Page d'accueil Dernières Nouvelles Infos sur le Consulat Général Infos sur la circonscription Affaires consulaires Contactez-nous
Conférence de presse du 15 octobre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian
2020/10/15

Reuters : L'administration américaine a nommé mercredi un haut responsable des droits de l'homme en tant que « coordinateur spécial des affaires tibétaines » chargé de superviser les questions des droits de l'homme au Tibet. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

Zhao Lijian : Les affaires du Tibet relèvent entièrement des affaires intérieures de la Chine, et ne toléreront aucune ingérence des forces extérieures. La nomination du soi-disant « coordinateur spécial des affaires tibétaines » est purement et simplement le fruit d'une manipulation politique visant à s'immiscer dans les affaires intérieures de la Chine, et à miner le développement et la stabilité du Tibet. La Chine s'y oppose toujours fermement et ne l'a jamais reconnu.

La population du Tibet multiethnique fait partie de la grande famille de la nation chinoise. Depuis sa libération pacifique d'il y a 60 ans, le Tibet a profité d'un développement économique prospère, d'une société harmonieuse et stable, et d'une culture en plein épanouissement. Les différentes ethnies s'entraident, contribuant à l'amélioration continue de la vie du peuple. Les différentes ethnies au Tibet, y compris les compatriotes tibétains, jouissent de la pleine liberté de croyance religieuse. Tous leurs droits sont pleinement respectés et garantis. Nous sommes convaincus que le Tibet aura un avenir toujours plus radieux.

La partie américaine doit cesser de s'ingérer dans les affaires intérieures de la Chine et de saper le développement et la stabilité du Tibet à travers des questions liées au Tibet. La Chine prendra toutes les mesures nécessaires pour défendre ses propres intérêts.

Shenzhen TV : La tenue de la grande Réunion pour célébrer le 40e anniversaire de l'établissement de la Zone économique spéciale (ZES) de Shenzhen a fait l'objet d'une grande couverture médiatique en Chine et à l'étranger. Des reportages qualifient Shenzhen de miracle créé par le peuple chinois dans l'histoire du développement mondial, de vitrine du processus de modernisation de la Chine par la réforme et l'ouverture, et de symbole du développement de la Chine pour devenir une puissance économique mondiale. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

Zhao Lijian: J'ai remarqué que vous êtes un journaliste de SZTV. Je crois que vous avez été très enthousiasmé par la participation du Président Xi Jinping à la grande Réunion pour célébrer le 40e anniversaire de l'établissement de la ZES de Shenzhen. J'ai été aussi très excité quand je regardais en direct de la réunion.

Shenzhen est une ville toute nouvelle construite par le Parti communiste chinois (PCC) et le peuple chinois depuis la réforme et l'ouverture, et une brillante interprétation du socialisme aux couleurs chinoises réalisée à partir de zéro. Au cours des 40 dernières années, le produit intérieur brut (PIB) de Shenzhen a augmenté de plus de dix mille fois, en passant d'un petit village de pêcheurs à une métropole internationale avec une influence mondiale.

La construction et le développement de la ZES de Shenzhen sont le fruit de la réforme et de l'ouverture de la Chine, et aussi une vitrine des accomplissements de développement de la Chine réalisés grâce à la réforme et à l'ouverture. La participation conjointe de tous les pays du monde est également indispensable pour les succès de développement de Shenzhen d'aujourd'hui. Fidèle aux politiques dites « introduire de l'étranger » et « sortir du pays », Shenzhen fait plein usage des marchés et des ressources internationaux et nationaux, a attiré par une attitude ouverte et inclusive l'installation d'environ deux tiers des entreprises du Fortune Global 500, et réalisé une transformation historique, celle de la dépendance du commerce d'import-export en une ouverture tous azimuts de haut niveau sur l'extérieur, et un miracle grandiose a ainsi été créé.

