faudra inciter les entreprises à développer des centres de R&D dans lesquels seront mis en œuvre des projets-clés de portée nationale ou locale. Nous devrons également orienter les forces de recherche scientifique des laboratoires et des établissements d'enseignement supérieur pour qu'elles assistent les entreprises dans leur démarche d'innovation technique, afin de créer des interactions organiques entre la production, l'enseignement et la recherche et d'élever notre capacité à transformer et appliquer à l'industrie des acquis scientifiques et techniques. Nous nous attacherons à la promotion de la recherche fondamentale et de la recherche sur les technologies de pointe, ainsi qu'à l'amélioration de nos capacités d'innovation primaire. Nous améliorerons le mécanisme d'évaluation et de récompense dans le domaine scientifique et technique. Nous préconiserons, dans le milieu académique, les valeurs d'honnêteté et de crédibilité, encouragerons une réflexion autonome, garantirons la liberté de recherche et ferons rayonner l'esprit scientifique. La stratégie nationale de propriété intellectuelle sera appliquée de façon ferme.

Renforcer de manière générale la formation de talents. Nous devrons mener en profondeur la réforme du système de sélection et de placement. Nous consentirons de grands moyens pour former des cerveaux créateurs et novateurs hautement qualifiés, de jeunes compétences et des talents recherchés, et nous chercherons à importer des profils de haut niveau. On travaillera également au parachèvement des mécanismes de formation, d'emploi, d'appréciation et d'incitation des compétences. Enfin, on s'efforcera créer une conjoncture sociale favorable à l'épanouissement des talents, et permettant à chacun de donner le meilleur de lui-même.

VI) Consentir des efforts réels pour protéger le bien-être de la population et améliorer son niveau de vie

Étant donné que réaliser, sauvegarder et développer les intérêts vitaux des plus larges masses populaires constitue une illustration concrète de notre concept de placer l'homme au centre de nos préoccupations, nous devrons considérer l'amélioration du niveau de vie de la population et la protection de son bien-être comme l'une des tâches prioritaires du gouvernement.

Chercher par tous les moyens à multiplier les emplois. L'emploi constitue une question d'importance majeure dont dépendent à la fois le développement du pays et le bien-être de la population. Du fait que la pression de l'emploi demeure toujours aussi grande cette année, les gouvernements à tous les échelons sont tenus de suivre fidèlement la stratégie donnant la priorité à l'emploi et de continuer à mettre en œuvre une politique dynamique dans ce domaine. Pour ce faire, on devra surtout aider les services, les entreprises innovantes, les petites entreprises et microentreprises à forte capacité d'emploi à créer davantage de postes, et on encouragera les divers secteurs d'activité à stimuler l'emploi par la création d'entreprises. On prendra les mesures nécessaires pour faciliter l'embauche, entre autres, des nouveaux diplômés universitaires, des travailleurs migrants d'origine rurale, des urbains ayant des difficultés d'accès au marché de l'emploi, et on renforcera la formation professionnelle et la réinsertion des militaires démobilisés. On incitera les diplômés universitaires à s'engager dans la construction du pays en se rendant dans les régions rurales ou celles du Centre et de l'Ouest, et aux échelons de base. Parallèlement, on devra renforcer la formation professionnelle et l'assistance à la recherche d'emploi et accélérer la mise en place d'un marché unifié, réglementé et souple des ressources humaines. Enfin, pour mieux préserver les droits et intérêts légitimes des travailleurs, on veillera à développer des relations de travail harmonieuses, à réglementer la gestion de l'exportation de main-d'œuvre, à examiner les différends liés au travail et à renforcer les services chargés du règlement et de l'arbitrage des litiges.

Accélérer le parachèvement du système de protection sociale. Avant la fin de l'année en cours, le nouveau régime d'assurance vieillesse couvrant les régions rurales et le système d'assurance vieillesse pour les habitants urbains seront généralisés à tout le pays. La couverture de l'assurance sociale sous toutes ses formes sera élargie et le niveau des pensions de base des retraités des entreprises augmenté. On veillera à renforcer l'assistance sociale et la garantie du minimum vital pour les urbains et les ruraux, et à favoriser le développement des œuvres de bien-être social et des organisations caritatives. On travaillera à renforcer la coordination des divers régimes de protection sociale. Tout en cherchant par de multiples moyens à augmenter le fonds de protection sociale, on veillera à renforcer la gestion et le contrôle de la partie des fonds des assurances sociales et de protection sociale placée, afin d'optimiser leur revalorisation. Pour renforcer les services de protection sociale, on pourra procéder, dans les régions où sont réunies les conditions nécessaires, à la réorganisation ou à la fusion des organes chargés des services de protection sociale; on pourra aussi déléguer certaines prestations de services à des banques commerciales ou à des sociétés d'assurance. Enfin, on fera le nécessaire pour qu'une carte d'affiliation unique soit délivrée au plus tôt à tout adhérent au système de la protection sociale.

