Page d'accueil Dernières Nouvelles Infos sur le Consulat Général Infos sur la circonscription Affaires consulaires Contactez-nous
Conférence de presse du 6septembre 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin
2021/09/06

CCTV : Le 3 septembre, le Président Xi Jinping a participé par liaison vidéo et sur invitation à la cérémonie d’ouverture de la session plénière du 6e Forum économique oriental, tenue à Vladivostok, en Russie, et y a prononcé un discours. Dans les circonstances actuelles, quelle est l’importance de la participation du Président Xi Jinping à l’événement ?

Wang Wenbin : Le Forum économique oriental, créé en 2015 à l’initiative du Président Vladimir Poutine, est devenu, après des années de développement, une importante plateforme de coopération et de dialogue économiques multilatéraux en Asie du Nord-Est. La participation du Président Xi Jinping au forum a incarné avec vivacité les efforts de la Chine pour surmonter les difficultés et rechercher un développement commun avec les autres parties de la région, et a pleinement traduit le haut niveau de la coordination stratégique sino-russe. Le discours prononcé par le Président Xi Jinping lors de la cérémonie d’ouverture a fourni une orientation stratégique pour la coopération entre toutes les parties en vue de répondre à la pandémie de COVID-19, le renforcement de la synergie et l’approfondissement de la coopération entre l’Initiative « la Ceinture et la Route » et l’Union économique eurasiatique, ainsi que la préservation de la paix et de la stabilité régionales, trouvant un écho positif de toutes les parties au forum.

À l’heure actuelle, l’échiquier mondial est en profonde transformation, la pandémie de COVID-19 resurgit sans cesse, et l’économie mondiale se redresse péniblement. Plus le monde est instable, plus la Chine et la Russie doivent être déterminées à promouvoir leur coopération. Nous sommes convaincus qu’au fur et à mesure que la coopération pragmatique tous azimuts sino-russe progresse solidement et que la coordination stratégique sino-russe dans les affaires internationales et régionales s’approfondit chaque jour davantage, le partenariat de coordination stratégique global sino-russe pour une nouvelle ère apportera une plus grande contribution à la sauvegarde de la paix, de la stabilité et du développement du monde.

NHK : Le porte-avions britannique « Queen Elizabeth » accoste au Japon. Aujourd’hui, le Ministre japonais de la Défense Nobuo Kishi a déclaré que le Royaume-Uni, le Japon, les États-Unis, l’Inde et la République de Corée ont mené des exercices militaires conjoints. Selon des estimations, il s’agit d’une action pour contrôler l’expansion continue de l’influence de la Chine dans la région Indo-Pacifique. Quels sont les commentaires de la Chine ?

Wang Wenbin : J’ai déjà présenté la position de la Chine sur cette question la semaine dernière. Vous pouvez le consulter.

The Paper : Selon des reportages, la porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki a récemment déclaré qu’aucun pays ne souhaitait plus que la Chine et la Russie que les États-Unis restent en Afghanistan, car cela empêcherait les États-Unis de mobiliser leurs ressources. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Ces remarques montrent que la partie américaine mesure les autres à son aune. C’est non seulement une excuse pour son propre échec, mais également une nouvelle révélation de la nature hégémonique des États-Unis qui tentent de continuer de poursuivre la politique du plus fort dans le monde.

En tant qu’auteur de la question afghane, les États-Unis ont infligé d’énormes pertes et souffrances au peuple afghan pendant les 20 ans de guerre en Afghanistan, dont les effets négatifs seront difficiles à éliminer dans les années à venir. Les États-Unis doivent assumer les obligations qui leur incombent en matière de reconstruction et de paix en Afghanistan, au lieu de simplement s’en aller et de rejeter leurs responsabilités sur les pays voisins de l’Afghanistan et la communauté internationale.

De plus, les États-Unis doivent réfléchir à leurs propres erreurs, en tirer profondément des leçons, et s’abstenir d’engager arbitrairement de nouvelles interventions militaires à l’étranger, d’imposer leurs idéologie et valeurs aux autres et de répéter les erreurs commises en Afghanistan.

RIA Novosti : Selon des sources d’information des Talibans afghans, ils ont invité la Turquie, la Chine, la Russie, l’Iran, le Pakistan et le Qatar à participer à l’événement de l’annonce de la composition du nouveau gouvernement afghan. Pourriez-vous confirmer si la partie chinoise a reçu l’invitation ? Et qui sera le représentant ?

