Page d'accueil Dernières Nouvelles Infos sur le Consulat Général Infos sur la circonscription Affaires consulaires Contactez-nous
Conférence de presse du 14 janvier 2021 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian
2021/01/14

CCTV : Pourriez-vous présenter les informations sur la visite du Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi en Indonésie ? Quels sont les résultats de cette visite ?

Zhao Lijian : Au cours de sa visite en Indonésie, le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a rencontré le Président indonésien Joko Widodo, le coordinateur du gouvernement indonésien pour la coopération avec la Chine et Ministre coordinateur Luhut Binsar Pandjaitan, et s'est entretenu avec la Ministre indonésienne des Affaires étrangères Retno Marsudi et a tenu une conférence de presse conjointe avec elle. La Chine et l'Indonésie sont parvenues à un consensus en cinq points, à savoir la lutte conjointe contre l'épidémie, l'approfondissement de la coopération pragmatique dans divers domaines, la promotion de la coopération régionale en Asie de l'Est, la sauvegarde de la paix et de la stabilité en Mer de Chine méridionale ainsi que la défense et la promotion conjointes du multilatéralisme. Les deux pays ont signé des documents portant sur le renforcement de la coopération entre les Ministères des Affaires étrangères des deux pays, le développement des capacités et la coopération technologique en matière de cybersécurité et la coopération du projet de « deux pays, deux parcs » de la Chine et de l'Indonésie.

La Chine et l'Indonésie sont toutes les deux grands pays en développement et économies émergentes importantes et leur coopération revêt une signification stratégique et une portée mondiale. La Chine est prête à coopérer avec l'Indonésie pour mettre en œuvre le consensus atteint par les deux Chefs d'État et à prendre la lutte solidaire contre l'épidémie ainsi que le développement et la coopération comme fil conducteur pour favoriser un plus grand développement des relations bilatérales dans la période post-COVID-19.

Bloomberg : Nous avons remarqué que les États-Unis bloqueraient l'importation des produits du coton et de la tomate en provenance de la Région autonome ouïgoure du Xinjiang. Quelle est la réponse de la Chine là-dessus ?

Zhao Lijian : La Chine s'y oppose fermement. La question du soi-disant « travail forcé » est entièrement un mensonge du siècle fabriqué à partir de rien par des institutions et des personnels d'une poignée de pays occidentaux dont les États-Unis. Leur objectif est de restreindre et de réprimer les parties et les entreprises concernées en Chine et de contenir le développement de la Chine. Les États-Unis ont concocté des mensonges et pris de mauvaises actions fondées sur ceux-ci. Cela a non seulement violé les règles du commerce international et les principes de l'économie de marché, mais a également porté atteinte aux chaînes industrielles et d'approvisionnement mondiales et a nui aux intérêts des entreprises et des consommateurs de tous les pays, y compris les États-Unis. Il s'agit d'un acte typique qui nuit autant aux autres qu'à soi-même.

Ce qui est honteux, c'est que le problème du « travail forcé » aux États-Unis a été relaté dans les journaux de temps en temps. Selon Los Angeles Times, depuis le début de l'épidémie de COVID-19, les détenues de certaines prisons américaines pour femmes sont contraintes de faire des heures supplémentaires pour fabriquer des masques au risque d'être infectées à la COVID-19. Elles travaillent jusqu'à 12 heures par jour sans pouvoir obtenir un masque pour elles-mêmes. Des centaines de milliers de personnes innocentes aux États-Unis ont été tuées par le coronavirus. Les gens comme « George Floyd » ne peuvent pas respirer, et même leurs droits les plus élémentaires en matière de santé et de sécurité ne peuvent pas être garantis. Je me demande d'où vient le courage de certains politiciens américains qui pointent du doigt la politique chinoise de gouvernance au Xinjiang ?

Les affaires du Xinjiang sont purement des affaires intérieures de la Chine, et aucun pays n'a le droit ni la qualification d'y interférer. Les États-Unis devront respecter les faits fondamentaux, révoquer immédiatement leur mauvaise décision et cesser de s'ingérer dans les affaires intérieures de la Chine en instrumentalisant les questions liées au Xinjiang. La Chine prendra toutes les mesures nécessaires pour sauvegarder les intérêts et la dignité nationaux, et fermement défendre sa souveraineté, sa sécurité et ses intérêts de développement.