Promouvoir énergiquement la réforme et le développement des secteurs médical, pharmaceutique et sanitaire. Il faudra accélérer l'amélioration du système de couverture d'assurance maladie afin que toute la population puisse en bénéficier, consolider et élargir la couverture de l'assurance maladie de base tout en renforçant sa gestion et ses services et en élevant son niveau de garantie. À partir de cette année, l'allocation annuelle accordée à l'assurance maladie de base des citadins et au nouveau régime de la mutuelle médicale rurale s'élèvera à 240 yuans par personne. Le traitement de l'urémie et de sept autres maladies graves sera placé au niveau national dans le système de protection; et le traitement de douze autres maladies graves, dont le cancer du poumon, sera intégré aux expériences pilotes du programme de protection et d'assistance aux démunis. Il faudra consolider et améliorer le système d'emploi prioritaire des médicaments de base, et renforcer le système de services médicaux et sanitaires de base. On étendra à tout le pays la réforme des hôpitaux publics, veillera à séparer les soins médicaux des services pharmaceutiques, l'administratif de l'exécutif, afin d'en finir avec le mécanisme de financement des soins médicaux par les recettes des produits pharmaceutiques. Pour créer une situation de diversification des financements et d'ouverture sur l'extérieur des services médicaux et sanitaires, on encouragera la création d'hôpitaux par les financements non publics et on guidera leur gestion. On fera pleinement jouer l'initiative du personnel médical et on travaillera à la mise en place des relations harmonieuses entre services médicaux et malades. On s'efforcera d'améliorer les services de santé publics, de manière à prévenir et contrôler efficacement les maladies graves infectieuses, chroniques et professionnelles qui font peser une lourde menace sur la santé de la population. On multipliera les efforts pour assurer la fiabilité des produits pharmaceutiques. Enfin, on soutiendra et promouvra le développement des médecine et pharmacie traditionnelles et des minorités ethniques du pays.

Mener à bien le travail concernant la démographie et le planning familial. On continuera à encourager un faible taux de natalité et recourra à un plan d'action général pour équilibrer la sex-ratio primaire, tout en s'efforçant d'améliorer la santé des nouveau-nés. On fera en sorte que les services de planning familial de qualité couvrent le pays entier. Le champ des expériences pilotes sur l'examen médical gratuit avant la grossesse sera étendu à 60% des districts (municipalités et arrondissements de même échelon administratif). On relèvera les primes d'encouragement ou les subventions spéciales octroyées à une partie des familles rurales pratiquant le contrôle des naissances. En même temps, on renforcera la gestion de la population flottante en matière de planning familial, tout en lui offrant des services plus satisfaisants. Afin d'assurer un meilleur développement des femmes et des enfants et de mieux protéger leurs droits et intérêts, on multipliera les mesures en leur faveur, et accroîtra, dans les campagnes, le nombre des bénéficiaires d'un dépistage gratuit des cancers du col de l'utérus et du sein. Parallèlement, on poursuivra l'amélioration des systèmes de protection sociale et des services destinés aux handicapés. On s'attachera à développer les services sociaux au profit des personnes âgées en accélérant la mise en place d'un système de services d'assistance, afin que toutes les personnes âgées, qu'elles vivent dans les régions urbaines ou rurales, puissent bénéficier d'une vieillesse heureuse exempte de soucis matériels.

Continuer à pratiquer le contrôle du marché immobilier et à assurer la construction de logements sociaux. Il faudra continuer à appliquer rigoureusement et améliorer graduellement les mesures politiques destinées à enrayer l'achat de logements à des fins de spéculation ou de placement, et consolider les résultats positifs déjà obtenus dans le contrôle du marché immobilier, de manière à infléchir raisonnablement les prix à la baisse. Il faudra poursuivre la construction de logements sociaux. On s'efforcera d'achever la construction de cinq millions de logements et de lancer un nouveau chantier de plus de sept millions de logements, et ce dans le strict respect des normes de qualité. Parallèlement, on améliorera sans tarder le système de construction, d'attribution, de gestion et de restitution si nécessaire de ces logements sociaux. Il faudra prendre des mesures efficaces pour étoffer l'offre de logements marchands ordinaires. Il faudra accélérer la création d'un fichier regroupant toutes les informations relatives à la propriété immobilière dans les agglomérations urbaines et réformer en même temps le système de la taxe foncière, cela dans le but de promouvoir un développement régulier, sain et durable du marché immobilier.

