Page d'accueil Dernières Nouvelles Infos sur le Consulat Général Infos sur la circonscription Affaires consulaires Contactez-nous
Déclaration du Directeur général de l'OMS relative à la ‎réunion du Comité d'urgence du RSI sur le nouveau ‎coronavirus (2019-nCoV)‎
2020/02/02

 

30 janvier 2020

 

Bonsoir, à vous qui êtes dans la salle et à tous ceux qui sont en ligne.

 

Au cours des dernières semaines, nous avons assisté à l'émergence d'un agent pathogène inconnu auparavant qui a provoqué une flambée sans précédent, laquelle a entraîné une riposte sans précédent.

 

Comme je l'ai dit à plusieurs reprises depuis mon retour de Beijing, le Gouvernement chinois doit être félicité pour les mesures sans précédent qu'il a prises en vue d'endiguer la flambée, malgré les graves conséquences sociales et économiques de ces mesures pour la population chinoise.

 

Aujourd'hui, sans les efforts déployés et les progrès accomplis par le Gouvernement pour protéger sa population et le reste du monde, il y aurait eu beaucoup plus de cas – et, probablement, de décès.

 

La rapidité avec laquelle la Chine a détecté la flambée, isolé le virus et communiqué le génome à l'OMS et au monde, après l'avoir séquencé, est particulièrement impressionnante. L'attachement de la Chine à la transparence et à l'aide aux autres pays ne l'est pas moins.

 

À bien des égards, la Chine établit une nouvelle norme en matière de riposte aux flambées. Je n'exagère pas.

 

Je tiens également à exprimer mon profond respect et ma gratitude aux milliers de professionnels de la santé et aux intervenants en première ligne qui, pendant le Nouvel An chinois, travaillent courageusement 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pour soigner les malades, sauver des vies et maîtriser cette flambée.

 

Grâce à leurs efforts, le nombre de cas dans le reste du monde est, pour l'instant, relativement faible.

 

On compte aujourd'hui 98 cas dans 18 pays autres que la Chine, dont huit cas de transmission interhumaine dans quatre pays: l'Allemagne, les États-Unis d'Amérique, le Japon et le Vier Nam.

 

À ce jour, nous n'avons eu à déplorer aucun décès hors de Chine, ce dont nous devons tous nous féliciter. Ces chiffres restent relativement bas par rapport au nombre de cas en Chine mais nous devons tous agir ensemble pour limiter la propagation.

 

L'immense majorité des cas hors de Chine se sont rendus à Wuhan ou ont été en contact avec quelqu'un qui s'était rendu à Wuhan.

 

Nous ne savons pas quel type de dégâts ce virus pourrait entraîner s'il se propageait dans un pays dont le système de santé est fragile.

 

Nous devons agir dès maintenant pour aider les pays à se préparer à cette éventualité.

 

Pour toutes ses raisons, je déclare que la flambée due au nouveau coronavirus constitue une urgence de santé publique de portée internationale.

 

Cette déclaration n'est pas principalement due à ce qui se passe en Chine mais à ce qui se passe dans d'autres pays.

 

Ce qui nous inquiète le plus, c'est l'éventualité que le virus se propage à d'autres pays dont le système de santé est plus fragile et qui ne sont pas bien préparés à y faire face.

 

Je le dis clairement: cette déclaration n'est pas une marque de défiance vis-à-vis de la Chine. Au contraire, l'OMS a toujours confiance dans les capacités de la Chine à lutter contre la flambée.

 

Comme vous le savez, j'étais en Chine il y a quelques jours à peine pour y rencontrer le Président Xi Jinping. J'en suis reparti en n'ayant pas le moindre doute quant à l'attachement de la Chine à la transparence et à la protection de la population mondiale.

 

Nous voulons que la population chinoise et toutes les personnes touchées par cette flambée sachent que le monde est à leurs côtés. Nous collaborons assidûment avec nos partenaires nationaux et internationaux de santé publique pour maîtriser cette flambée le plus vite possible.

 

Aujourd'hui, il y a 7834 cas confirmés au total, dont 7736 en Chine, pays qui concentre près de 99% des cas notifiés dans le monde. Cette flambée a provoqué 170 décès, tous survenus en Chine.

 

Nous ne devons pas oublier qu'il s'agit de personnes, pas de chiffres.

 

Outre la déclaration d'une urgence santé publique, ce sont les recommandations du Comité qui sont importantes pour prévenir la propagation du virus et garantir une riposte mesurée et fondée sur des bases factuelles.

 

Je souhaiterais résumer ces recommandations en sept points essentiels.

 

Premièrement, il n'y a aucune raison de prendre des mesures qui perturbent inutilement les voyages et le commerce internationaux. L'OMS ne recommande pas de limiter les échanges commerciaux et les déplacements.

 

Nous appelons les pays à appliquer des décisions cohérentes, sur des bases factuelles. L'OMS est prête à donner des conseils à tout pays qui réfléchit aux mesures à prendre.

 

Deuxièmement, nous devons soutenir les pays dont le système de santé est plus fragile.

 

Troisièmement, il faut accélérer la mise au point de vaccins, de médicaments et d'outils de diagnostic.

 

Quatrièmement, il faut lutter contre la propagation des rumeurs et des fausses informations.

 

Cinquièmement, il faut revoir les plans de préparation, repérer les lacunes et évaluer les ressources nécessaires pour identifier, isoler et prendre en charge les cas, et prévenir la transmission.

 

Sixièmement, il faut partager les données, les connaissances et l'expérience avec l'OMS et le monde.

 

Et septièmement, nous ne viendrons à bout de cette flambée que si tous les pays agissent ensemble dans un esprit de solidarité et de coopération. Cette flambée nous concerne tous et c'est seulement ensemble que nous pouvons l'enrayer.

 

Les faits doivent l'emporter sur la peur.

 

La science doit l'emporter sur les rumeurs.

 

La solidarité doit l'emporter sur la stigmatisation.

 

Je vous remercie.

 

 

Lien externe:

 https://www.who.int/fr/dg/speeches/detail/who-director-general-s-statement-on-ihr-emergency-committee-on-novel-coronavirus-(2019-ncov)

Suggest To A Friend
  Print