Page d'accueil Dernières Nouvelles Infos sur le Consulat Général Infos sur la circonscription Affaires consulaires Contactez-nous
TRAVAILLONS ENSEMBLE À REMPLIR NOS NOBLES MISSIONS POUR LA PAIX ET LA SÉCURITÉ COMMUNES
2018/09/27

-Intervention de S.E.M. Wang Yi

Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères

de la République populaire de Chine

au débat public du Conseil de Sécurité sur

le maintien de la paix et de la sécurité internationales

(New York, le 26 septembre 2018)

Monsieur le Président,

Le maintien de la paix et de la sécurité dans le monde est le premier devoir du Conseil de Sécurité consacré par la Charte des Nations Unies et aussi la responsabilité commune de tous les membres du Conseil.

Face aux défis complexes posés à la paix et à la sécurité internationales, comment doit procéder le Conseil de Sécurité pour remplir ses missions et jouer son rôle ? Cela mérite des réflexions approfondies. À cet égard, la Chine souhaite proposer ce qui suit :

- S'attacher à l'équité conformément aux mandats de la Charte des Nations Unies. Le Conseil de Sécurité doit porter haut levé le drapeau du multilatéralisme, observer scrupuleusement les buts et principes énoncés dans la Charte des Nations Unies, préserver le droit international et les règles fondamentales régissant les relations internationales universellement reconnus ainsi que l'autorité et le rôle de l'ONU dans les affaires internationales, et défendre la souveraineté, l'indépendance et les droits et intérêts légitimes de tous les pays.

- S'attacher à l'orientation fondamentale que constitue le règlement politique des différends. Le Conseil de Sécurité doit être au premier front de la promotion du règlement politique et œuvrer pour régler les divergences et différends par voie de dialogue et de consultations. Il convient de mettre à profit les moyens comme médiation, bons offices et maintien et consolidation de la paix et de renforcer la diplomatie préventive, pour réaliser le but fondamental du règlement politique.

- S'attacher au renforcement de l'unité et du consensus. Les membres du Conseil doivent être pleinement conscients de leurs responsabilités et devoirs à l'égard de la paix et de la sécurité internationales, renforcer le sens de l'unité et de la coopération et renoncer aux considérations géopolitiques afin d'assurer un fonctionnement efficace du Conseil et de préserver les intérêts communs de l'ensemble des États membres de l'ONU.

- S'attacher à la coordination des efforts pour créer des synergies. Le Conseil de Sécurité doit travailler en étroite coordination avec l'Assemblée générale, le Conseil économique et social, le Secrétaire général et les organes de développement de l'ONU pour que le pilier politique et le pilier du développement se soutiennent mutuellement, et que la promotion d'une paix soutenue et la réalisation d'un développement durable, deux objectifs majeurs de l'ONU, se renforcent réciproquement.

Monsieur le Président,

La prolifération des armes de destruction massive et de leurs vecteurs constitue une menace réelle pour la paix et la sécurité internationales et un défi commun pour la communauté internationale.

La Chine estime nécessaire de redoubler d'efforts dans les trois domaines suivants :

Premièrement, promouvoir la primauté du droit pour consolider et perfectionner le régime international de non-prolifération. Le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires, la Convention sur les armes biologiques, la Convention sur l'interdiction des armes chimiques, la résolution 1540 et les autres résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité constituent le socle juridique du régime international de non-prolifération. La communauté internationale est appelée à préserver effectivement l'universalité, l'efficacité et l'autorité du régime de non-prolifération et à veiller notamment à prévenir les risques d'acquisition de matériels et de technologies pour la fabrication d'armes de destruction massive par les acteurs non étatiques comme les terroristes.

Deuxièmement, adopter une approche multidimensionnelle pour faire avancer de façon équilibrée l'application des conventions de non-prolifération. Chaque pays doit respecter ses engagements, assumer ses responsabilités en matière de non-prolifération et s'acquitter de ses obligations internationales. Les conventions et accords internationaux de non-prolifération doivent être appliqués de manière complète et intégrale, et il n'y a pas de place pour le deux poids deux mesures ni pour les arrangements discriminatoires ou d'application sélective, quels qu'ils soient.

Troisièmement, promouvoir la coopération internationale pour renforcer les capacités en matière de non-prolifération de tous les pays. Les gouvernements des États assument au premier chef la responsabilité de la non-prolifération. Il est essentiel de soutenir les différents pays dans leurs efforts pour élaborer des politiques de non-prolifération en fonction de leurs conditions nationales, de les encourager à renforcer constamment leurs capacités de faire respecter la loi en matière de non-prolifération, et de développer activement les échanges, l'inspiration mutuelle et la coopération concrète afin de combler les maillons faibles et de garantir une sécurité pour tous.

Monsieur le Président,

L'accord global sur la question nucléaire iranienne (JCPOA), acquis du multilatéralisme obtenu au prix d'âpres efforts, contribue au maintien du régime international de non-prolifération nucléaire et à la préservation de la paix et de la sécurité au Moyen-Orient. Aucun accord international ne peut être parfait. Mais le JCPOA a été approuvé à l'unanimité par le Conseil de Sécurité. La situation au cours des trois dernières années montre aussi que cet accord fonctionne et produit des résultats. La Chine encourage l'Iran à continuer à honorer ses engagements, et les droits légitimes des différentes parties de développer la coopération économique et commerciale normale avec l'Iran doivent aussi être respectés. La Chine appelle les différentes parties à tenir compte de l'intérêt général et de long terme pour préserver le sérieux, l'intégrité et l'efficacité de cet accord.

Depuis le début de cette année, une importante dynamique d'apaisement est observée dans la Péninsule coréenne. La Chine accueille favorablement cette dynamique à laquelle elle a inlassablement contribué. La Chine soutient le consensus important dégagé à Singapour par les dirigeants de la République populaire démocratique de Corée et les États-Unis, et soutient les efforts du Nord et du Sud de la Péninsule d'améliorer leurs relations sur tous les plans. Elle appelle toutes les parties à préserver et à saisir l'opportunité qui se présente pour traduire les engagements politiques en actes concrets et continuer à travailler à la dénucléarisation complète de la Péninsule et à l'instauration d'un mécanisme de paix, en vue de réaliser au plus tôt la paix durable dans la Péninsule.

Monsieur le Président,

La Chine reste fidèle aux engagements solennels qu'elle a pris au regard des buts et principes énoncés dans la Charte des Nations Unies, œuvre résolument pour préserver le système international contemporain centré sur les Nations Unies et assume consciencieusement ses responsabilités et obligations internationales. Elle propose que tous les pays poursuivent leurs efforts communs pour construire la paix et la sécurité pour tous.

Pour terminer, je tiens à souligner que la Chine observe depuis toujours le principe de non-ingérence dans les affaires intérieures d'autrui. C'est une tradition de la diplomatie chinoise, qui est largement saluée par la communauté internationale. Nous ne nous sommes jamais ingérés, et nous ne nous ingérerons jamais dans les affaires intérieures d'aucun pays. Nous n'acceptons pas les accusations infondées contre la Chine. Et nous appelons les autres pays à observer aussi les buts de la Charte des Nations Unies et à s'abstenir de s'immiscer dans les affaires intérieures d'autrui.

Je vous remercie, Monsieur le Président.

Suggest To A Friend
  Print