Renforcer et rénover la gestion sociale. Il faudra décupler nos efforts pour régler les différends sociaux, innover dans la gestion sociale et appliquer la loi selon les principes d'équité et d'intégrité. On devra à la fois renforcer les fonctions du gouvernement dans la gestion sociale et les services publics, et élever le niveau d'autogestion des organisations autonomes populaires de base tant urbaines que rurales. On donnera aux organisations sociales un rôle positif de gestion au sein de la société. Pour faciliter la vie de la population flottante, on poursuivra avec un zèle avisé la réforme de l'administration domiciliaire, et généralisera l'application du système de la carte de résidence. En mettant l'accent sur l'information partagée et les services interconnectés, on accélérera la mise en place d'un réseau informatique national sur les affaires administratives. On fera progresser activement la mise en place des conventions d'honnêteté et de crédibilité dans les affaires administratives et commerciales ainsi que dans les relations sociales, en instaurant un système de contrôle couvrant toute la société. Pour créer un environnement sain sur l'Internet, des mesures visant à renforcer et améliorer sa gestion seront prises. Par ailleurs, on perfectionnera les mécanismes d'évaluation des risques que des décisions importantes pourraient entraîner sur la stabilité sociale, et d'intervention administrative rapide en cas d'urgence. En vue de stopper la multiplication des accidents du travail graves, on appliquera une stratégie de développement respectueux de la sécurité, et renforcera le contrôle en la matière dans la production. La lutte sera menée en profondeur contre la violation des droits de propriété intellectuelle ainsi que contre la fabrication et l'écoulement de contrefaçons et de produits de mauvaise qualité. Afin de mieux assurer la sécurité alimentaire, des efforts inlassables seront déployés pour en augmenter la capacité de contrôle. En outre, une plus grande attention sera prêtée aux doléances tant orales qu'écrites de la population. On perfectionnera le mécanisme permettant aux masses populaires d'exprimer leurs revendications. Pour préserver la sécurité des biens et des personnes, on améliorera la qualité des prestations et de l'assistance juridiques, et prendra des mesures énergiques pour prévenir les délits de droit commun et sévir contre leurs auteurs en vertu de la loi.

VII) Favoriser le développement et l'épanouissement in extenso de la culture

Comme la culture est le jardin spirituel de l'humanité et que sa transmission constitue pour une nation un apport de sang renouvelé, il est nécessaire d'offrir aux masses populaires des produits culturels variés et de qualité, afin de satisfaire leurs besoins toujours croissants dans ce domaine. On mènera en profondeur la création d'un système de valeurs essentielles socialistes. On lancera une nouvelle campagne de sensibilisation sur les vertus civiques, l'éthique professionnelle, les valeurs de la famille et la moralité individuelle, sans relâcher pour autant les efforts consacrés à l'éducation idéologique et morale de la jeunesse, afin que règne dans la société tout entière une atmosphère noble où chacun distingue les vertus des vices, fait preuve de droiture et de dévouement, s'attache aux valeurs de crédibilité et contribue à l'harmonie sociale. On mettra en œuvre de grands moyens pour développer les activités culturelles d'intérêt public. Par ailleurs, on renforcera la construction des infrastructures culturelles de base, en mettant l'accent sur les régions rurales et celles du Centre et de l'Ouest. On donnera un nouvel essor à la philosophie et aux sciences sociales et on impulsera un élan dynamique à la presse, à l'édition, au cinéma, aux médias audiovisuels, à la littérature, aux arts et à l'archivage. On renforcera la protection du patrimoine culturel et on fera prospérer les activités culturelles des ethnies minoritaires. Dans le cadre de l'approfondissement de la réforme du système culturel, on continuera à encourager les institutions culturelles à but lucratif à se transformer en entreprises. Tout en améliorant l'efficience et le niveau de la production spécialisée et d'envergure dans le secteur culturel, on s'attachera à en faire une industrie pilier de l'économie nationale. En outre, grâce à des échanges culturels approfondis avec l'étranger, on s'appliquera à renforcer la compréhension et la complémentarité des cultures chinoises et étrangères. Enfin, il faudra encourager les habitants à pratiquer des activités sportives et améliorer ainsi leur condition physique, et promouvoir le développement coordonné du sport et de l'industrie sportive. La culture chinoise est dotée d'une puissante force de rassemblement et d'influence, il nous incombe donc à nous Chinois d'assumer la grande responsabilité de la faire rayonner à travers le monde.