Wang Wenbin : La position de la Chine sur la question afghane est constante et claire. Nous respectons toujours la souveraineté, l’indépendance et l’intégrité territoriale de l’Afghanistan et soutenons le peuple afghan dans son choix indépendant d’une voie de développement adaptée à ses conditions nationales. Nous soutenons également depuis toujours l’Afghanistan dans la formation d’un gouvernement ouvert, inclusif et largement représentatif, dans la poursuite des politiques intérieures et extérieures modérées et prudentes, dans la lutte résolue contre toutes sortes de forces terroristes et dans la coexistence amicale avec les autres pays, notamment ses pays voisins.

Quant à la question spécifique que vous avez posée, je n’ai pas d’information à fournir pour le moment.

China Review News : Selon des reportages, le 5 septembre, le chef de la Commission de COVID-19 du magazine The Lancet Jeffrey Sachs a déclaré que la réponse mondiale à la pandémie de COVID-19 était inadéquate, dont l’une des raisons était l’échec des États-Unis à travailler avec la Chine pour trouver des solutions mondiales. Il a ajouté que la Chine avait fait un travail excellent dans la lutte contre la COVID-19 et le monde aurait pu en profiter davantage. Selon lui, les États-Unis doivent apprendre à coopérer avec la Chine, au lieu de tenter de lui imposer leur propre volonté. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

Wang Wenbin : J’ai pris note des reportages concernés. J’ai également noté que l’épidémiologiste suisse Christian Althaus a indiqué récemment que la Chine avait répondu correctement à l’épidémie et avait apporté au reste du monde d’un à deux mois pour qu’il se prépare à la COVID-19.

Depuis le début de l’épidémie, la Chine, en poursuivant le principe d’ouverture, de transparence, de science et de coopération, a signalé l’épidémie à l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) dans les plus brefs délais, et a partagé, sans aucune réserve, avec les autres pays des informations sur la prévention et le contrôle de l’épidémie, ainsi que l’expérience en matière de diagnostic et de traitement, ce qui a permis de tenir la ligne de défense cruciale dans la prévention et le contrôle de l’épidémie du monde et de gagner un temps précieux de réponse à la pandémie pour les autres pays. La Chine a accueilli à deux reprises des experts de l’OMS pour des recherches sur l’identification des origines du virus et le rapport conjoint Chine-OMS a abouti à des conclusions rigoureuses sur le plan scientifique et faisant autorité, jetant ainsi une base pour la recherche mondiale sur les origines du virus dans la prochaine étape.

La lutte contre la COVID-19 et la promotion du traçage des origines du virus nécessitent toutes deux la solidarité et la coopération entre les pays ainsi que la valorisation de l’esprit scientifique. Mais certains de la partie américaine ont politisé à maintes reprises la lutte antiépidémique et l’identification des origines du virus, et mis tout en œuvre pour rejeter sur autrui les responsabilités de leur échec dans la lutte contre la COVID-19. De tels actes irresponsables ont non seulement fait payer un lourd tribut à la population américaine, mais sont également devenus le plus grand obstacle pour la lutte antiépidémique et la coopération sur l’identification des origines du virus à l’échelle mondiale.

À l’heure actuelle, la nouvelle vague de la pandémie fait toujours rage dans le monde entier. Nous espérons que la partie américaine écoutera attentivement les voix objectives et rationnelles de la communauté internationale, adhérera à la solidarité au lieu de se livrer à la confrontation, s’efforcera d’assumer leurs responsabilités au lieu de s’y soustraire, respectera la science au lieu de se permettre la politisation, et soutiendra la coopération mondiale sur la lutte antiépidémique et la recherche des origines du virus au lieu de les perturber.

Bloomberg : Quels sont les commentaires de la Chine sur le coup d’État en Guinée ? Pourriez-vous présenter la position et les réactions de la Chine à cet égard ?

Wang Wenbin : Nous suivons de près l’évolution de la situation en Guinée et avons noté les déclarations concernées faites par l’Union africaine et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). La Chine s’oppose à la prise de pouvoir par coup d’État et appelle à la libération immédiate du Président Alpha Condé. Nous espérons que toutes les parties garderont leur calme, feront preuve de retenue, prendront en compte les intérêts fondamentaux du pays et du peuple guinéens, résoudront les questions concernées par le dialogue et la consultation, et maintiendront la paix et la stabilité en Guinée.