Agence de Presse Xinhua : Le matin du 13 janvier, un média indonésien a diffusé en direct l'inoculation d'un vaccin de la société chinoise Sinovac Biotech au Président Joko Widodo, le qualifiant de premier à avoir reçu le vaccin anti-COVID-19 de l'Indonésie. Lors de sa rencontre avec le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi, le Président Widodo a remercié la Chine d'avoir fourni des vaccins, et a hautement apprécié les résultats de la coopération entre les deux pays dans le domaine de la santé pendant la pandémie. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

Zhao Lijian : J'ai remarqué les reportages concernés. La Chine et l'Indonésie sont partenaires stratégiques importants l'une pour l'autre, et la coopération vaccinale fructueuse entre les deux parties démontre un haut niveau de confiance politique mutuelle et crée un nouveau point marquant de leur coopération pragmatique. La Chine est prête à continuer de faire avancer la coopération avec l'Indonésie dans la recherche et le développement, la production et l'achat de vaccins, à soutenir l'Indonésie dans la construction d'un centre régional de production de vaccins, à approfondir la coopération sur le médicament et la santé et à favoriser la construction conjointe d'une communauté de santé pour l'humanité.

Shenzhen TV : Selon des reportages, l'Ambassadrice des États-Unis auprès des Nations Unies Kelly Craft a eu un entretien vidéo avec la dirigeante de la région de Taiwan Tsai Ing-wen le 14 janvier après l'annulation d'une visite prévue à Taiwan. Craft a tweeté sur l'entretien avec Tsai Ing-wen et prétendu qu'en raison de l'obstruction faite par la République populaire de Chine, Taiwan était incapable de partager ses expériences réussies en matière de lutte contre la pandémie sur des plateformes telles que les Nations Unies et l'Assemblée mondiale de la Santé (AMS). Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : La Chine est fermement opposée à toute forme d'échanges officiels entre les États-Unis et Taiwan. Les paroles et les actions de Craft susmentionnées constituent une ingérence grave dans les affaires intérieures de la Chine, violent gravement le principe d'une seule Chine et les dispositions des trois communiqués conjoints sino-américains ainsi que l'engagement politique pris par les États-Unis sur la question de Taiwan. La Chine s'y oppose fermement.

Il n'y a qu'une seule Chine dans le monde, Taiwan fait partie inaliénable du territoire chinois, et le gouvernement de la République populaire de Chine est l'unique gouvernement légal représentant l'ensemble de la Chine. Tel est un fait fondamental reconnu par la communauté internationale et une norme fondamentale régissant les relations internationales.

Les Nations Unies sont composées d'États souverains. La participation de la région de Taiwan aux activités des organisations internationales, dont l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), doit être conforme au principe d'une seule Chine. Voilà un principe important confirmé par la résolution 2758 de l'Assemblée générale des Nations Unies et la résolution 25.1 de l'AMS.

Le gouvernement central chinois attache une grande importance à la santé et au bien-être de nos compatriotes de Taiwan. Depuis l'apparition de la COVID-19, nous avons informé la région de Taiwan à plusieurs reprises et sans délai des dernières nouvelles concernant la prévention et le contrôle de la pandémie et pris des dispositions appropriées pour la participation de la région de Taiwan aux affaires de santé mondiales. Il existe un point de contact du Règlement sanitaire international de la région de Taiwan. Ainsi, l'échange d'informations de Taiwan avec l'OMS et les autres pays est sans entrave.

Les États-Unis doivent respecter scrupuleusement le principe d'une seule Chine et les dispositions des trois communiqués conjoints sino-américains et cesser leurs propos et actes visant à s'ingérer dans les affaires intérieures de la Chine et à saper les relations sino-américaines. La Chine continuera à prendre toutes les mesures nécessaires pour sauvegarder résolument sa souveraineté et ses intérêts de sécurité. Certains politiciens américains paieront un lourd tribut pour leurs erreurs.