VIII) Mener en profondeur la réforme des secteurs-clés

La réforme et l'ouverture sur l'extérieur constituent le juste choix qui préside à l'avenir de notre pays. Nous devrons poursuivre, avec une détermination et un courage redoublés, les réformes sur les plans économique, politique ainsi que des autres secteurs, en suivant les exigences du concept de développement scientifique, en respectant l'esprit d'initiative des masses populaires et en nous lançant dans des expérimentations audacieuses. Tout cela a pour objectif de briser les entraves au développement de notre pays. À partir d'aujourd'hui et pendant un certain temps, nous devrons mettre l'accent sur la réforme des secteurs prioritaires et des maillons-clés suivants: poursuivre nos efforts pour promouvoir la reconversion des fonctions du gouvernement, améliorer le contrôle macroéconomique, rationaliser les rapports entre le gouvernement et le marché, et faire mieux jouer au marché son rôle essentiel dans la répartition de ressources; pousser de l'avant la réforme du système budgétaire et fiscal, rationaliser les rapports de répartition budgétaire entre l'autorité centrale et les instances locales d'une part et entre les différents échelons administratifs des instances locales de l'autre, et mettre pleinement en jeu l'initiative tant de l'autorité centrale que des instances locales; approfondir les réformes sur les terrains, l'administration domiciliaire et les services publics, rationaliser les rapports entre les villes et les campagnes, et harmoniser l'industrialisation, l'urbanisation et la modernisation agricole; promouvoir la réforme des services sociaux et de la distribution des revenus, rationaliser les rapports entre le développement économique et le progrès social, et garantir l'équité et la justice dans la société; favoriser l'application de la loi dans l'administration et l'innovation dans la gestion sociale, rationaliser les rapports entre le gouvernement, les citoyens et les associations, et établir un gouvernement fondé sur le dévouement à la population, la responsabilité, l'intégrité et le respect de la loi. Les tâches prioritaires de cette année sont les suivantes:

Approfondir la réforme budgétaire, fiscale et financière. On devra parfaire le système de partage des recettes fiscales et celui des transferts de paiements, en augmentant le volume et le pourcentage des transferts de paiements courants. Le mécanisme de garantie des moyens financiers de base au niveau des districts sera optimisé et les opérations destinées à rendre publics les projets budgétaires et les bilans définitifs des finances locales seront poursuivies de façon régulière. La réforme sera approfondie en matière d'achat public, de gestion des emprunts publics et d'encaissement et de décaissement centralisés par la Trésorerie. Sur le plan fiscal, on améliorera la taxe sur la consommation, tandis que l'impôt sur l'utilisation des ressources naturelles sera intégralement réformé incluant un élargissement du champ d'application des droits ad valorem. Par ailleurs, on poursuivra la réforme des grandes institutions financières dont l'État est le principal actionnaire, réglementera davantage le développement des institutions financières de petite taille, et améliorera les services rendus aux petites entreprises et microentreprises, aux régions rurales, aux paysans ainsi qu'à l'agriculture. On poussera de l'avant l'application des nouvelles normes d'inspection et de gestion dans le secteur bancaire, on fera progresser l'instauration du système de garantie pour les dépôts bancaires et on approfondira la réforme des institutions financières spécialisées. Quant au marché boursier, pour assurer aux investisseurs une meilleure rentabilité et mieux protéger leurs droits et intérêts, on parachèvera les procédures d'émission et de retrait des actions de la cotation boursière. Par ailleurs, des efforts répétés seront déployés pour accélérer le développement du marché des obligations, poursuivre la réforme du secteur des assurances, et approfondir celle visant à soumettre les taux d'intérêt aux règles du marché. On s'attachera également à faire progresser d'un pas régulier la libre convertibilité des opérations en capital et à élargir l'utilisation du renminbi dans les échanges et les investissements transfrontaliers.

Développer l'économie sous toutes ses formes de propriété. Il faudra consolider et développer avec détermination le secteur public, encourager, soutenir et guider dans le même esprit le développement de l'économie non publique. Afin de poursuivre la restructuration stratégique de l'économie publique, on s'attachera à perfectionner les mécanismes d'investissement et de désinvestissement des fonds publics pour maintenir leur mobilité rationnelle. L'étude de la réforme des secteurs ferroviaires et de l'électricité sera mise à l'ordre du jour. En contrepartie, seront perfectionnées et appliquées les mesures favorables à l'essor de l'économie non publique et qui devraient, pour briser le monopole sectoriel et assouplir les conditions d'accès, permettre aux fonds privés de s'investir dans les chemins de fer, les travaux d'urbanisme, la finance, l'énergie, les télécommunications, l'éducation et les soins médicaux, etc., et ce afin de créer un cadre favorable à la concurrence loyale entre les économies de diverses formes de propriété et à leur développement en commun.