Shenzhen a démontré au monde la puissance inégalée de la réforme et de l'ouverture de la Chine et la brillante perspective d'un socialisme aux couleurs chinoises. Portant son regard sur l'avenir, la Chine poursuivra sans relâche la stratégie d'ouverture mutuellement bénéfique et gagnant-gagnant, et construira activement une nouvelle dynamique de développement où le circuit domestique est le pilier principal et que le circuit domestique et le circuit international se renforcent mutuellement, afin de non seulement puiser dans le monde la force motrice du développement, mais aussi de mieux faire bénéficier au monde le développement de la Chine. En tant que grand pays en voie de développement avec 1,4 milliard d'habitants, 900 millions travailleurs et 120 millions acteurs du marché, la Chine invite les pays du monde à participer davantage à la construction économique de la Chine et à créer un nouveau modèle basé sur la concertation, la synergie, le partage, et le gagnant-gagnant.

Reuters : Le Département d'État américain a averti mercredi les institutions financières internationales que si elles menaient des transactions avec des individus chinois nuisant à l'autonomie de Hong Kong, elles feraient l'objet d'une sanction sévère rapidement. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

Zhao Lijian : La Chine s'oppose fermement à la soi-disant « Loi sur l'autonomie de Hong Kong » concoctée par les États-Unis et à leurs sanctions contre le personnel chinois selon ladite loi, et les condamne fortement. Nous avons formulé des représentations solennelles auprès des États-Unis.

Hong Kong appartient à la Chine, et les affaires de Hong Kong sont purement des affaires intérieures de la Chine, aucun pays étranger n'a le droit d'y faire des remarques irresponsables et d'y intervenir de manière arbitraire. Les actes des États-Unis ont gravement violé le droit international et les normes fondamentales régissant les relations internationales, constituent une ingérence grossière dans les affaires intérieures de la Chine, et ont révélé davantage leurs intentions sinistres de saper la prospérité et la stabilité de Hong Kong ainsi que de contenir le développement de la Chine.

Les États-Unis doivent corriger leurs erreurs et cesser de s'immiscer dans les affaires de Hong Kong et les affaires intérieures de la Chine sous toutes les formes. Si les États-Unis n'en font qu'à leur tête, la Chine prendra certainement des contre-mesures résolues pour défendre la souveraineté et les intérêts sécuritaires du pays et préserver les droits et intérêts légitimes des entreprises et personnels concernés chinois.

Global Times : Selon des reportages, le Secrétaire d'État américain Mike Pompeo a dit le 14 octobre lors d'une conférence de presse que les États-Unis avaient fourni un grand budget pour le Programme alimentaire mondial (PAM). Selon lui, le leadership humanitaire américain est dynamique et bon, ce qui constitue un contraste frappant avec ce que la Chine a fait pour les affamés du monde. Quelle est votre réponse là-dessus ?

Zhao Lijian : D'abord, je m'oppose résolument à l'accusation sans fondement contre la Chine de Pompeo et la condamne fortement. La Chine, le plus grand pays en développement du monde et un grand pays responsable, maintient une bonne coopération avec le PAM depuis longtemps, et a activement fourni du fonds au PAM dans la mesure du possible pour soutenir ses programmes d'aides humanitaires et améliorer la sécurité alimentaire mondiale. Depuis 2016, le gouvernement chinois a fait don de plus de 155 millions de dollars au PAM et les deux parties ont signé 16 accords d'aide alimentaire d'urgence, fournissant de l'aide alimentaire d'urgence à plus de 7,5 millions de personnes.

Depuis l'apparition de l'épidémie de COVID-19, la Chine a activement répondu aux initiatives des organisations internationales dont l'ONU et aux demandes des pays concernés pour fournir du soutien technique et des aides matérielles aux pays touchés par l'épidémie et l'invasion de criquets, et a fourni des aides alimentaires d'urgence à plus de dix pays. Dans le même temps, nous soutenons les entreprises chinoises dans leurs efforts visant à coopérer avec le PAM pour établir des entrepôts ad hoc en Chine, et avons transporté un grand nombre de fournitures antiépidémiques à plus de cent pays et régions jusqu'à présent.

La sécurité alimentaire met en jeu la base de l'existence humaine, et est aussi une partie importante pour appliquer le Programme de développement durable à l'horizon 2030. Nous appelons tous les pays à renforcer la coopération pour favoriser ensemble la réalisation des objectifs de développement durable dont la sécurité alimentaire. Les pays développés doivent s'acquitter ponctuellement et intégralement de leurs obligations d'aide publique au développement, créer un environnement de développement ouvert et inclusif pour les pays en développement et leur apporter plus d'aides. En tant que pays en développement, la Chine continuera de travailler avec les différentes parties dont le PAM pour préserver ensemble la sécurité alimentaire mondiale et créer conjointement un monde sans faim et sans pauvreté.