China Review News : Le 13 janvier, le Sous-Secrétaire d'État américain Keith Krach a tweeté que le Secrétaire d'État américain Mike Pompeo avait annoncé la levée des restrictions imposées à l'administration américaine par elle-même dans ses contacts avec Taiwan ainsi que l'octroi d'un statut de « pays libre » à Taiwan. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

Zhao Lijian : Les propos susmentionnés de Keith Krach ont gravement violé les normes fondamentales régissant les relations internationales, le principe d'une seule Chine et les dispositions des trois communiqués conjoints sino-américains, ainsi que l'engagement politique pris par les États-Unis sur la question de Taiwan. La Chine s'y oppose fermement et les condamne fortement.

La Chine exhorte la partie américaine à respecter scrupuleusement le principe d'une seule Chine et les dispositions des trois communiqués conjoints sino-américains, à cesser immédiatement ses manipulations politiques qui instrumentalisent la question de Taiwan, et à mettre fin aux échanges officiels avec Taiwan et à l'amélioration des relations substantielles entre les États-Unis et Taiwan.

Reuters : Un haut responsable du Département du Commerce des États-Unis a déclaré qu'il y avait des signes indiquant qu'une délégation chinoise de haut rang se rendrait aux États-Unis peu après l'entrée en fonction de Joe Biden. La Chine peut-elle le confirmer ?

Zhao Lijian : Je n'ai pas d'information à vous fournir sur cette question.

The Globe and Mail : Le gouvernement canadien a déclaré que la partie canadienne avait conclu un accord avec la partie chinoise pour autoriser plus de visites consulaires et familiales à Michael Kovrig et à Michael Spavor. Pourriez-vous nous présenter quels sont exactement les arrangements supplémentaires et quand commenceront-ils ?

Zhao Lijian : La Chine a exposé à plusieurs reprises sa position sur les cas de Michael Kovrig et de Michael Spavor. Les départements chinois chargés du traitement des cas ont traité leurs affaires en vertu de la loi et pleinement protégé les droits légaux des deux personnes. Après l'apparition de l'épidémie de COVID-19, les autorités compétentes chinoises ont pris des mesures pertinentes en temps opportun pour assurer effectivement la sécurité et la santé des détenus dont Michael Kovrig et Michael Spavor, et organisé la visite de l'Ambassade du Canada en Chine aux deux personnes lorsque les conditions de prévention et de contrôle de l'épidémie le permettaient. Récemment, à la demande de la partie canadienne, les autorités compétentes chinoises ont accepté, pour des raisons humanitaires et dans le respect de la loi chinoise, d'autoriser Michael Kovrig et Michael Spavor à avoir respectivement des conversations téléphoniques avec leurs familles pendant la période de Noël. Ils en sont profondément reconnaissants, de même que leurs familles.

Question de suivi : Quelle était la durée des conversations téléphoniques dont vous parliez tout à l'heure ? Le gouvernement canadien a accordé une autorisation spéciale à la famille de Meng Wanzhou d'aller la visiter à Vancouver. Le gouvernement chinois autorisera-t-il les familles de Michael Kovrig et de Michael Spavor à venir en Chine pour une visite ?

Zhao Lijian : Je n'ai pas plus de détails à vous fournir concernant la situation spécifique que vous avez mentionnée.

En ce qui concerne les approbations accordées successivement au mari et à des enfants de Meng Wanzhou de se rendre à Vancouver pour se réunir avec elle, il semble que le Ministère canadien des Affaires étrangères a fait une déclaration à cet égard. Il est normal que les gouvernements de tous les pays traitent les affaires impliquant les citoyens des autres sur la base du respect mutuel et de la réciprocité.

Kyodo News : Concernant le procès en destitution du Président américain Donald Trump d'aujourd'hui, quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : L'affaire que vous avez mentionnée relève des affaires intérieures des États-Unis, nous n'avons pas de commentaires à faire à cet égard.