Mener en profondeur la réforme des prix. Pour réformer de façon méthodique les prix de l'électricité, on lancera un plan de tarification différenciée pour les ménages et parachèvera les mécanismes de fixation des prix de l'électricité hydraulique et nucléaire et des énergies renouvelables. Il faudra en outre rationaliser progressivement les rapports de prix entre le charbon et l'électricité, parfaire les mesures réformant les prix des carburants et poursuivre la réforme des prix du gaz naturel. Pour que la gestion en matière d'utilisation des ressources en eau soit plus rigoureuse, les instances locales devront fixer et ajuster rationnellement les normes de tarification et introduire la réforme générale du prix de l'eau à usage agricole. Il faudra mener des essais sur le transfert à titre onéreux des droits d'émission de CO2 et de matières polluantes.

Approfondir la réforme du système de répartition des revenus. Il faudra élaborer sans délai le projet global de réforme du système de répartition des revenus. On fera en sorte que les ressources des habitants représentent une part plus grande dans la distribution du revenu national et que la rémunération du travail occupe une place plus importante dans la distribution primaire. Pour ce faire, sur la base de l'amélioration du système salarial, on instaurera un mécanisme de majoration régulière du salaire et on augmentera progressivement le montant du salaire minimum garanti. Des conditions favorables seront créées pour permettre aux habitants de bénéficier de plus de revenus de la propriété. On établira un mécanisme de partage par tous des profits provenant de la cession des ressources publiques. Afin d'offrir équitablement des opportunités à tous, on s'attachera à réajuster la taxation des contribuables à hauts revenus, à réglementer strictement la gestion des salaires des dirigeants dans les entreprises publiques et les établissements financiers, à rehausser la proportion des habitants à revenu moyen dans l'ensemble de la population et à majorer les recettes des plus modestes. Parallèlement, en remettant de l'ordre dans la distribution des revenus, on travaillera à protéger efficacement les revenus obtenus légalement et à interdire résolument les revenus illégaux, afin de renverser rapidement la tendance au creusement des écarts.

Poursuivre avec un zèle avisé la réforme par catégorie des établissements d'intérêt public. Il faudra reclasser dans un esprit scientifique ces institutions à but non lucratif, avant d'approfondir par catégorie, par branche d'activités, d'échelon à échelon et étape par étape la réforme de leur système de gestion, ainsi que celle des systèmes de personnel, de répartition des revenus et de protection sociale.

Réformer rapidement la structure administrative. Pour ce faire, il faudra développer la démocratie socialiste. Les élections, la prise de décision, la gestion et la supervision seront menées selon la loi et dans un esprit démocratique, et les droits du peuple à l'information, à la participation, à l'expression et à la surveillance garantis. En appliquant sur tous les plans le principe fondamental de gouvernement du pays dans le respect de la loi, il faudra observer la Constitution et les lois et défendre leur autorité, inscrire l'administration dans le cadre de la loi, être prêt à corriger le mépris de la loi et le laxisme dans son application, l'absence de poursuites judiciaires contre toute infraction, la brutalité dans l'exercice des fonctions, le manquement aux devoirs de la charge et la corruption dans les activités judiciaires. Pour renforcer les contrôles sur l'intégrité des fonctionnaires et mener en profondeur la lutte contre la corruption, il faudra s'attacher à mener à bien les projets fondamentaux à long terme visant à mettre en place un système de prévention et de répression de la corruption et à résoudre en priorité les problèmes qui suscitent le mécontentement populaire. On veillera à ce que les procédures d'approbation administrative soient établies et appliquées dans le strict respect des dispositions légales et on passera au crible et rectifiera les procédures existantes. Il est interdit aux cadres dirigeants d'intervenir dans les activités économiques telles que les achats publics, l'adjudication de projets, la vente aux enchères de terrains ou de droits d'exploitation minière. Tout en appliquant à la lettre les règlements concernant l'intégrité dans la conduite des affaires publiques, on s'attachera à renforcer la supervision administrative, démocratique et celle exercée par l'opinion publique. Toute infraction à la discipline et à la loi sera poursuivie impitoyablement, et les éléments corrompus seront punis avec sévérité.

