Page d'accueil Dernières Nouvelles Infos sur le Consulat Général Infos sur la circonscription Affaires consulaires Contactez-nous
Wang Yi parle de son déplacement en Europe
2019/01/26

Le 25 janvier 2019, dans la soirée, heure locale, au terme de ses visites en France et en Italie, le Conseiller d’État chinois et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a accordé une interview aux journalistes pour parler de son déplacement en Europe et répondre à leurs questions.

Wang Yi a déclaré : « Le dialogue stratégique avec la France et la réunion conjointe du comité gouvernemental avec l’Italie ont été très fructueux. La France et l’Italie sont deux grands pays d’influence mondiale et membres importants de l’UE. Dans le contexte actuel marqué par des ajustements profonds des relations entre les grands pays et des frictions croissantes, la France et l’Italie ont déclaré leur intention de poursuivre fermement leur politique étrangère indépendante, leur attachement au partenariat stratégique global avec la Chine, leur souhait de promouvoir la coopération globale avec la Chine et d’accorder à leurs relations avec la Chine une place importante dans leurs actions diplomatiques. Je pense que la durabilité, la stabilité et le caractère mutuellement avantageux des partenariats stratégiques globaux Chine-France et Chine-Italie n’ont pas été affectés, mais au contraire renforcés. Nous souhaitons agir dans le même sens que la France et l’Italie pour intensifier la communication stratégique, renforcer la confiance stratégique mutuelle, approfondir la coopération stratégique, enrichir continuellement nos partenariats stratégiques globaux et apporter sans cesse de l’énergie positive à la communauté internationale. »

Wang Yi a poursuivi : « Ma tournée en France et en Italie m’a donné une autre impression : ces deux pays ont explicitement invité les entreprises chinoises à investir chez eux, déclarant qu’ils n’adopteraient pas de restrictions concernant des entreprises particulières, et encore moins des mesures discriminatoires à l’égard d’aucune entreprise. Ils se disent prêts à créer un environnement équitable, ouvert et transparent pour toutes les entreprises étrangères, y compris les entreprises chinoises. Dans la situation actuelle, ces déclarations sont non seulement opportunes, mais également nécessaires. Je suis sûr que les entreprises chinoises se tourneront davantage vers les pays où elles pourront s’appliquer au développement et qui méritent leur confiance.

Nous avons également mené des échanges de vues approfondis sur ce qu’il y a à faire pour relever les différents défis planétaires. Les trois parties affirment toutes que nous devrions défendre fermement le multilatéralisme, fondé sur les règles et le système international contemporain axé autour de l’ONU. Dans le même temps, nous pensons également que la gouvernance mondiale devrait évoluer avec notre époque et procéder à des réformes et des améliorations nécessaires. Les trois parties sont totalement en désaccord avec la pratique de l’unilatéralisme et de l’égocentrisme. Cela représente en réalité l’aspiration générale de la communauté internationale. Les faits prouveront que tout unilatéralisme et tout égocentrisme sont impopulaires et condamnés à la non-durabilité. »

En réponse à la question d’un journaliste sur la répression ouverte ces derniers temps par certains pays contre Huawei et d’autres entreprises chinoises, Wang Yi a souligné : « Au fond, cette affaire est très claire. Recourir au pouvoir de l’État, en l’absence de toute preuve, pour noircir et réprimer une entreprise particulière n’est ni juste ni moral. Cela est d’autant plus inacceptable compte tenu des intentions politiques évidentes et de la manipulation politique qui s’y dissimulent. Je pense que tous les pays doivent faire preuve de vigilance et résister à cette pratique déraisonnable et à cet acte de brimade. Les entreprises sont des entreprises, la survie et le développement des entreprises doivent être déterminés par la concurrence du marché. Ce que les gouvernements doivent faire, c’est leur créer un environnement commercial juste, équitable et transparent. Bien entendu, tous les pays ont le droit de maintenir leur sécurité de l’information ; mais ils ne peuvent nuire, voire étouffer les activités légitimes des entreprises sous prétexte de sécurité et avec des accusations fabriquées de toutes pièces. »

Suggest To A Friend
  Print