Shenzhen TV : Le 5 septembre, le Ministre canadien des Affaires étrangères Marc Garneau a dit dans une déclaration que Michael Kovrig et Michael Spavor étaient « détenus arbitrairement » par la Chine pendant 1 000 jours, et a condamné le « manque de transparence » de la procédure judiciaire chinoise. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

Wang Wenbin : La déclaration publiée par le Ministre canadien des Affaires étrangères, au mépris des faits, a calomnié et attaqué la Chine, et s’est immiscée grossièrement dans la souveraineté judiciaire chinoise. La partie chinoise s’y oppose fermement et la condamne vivement. Michael Kovrig et Michael Spavor, soupçonnés d’avoir porté atteinte à la sécurité d’État de la Chine, ont été poursuivis. Selon les informations révélées récemment par les autorités compétentes, les preuves des crimes commis par ces deux personnes sont irréfutables. Les organes judiciaires chinois ont traité les affaires dans le respect de la loi et tous les droits légaux de ces deux personnes ont été garantis pleinement. Le Canada, qui se présente comme un « État de droit » et se targue de son « indépendance judiciaire », s’ingère de façon flagrante dans le traitement indépendant des affaires en vertu de la loi par les autorités judiciaires chinoises. Son hypocrisie a été mise à nu.

Parlant de la « détention arbitraire » et de la « diplomatie de coercition », la citoyenne chinoise Meng Wanzhou en est la vraie victime. Près de 15 millions d’internautes chinois ont cosigné une pétition demandant à la partie canadienne de libérer immédiatement et sans condition Meng Wanzhou. La partie canadienne devra corriger immédiatement ses erreurs et libérer Meng Wanzhou pour qu’elle puisse retourner en Chine en toute sécurité.

Agence de presse Yonhap : Première question, selon des reportages, compte tenu des difficultés actuelles causées par la pandémie de COVID-19, le Conseil de Sécurité des Nations Unies est en train de discuter de l’assouplissement des sanctions imposées à la République populaire démocratique de Corée (RPDC). Quels sont les commentaires de la Chine à cet égard ? Deuxième question, toujours selon des reportages, le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi effectuera une visite en République de Corée la semaine prochaine. Le Ministère des Affaires étrangères peut-il confirmer cela ?

Wang Wenbin : En ce qui concerne votre première question, je ne suis pas au courant de ce dont vous avez parlé. Nous préconisons toujours que le Conseil de Sécurité des Nations Unies doit, à la lumière de l’évolution de la situation dans la Péninsule coréenne, déclencher dès que possible les dispositions réversibles des résolutions relatives à la RPDC et faire des ajustements nécessaires des sanctions stipulées par les résolutions, en particulier en termes de bien-être du peuple. Cela est conforme à l’esprit des résolutions, et permettra d’atténuer la situation humanitaire et du bien-être du peuple en RPDC, et plus encore, de créer des conditions favorables et d’injecter une impulsion au règlement politique de la question de la Péninsule.

Quant à votre deuxième question, la Chine et la République de Corée sont des voisins proches et amis, et les deux pays maintiennent toujours des communications et des échanges à tous les niveaux. Concernant la question spécifique que vous avez mentionnée, je n’ai aucune information à publier pour le moment.

ARD : Pourriez-vous présenter des informations concrètes sur le décès de l’Ambassadeur d’Allemagne en Chine Jan Hecker ?

Wang Wenbin : La partie chinoise est choquée par le décès soudain de l’Ambassadeur Jan Hecker. Après son entrée en fonction, l’Ambassadeur Jan Hecker a activement promu les relations sino-allemandes. Nous exprimons nos condoléances et nos regrets pour son décès et notre profonde sympathie à ses proches. Nous sommes disposés à offrir autant de facilités que possible à sa famille et à l’Ambassade d’Allemagne en Chine pour traiter les questions de suivi.

CCTV : La série de réunions de la Convention sur les armes biologiques (CABT) se tiennent à Genève. Sur le thème de l’examen de la biotechnologie, toutes les parties se sont engagées dans de vives discussions autour du Guide de la biosécurité de Tianjin sur les codes de conduite des scientifiques et l’ont apprécié positivement. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : La série de réunions de la CABT se tiennent à Genève, l’examen de la biotechnologie en représente l’un des sujets majeurs. Préconiser des recherches biologiques responsables revêt une importance considérable pour réduire les risques de la biosécurité et faire bénéficier les sciences biologiques à l’humanité. Il s’agit d’une question importante touchant à la sécurité et au développement.

Le Guide de Tianjin, rédigé sur la base de l’initiative lancée par la Chine en 2015 et de discussions multilatérales de ces dernières années, couvre tout le processus et toute la chaîne des recherches biologiques, reflétant pleinement le consensus de la communauté internationale. Nous sommes encouragés par l’appréciation positive de toutes les parties au cours des réunions. La Chine a soumis le Guide de Tianjin à l’approbation de la Conférence d’examen de la CABT et incité toutes les parties prenantes à l’adopter volontairement. Nous exprimons notre appréciation à tous les pays qui participent et apportent leur soutien à ce processus multilatéral, dont le Pakistan et le Brésil, ainsi qu’aux institutions scientifiques, experts et chercheurs qui ont contribué à la conclusion du Guide de Tianjin.