IX) Élever le niveau de l'ouverture sur l'extérieur et en améliorer la qualité

L'ouverture sur l'extérieur de notre pays est entrée dans une ère nouvelle où le rôle et la position de l'import-export et de l'investissement mutuel ont connu un changement profond. Pour répondre à cette situation nouvelle, nous sommes tenus, en matière d'activités économiques avec l'extérieur, de renouveler notre manière de penser dans le travail, de changer leur mode de développement, et d'améliorer le niveau de l'économie ouverte, afin d'instaurer une conjoncture plus favorable.

Assurer l'essor régulier du commerce extérieur. Si nous mettons l'accent sur la demande intérieure, cela ne veut pas dire que nous pouvons négliger le rôle significatif de la demande extérieure dans le développement économique. Par conséquent, il faudra veiller à la régularité de la politique du commerce extérieur. Ainsi, la détaxe à l'exportation restera inchangée, le financement des échanges commerciaux et l'assurance sur le crédit d'exportation seront élargis, les services de douane, le contrôle de la qualité, et la gestion des devises étrangères devront être améliorés. Quant aux entreprises, il faudra les aider à surmonter les difficultés qu'elles rencontrent à cause de l'insuffisance des commandes, de l'augmentation du coût de production et de la multiplication des frictions commerciales. Pour transformer au plus vite le mode de développement du commerce extérieur, nous devrons appliquer en profondeur la stratégie privilégiant les sciences et les techniques, la qualité des produits et la diversification des débouchés. Pour ce faire, on aidera les entreprises à forger leurs propres marques ainsi qu'à créer leurs propres réseaux de commercialisation et centres de R&D, et on orientera le commerce de sous-traitance vers les positions supérieures de la chaîne industrielle et vers les régions du Centre et de l'Ouest. Tout en consolidant notre place sur les marchés traditionnels aux États-Unis, en Europe et au Japon, nous devons continuer à prospecter les marchés émergents. Pour y parvenir, on veillera à régulariser l'exportation de produits à forte intensité de main-d'œuvre et à accroître l'exportation de produits de hautes technologies et à haute valeur ajoutée, tout en limitant l'exportation des produits dont le processus de production consomme énormément d'énergie et pollue fortement l'environnement. En même temps, on développera énergiquement le commerce des services et les prestations de services externalisés. Pour équilibrer l'importation et l'exportation, on élaborera une directive en faveur de l'importation et de la balance commerciale, améliorera les mesures politiques d'importation, et mettra en place de nouvelles plates-formes favorables à l'importation.

Améliorer la qualité de l'utilisation des capitaux étrangers. Conformément au principe recommandant d'utiliser activement et au mieux les capitaux étrangers, on accordera une plus grande importance à l'amélioration de leur qualité et à l'optimisation de leurs structures. L'application du catalogue nouvellement révisé des secteurs d'activité recommandés aux investisseurs étrangers permettra d'orienter davantage de fonds étrangers vers l'industrie manufacturière de pointe, les industries de hautes et nouvelles technologies, les industries liées aux économies d'énergie et à la protection de l'environnement et les services modernes, ainsi que vers les régions du Centre et de l'Ouest.

Appliquer la stratégie recommandant de "sortir des frontières". Maintenant que la Chine est entrée dans une période décisive marquée par l'accélération de l'investissement hors de ses frontières, il importe de renforcer la macrodirection et le soutien politique, simplifier les formalités d'approbation et assurer de meilleurs services. Il faudra mieux canaliser les entreprises sous divers régimes de propriété en sorte qu'elles procèdent de manière ordonnée à la coopération et à l'investissement à l'étranger, ainsi qu'aux fusions-acquisitions transnationales dans les domaines de l'énergie, des matières premières, de l'agriculture, de l'industrie manufacturière, des services et des infrastructures. En outre, il faudra trouver de nouveaux modes de création de zones extraterritoriales de coopération économique et commerciale, et aider les entreprises ayant franchi les frontières à se développer en synergie et en conglomérat. Il faudra réglementer et développer la coopération en main-d'œuvre avec l'extérieur. On assouplira les restrictions aux investissements individuels à l'étranger. Pour préserver la sécurité des personnes et des biens des entreprises chinoises à l'étranger, on renforcera la gestion des risques des investissements extérieurs.

Adhérer à la gouvernance de l'économie mondiale et à la coopération interrégionale. Tout en assurant la régularité des relations économiques et commerciales avec les pays développés, on cherchera à approfondir la coopération avec les pays en développement sur la base des avantages réciproques. On continuera à favoriser la mise en place de zones de libre-échange et l'intégration économique régionale. On prendra une part active à l'édification de mécanismes de gouvernance de l'économie mondiale tels que le G20, tout en veillant à renforcer la coordination des politiques macroéconomiques avec les principales entités économiques. Pour lutter contre le protectionnisme sous toutes ses formes, nous continuerons à jouer un rôle constructif dans les négociations du cycle de Doha et la réforme du système financier international.