China News Service : Nous avons remarqué des reportages selon lesquels de nombreuses missions diplomatiques et consulaires chinoises distribueront prochainement des « kits pour la Fête du Printemps » comprenant des fournitures antiépidémiques et celles pour la célébration de cette fête aux étudiants chinois, aux employés d'entreprises à capitaux chinois et aux ressortissants chinois qui en ont besoin. Pourriez-vous nous en présenter plus de détails ?

Zhao Lijian : La Fête du Printemps est la fête traditionnelle la plus chère aux Chinois. Cette année, en raison de la pandémie, de nombreux compatriotes à l'étranger décident de rester dans le pays où ils résident pour passer le Nouvel An chinois en réponse à l'initiative de « voyager uniquement en cas d'urgence et de nécessité ». Cependant, la distance ne peut pas diminuer l'amour familial ni l'attention de la mère patrie. La santé et la sécurité des citoyens chinois à l'étranger sont toujours au cœur des préoccupations du gouvernement chinois. Afin que les communautés chinoises à l'étranger puissent partager la même joie de la fête que leurs compatriotes en Chine, les missions diplomatiques et consulaires chinoises distribueront, avant la fête, des « kits pour la Fête du Printemps » à des groupes dont des étudiants chinois en fonction des conditions locales. Dans le même temps, les missions continueront à mobiliser toutes les ressources disponibles pour aider à résoudre les difficultés réelles de nos compatriotes à l'étranger et sauvegarder effectivement leur santé, leur sécurité et leurs droits et intérêts légitimes.

Reuters : La Chine a déclaré précédemment qu'elle serait heureuse d'avoir l'équipe d'experts de l'OMS à Wuhan pour mener des enquêtes. Combien de temps y resteront-ils ? S'ils souhaitent rester plus longtemps que prévu, seront-ils les bienvenus ?

Zhao Lijian : Pour autant que je sache, la durée de leur visa est suffisamment longue pour répondre à leurs besoins de travail en Chine.

Reuters : À l'heure actuelle, l'équipe d'experts de l'OMS est déjà arrivée à Wuhan. Resteront-ils toujours à Wuhan ou iront-ils mener des enquêtes dans d'autres villes en Chine ?

Zhao Lijian : En ce qui concerne les détails, je vous propose de vous renseigner auprès des autorités compétentes chargées de leur accueil. À ma connaissance, les experts de l'OMS seront mis en quarantaine après leur arrivée à Wuhan. Pendant cette période, les scientifiques et les experts médicaux chinois auront des échanges approfondis avec eux par vidéoconférence.

Bloomberg : Pourriez-vous préciser la durée de la quarantaine de l'équipe d'experts de l'OMS à Wuhan ?

Zhao Lijian : En ce qui concerne les détails spécifiques, veuillez vous informer auprès des départements compétents.

Reuters : La Chine maintient-elle encore des contacts avec l'administration Trump ? Quand était la dernière communication entre les deux parties ?

Zhao Lijian : Je crains de ne pas disposer d'informations détaillées à vous fournir. Les deux parties restent en communication depuis toujours.

Bloomberg : Selon les reportages de Bloomberg et de Wall Street Journal, les officiels américains ont décidé finalement, après une réflexion approfondie, de ne pas interdire les investissements américains dans les groupes Alibaba et Tencent. Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères ?

Zhao Lijian : La position de la Chine sur les questions concernées est constante et claire. Le gouvernement chinois encourage depuis tout le temps les entreprises chinoises à mener la coopération économique avec l'étranger selon les principes de marché et les normes internationales et en vertu de la loi et des règlementations. Ce à quoi nous nous opposons, c'est la politisation des questions économiques et commerciales et l'abus du pouvoir d'État et du concept de la sécurité nationale pour réprimer de façon injustifiée les entreprises étrangères. Les États-Unis devront respecter scrupuleusement les principes de l'économie de marché et de la concurrence loyale, observer les normes du commerce international et fournir un environnement d'affaires ouvert, équitable, juste et non discriminatoire aux entreprises de tous les pays, y compris celles de la Chine, dans leurs investissements et opérations aux États-Unis.

Suggest To A Friend
  Print