La conclusion du Guide de Tianjin montre pleinement que face aux problèmes mondiaux, nous trouverons des solutions efficaces tant que nous restons attachés à l’esprit inclusif, pragmatique, scientifique et coopératif. La Chine continuera d’adhérer à la vision d’une communauté d’avenir partagé pour l’humanité et participera de manière approfondie à la gouvernance mondiale, y compris la biosécurité, afin d’apporter une contribution à la réalisation de la sécurité universelle et du développement commun.

AFP : Connaissez-vous quand le verdict de Michael Kovrig sera rendu ? Pourquoi le verdict n’a-t-il pas été rendu jusqu’à présent ?

Wang Wenbin : Je tiens à réitérer que Michael Kovrig, soupçonné de crimes contre la sécurité d’État de la Chine, a été poursuivi en justice et ses preuves de crimes sont irréfutables. Le tribunal concerné a ouvert le procès en mars dernier et rendra son verdict à une date qui convient. Les autorités judiciaires chinoises traitent les affaires dans le respect de la loi et tous ses droits légaux ont été pleinement garantis. Nous exhortons le pays concerné à respecter la souveraineté judiciaire chinoise et à s’abstenir d’interférer dans le traitement indépendant des affaires par les autorités judiciaires chinoises.

Associated Press du Pakistan : Le Premier Ministre pakistanais Imran Khan a déclaré que la Chine était un modèle pour les pays en développement dans le domaine de la réduction de la pauvreté. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

Wang Wenbin : La Chine apprécie les remarques positives faites par le Premier Ministre Imran Khan.

À la fin de 2020, la Chine a atteint comme prévu son objectif d’éradication de la pauvreté dans la nouvelle ère et a sorti de la pauvreté près de 100 millions de résidents ruraux démunis selon les critères en vigueur. Depuis le lancement de la politique de réforme et d’ouverture, 770 millions de résidents ruraux démunis en Chine sont sortis de la pauvreté. Selon les normes de la Banque mondiale, la population chinoise sortie de la pauvreté représente plus de 70 % de la population mondiale sortie de la pauvreté au cours de la même période.

En tant que grand pays dont la population occupe près d’un cinquième de la population mondiale, la Chine a atteint les objectifs de réduction de la pauvreté énoncés dans le Programme de développement durable à l’horizon 2030 de l’ONU avec 10 ans d’avance, ce qui a permis non seulement à des centaines de millions de Chinois de vivre une vie meilleure, mais aussi de réduire considérablement la population pauvre du monde. Il s’agit non seulement d’un grand événement dans l’histoire du développement de la nation chinoise et dans l’histoire de la réduction de la pauvreté de l’humanité, mais aussi d’une illustration vivante du concept des droits de l’homme aux caractéristiques chinoises qui « considère le droit à la survie et le droit au développement comme les droits de l’homme fondamentaux les plus importants », et d’une importante contribution à la cause des droits de l’homme dans le monde.

Si la Chine a réalisé cet accomplissement historique d’élimination de la pauvreté absolue, c’est parce que le Parti communiste chinois place toujours le peuple au centre de ses préoccupations, met en exergue la réduction de la pauvreté dans la gouvernance de l’État et élimine la pauvreté par le développement. La Chine a avancé et mis en œuvre de façon créative une stratégie de réduction ciblée de la pauvreté, en profitant des normes précises et strictes ainsi que d’un suivi et d’une évaluation rigoureux et responsables pour rendre les efforts de réduction de la pauvreté plus ciblés et plus efficaces. La Chine a fait avancer le processus de réduction de la pauvreté en se basant sur ses propres réalités, en faisant jouer le rôle primordial de la population pauvre et en rassemblant les forces de toutes les parties pour former une forte synergie.

Le succès de la réduction de la pauvreté de la Chine montre que la pauvreté n’est pas invincible. La voie de la réduction de la pauvreté aux caractéristiques chinoises a offert une solution chinoise pour le règlement des problèmes de gouvernance d’État moderne. La Chine entend continuer de renforcer les échanges et la coopération en matière de réduction de la pauvreté avec les autres pays et contribuer encore davantage à la construction d’une communauté d’avenir partagé pour l’humanité sans pauvreté et avec un développement commun.

Suggest To A Friend
  Print