Camarades député(e)s,

La Chine étant un pays multiethnique uni, sa prospérité dépend de la lutte solidaire de toutes les ethnies et de leur développement en commun. À cet effet, il nous faudra maintenir et améliorer le système d'autonomie régionale concernant les ethnies minoritaires, appliquer consciencieusement les mesures politiques du Comité central en faveur de leur développement et du progrès de leurs régions, et appliquer énergiquement le plan favorable au développement des petites communautés ethniques, à l'enrichissement des régions limitrophes et de leurs populations et à l'avancement de la cause des ethnies minoritaires. Il faudra consolider et développer les relations interethniques socialistes basées sur l'égalité, l'union et l'entraide et l'harmonie.

Les principes fondamentaux du Parti à l'égard des religions seront appliqués avec sérieux. Il faudra protéger les droits et intérêts légitimes des groupements confessionnels, des personnalités des milieux religieux et des croyants et mettre en valeur leur rôle positif dans le développement économique, l'essor culturel et l'harmonie sociale.

La politique concernant nos ressortissants résidant à l'étranger devra être appliquée d'une manière intégrale. Il faudra préserver les droits et intérêts légitimes des Chinois d'outre-mer, de ceux rentrés au pays et de leurs familles, les aider à participer à la modernisation de la patrie et à sa grande cause de réunification pacifique.

Camarades député(e)s,

Une défense nationale solide et une armée forte constituent un appui puissant pour sauvegarder la souveraineté, la sécurité et les intérêts du développement de l'État. Pour que nos forces armées puissent accomplir des missions d'importance historique à cette étape du XXIesiècle, nous devrons renforcer leur esprit révolutionnaire, promouvoir leur modernisation et leur mise à niveau. Nous devrons élever leur capacité à diversifier leurs compétences, en nous concentrant sur la faculté de gagner des guerres locales où l'informatique joue un grand rôle, accorder une grande importance à leur édification politico-idéologique, tout en suivant le principe fondamental institutionnalisant le "contrôle absolu du Parti sur l'armée" et en respectant toujours l'objectif fondamental qui est de former une armée dévouée au peuple. Nous soumettrons nos forces armées à des entraînements militaires utilisant l'informatique et accélérerons la modernisation de leurs services logistiques. Nous nous efforcerons d'augmenter la capacité d'innovation dans les domaines de l'armement et des technologies de défense nationale; nous veillerons à former des militaires de type nouveau dotés de grandes qualités; et nous poursuivrons avec un zèle avisé les réformes dans la défense nationale et dans nos forces armées. Notre armée continuera d'être soumise à des exigences rigoureuses et gérée en vertu de la loi. Nous nous appliquerons à moderniser la police armée, et à renforcer la mobilisation de la défense nationale et les forces de réserve. Nos forces armées devront être capables de lutter contre le terrorisme, de préserver la stabilité sociale, de faire face à d'éventuelles situations de crise et de porter secours aux sinistrés en cas de grandes calamités. Nous suivrons la voie d'un développement à vocation civile et militaire à la chinoise, tout en continuant à associer la production à usage militaire avec celle à usage civil et à assurer les transferts de technologies. Nous consoliderons l'union de l'armée et du gouvernement, de même que celle des militaires et des civils.

Camarades député(e)s,

Hong Kong et Macao partagent le destin de la patrie. Nous devrons rester fidèles aux principes dits "Un pays, deux systèmes", "Administration de Hong Kong par les Hongkongais", "Administration de Macao par les Macanais" et à celui d'un haut degré d'autonomie, et nous appuierons sans réserve ces deux régions dans leur politique visant à développer l'économie, à améliorer les conditions de vie de la population et à faire progresser la démocratie. Nous soutiendrons les gouvernements de ces régions dans leurs efforts pour relever les défis de l'économie internationale, préserver la stabilité économique et financière et assurer leur prospérité et leur développement à long terme. Nous coordonnerons et appliquerons une série de mesures politiques destinées à soutenir le développement socioéconomique de Hong Kong et de Macao. Dans ce sens, nous élèverons considérablement le niveau d'ouverture du commerce des services de la partie continentale vers ces deux régions, accélérerons la construction du pont reliant Hong Kong, Zhuhai et Macao et d'autres infrastructures, et nous travaillerons à assurer leur raccordement. Nous approfondirons la coopération entre la partie continentale et Hong Kong d'une part, et Macao d'autre part, et encouragerons ces deux régions à participer à la coopération économique internationale et interrégionale. Nous apporterons notre soutien à Hong Kong pour qu'elle puisse consolider et élever sa position de place financière internationale, ainsi que de centre international du commerce et du transport maritime, et construire un centre financier offshore pour le renminbi. Nous aiderons Macao à devenir un centre international de tourisme et de loisirs, ferons avancer le développement de la zone nouvelle de Hengqin [Zhuhai], et encouragerons une diversification adéquate de leur économie. Nous sommes convaincus que forts de l'appui de la mère patrie, nos compatriotes de Hong Kong et de Macao seront capables de rendre leurs régions plus prospères.

Pendant l'année écoulée, après avoir subi de rudes épreuves, les relations entre les deux rives ont connu une évolution positive. De chaque côté du détroit, tous nos compatriotes en sont venus progressivement à partager la volonté commune de s'opposer aux activités de sécession visant à l'"indépendance de Taiwan", d'accepter le "Consensus de 1992", de consolider les résultats des échanges et de la coopération et de promouvoir le développement pacifique des relations entre les deux rives. Cette année, nous continuerons à rester fidèles au principe général déterminé par le Comité central concernant la question de Taiwan, consoliderons les bases du développement des relations entre les deux rives dans les domaines de la politique, de l'économie, de la culture et de la volonté populaire, et créerons de nouvelles occasions favorables à leur promotion pacifique. Nous approfondirons la coopération économique et financière entre les deux rives et ferons en sorte que la suite des négociations sur l'Accord-cadre de coopération économique fasse de nouveaux progrès. Nous accélérerons le développement de la zone économique de la rive ouest du détroit. Nous élargirons activement les échanges entre les différents secteurs d'activité et développerons la coopération culturelle et éducative entre les deux rives pour que tous nos compatriotes resserrent plus étroitement leurs liens, nourrissent un sentiment d'affection mutuelle plus profond et partagent une plus grande communauté d'intérêts. Que tous les Chinois s'unissent étroitement et travaillent d'arrache-pied pour accomplir l'œuvre magnifique de réunification de la patrie et réaliser le grand renouveau de la nation chinoise!

Camarades député(e)s,

Cette année, notre diplomatie devra servir mieux la réforme, l'ouverture sur l'extérieur et la modernisation socialiste afin d'apporter de plus grandes contributions à la croissance économique mondiale ainsi qu'à la préservation de la paix et de la stabilité. Nous continuerons à développer en profondeur les relations amicales de voisinage, participerons activement à la mise en place des différents mécanismes de coopération avec nos voisins, et ferons avancer la coopération interrégionale en vue de créer ensemble un environnement favorable à la paix et la stabilité, à l'égalité et la confiance mutuelle, et à l'aménagement d'un environnement interrégional bénéfique à tous. Nous renforcerons l'union et la coopération avec les autres pays en voie de développement. En approfondissant notre longue tradition d'amitié, nous élargirons les coopérations mutuellement avantageuses. Nous apporterons notre contribution à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement adoptés par l'ONU et nous défendrons les droits et intérêts légitimes ainsi que les intérêts communs de tous les pays en voie de développement. En vue d'acheminer nos relations avec les grandes puissances vers un développement sain, stable et à long terme, nous intensifierons le dialogue stratégique avec elles, renforcerons la confiance mutuelle stratégique et étendrons les domaines de coopération. Nous participerons activement aux affaires multilatérales et au règlement des problèmes internationaux, et contribuerons à l'établissement d'un ordre international plus équitable et plus raisonnable. La Chine suivra sans défaillance une voie de développement pacifique. En maintenant comme toujours une politique extérieure indépendante et pacifique et une stratégie d'ouverture "gagnant-gagnant", elle sera disposée, de concert avec toutes les autres nations, à déployer des efforts inlassables pour le progrès de la civilisation humaine, l'amélioration du bien-être de tous les peuples et l'édification d'un monde harmonieux où règnent une paix durable et une prospérité commune.

Camarades député(e)s,

Nous avons réalisé dans le passé des exploits remarquables grâce à nos efforts incessants, et nous aurons dans le futur à travailler dur pour accomplir de lourdes tâches. Réunissons-nous étroitement autour du Comité central ayant comme secrétaire général le camarade Hu Jintao, libérons notre pensée, faisons preuve d'un esprit d'entreprise et d'innovation et travaillons d'arrache-pied pour réaliser de nouveaux progrès dans notre modernisation socialiste.

Suggest To A Friend
  Print