Finalement, je tiens à souligner que le rejet de responsabilités sur d'autres pays ne peut pas dissimuler une réponse insuffisante dans la lutte contre l'épidémie. Les dommages au multilatéralisme et à la coopération internationale causés par l'intensification des actes unilatéraux et de retrait d'organisations et traités internationaux sont évidents pour tous. Sur ces questions, les peuples du monde y voient clair et la communauté internationale tranchera.

Bloomberg : Selon des reportages, le Département d'État américain cherche à placer Ant Group, une entreprise chinoise, sur sa liste noire. Quels sont les commentaires du Ministère des Affaires étrangères à ce sujet ?

Zhao Lijian : La Chine s'oppose depuis toujours aux actes hégémonistes des États-Unis qui abusent du concept de la sécurité nationale et du pouvoir d'État pour réprimer de manière injustifiable les entreprises étrangères. Les États-Unis doivent respecter scrupuleusement les principes de l'économie de marché et de la concurrence loyale, observer les normes de l'économie et du commerce internationaux et offrir un environnement d'affaires ouvert, équitable, juste et non discriminatoire aux entreprises des différents pays dans leurs investissements et opérations aux États-Unis. La Chine continuera à prendre des mesures nécessaires pour défendre les droits et intérêts légitimes des entreprises chinoises.

The Paper : Le Secrétaire d'État américain Mike Pompeo a accusé, le 14 octobre dans une conférence de presse, le gouvernement chinois de violer les droits de l'homme de son propre peuple. De plus, Pompeo a parlé de questions telles que le Falungong et la liberté religieuse en Chine à l'Institut républicain international (IRI). Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

Zhao Lijian : Le gouvernement chinois accorde une grande attention à la protection et à la promotion des droits de l'homme, poursuit l'idée de droits de l'homme plaçant le peuple au centre des préoccupations et protège conformément à la loi les différents droits et libertés dont bénéficient les citoyens chinois.

Les faits sont plus éloquents que les mots. Depuis l'établissement de la Chine nouvelle il y a 71 ans, surtout depuis le lancement de la politique de réforme et d'ouverture, la cause des droits de l'homme en Chine a remporté des réalisations universellement connues. Lors du troisième cycle de l'examen périodique universel des droits de l'homme du Conseil des droits de l'homme de l'ONU, plus de 120 pays ont reconnu pleinement les énormes réalisations obtenues par la Chine dans la promotion et la protection des droits de l'homme, et ont salué la contribution importante du développement et du progrès de la Chine à la cause mondiale des droits de l'homme. Récemment, la Chine a été élue pour la cinquième fois membre du Conseil des droits de l'homme de l'ONU. Selon un rapport d'enquête du Centre Ash pour la gouvernance démocratique et l'innovation de l'École John F. Kennedy d'administration publique de l'Université Havard, la satisfaction du peuple chinois à l'égard du gouvernement chinois est supérieure à 93%.

Au contraire, les États-Unis ont un lourd passé de méfaits en matière de droits de l'homme et de liberté religieuse. Aux États-Unis, les scandales concernant la discrimination raciste, les brutalités policières et les maltraitances de prisonniers se succèdent les uns aux autres, et le taux de crime violent par armes à feu se classe en premier du monde depuis de longues années, causant des dizaines de milliers de morts chaque année en moyenne. En 2018 déjà, les États-Unis se sont retirés du Conseil des droits de l'homme de l'ONU, et n'ont pas à ce jour encore ratifié les conventions importantes sur les droits de l'homme telles que la Convention internationale des droits de l'enfant et la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes. La situation religieuse des minorités ethniques aux États-Unis est inquiétante. Un sondage d'opinion démontre que 75% des musulmans américains sont d'avis que la société américaine porte une grave discrimination à l'encontre des musulmans. Le nombre de mosquées aux États-Unis est inférieur à un dixième de celui de la Région autonome ouïgoure du Xinjiang. Quel droit les États-Unis possèdent-ils pour lancer des attaques et accusations arbitraires contre les autres pays ?

Pompeo continue à diffamer et noircir la Chine de façon répétée par ses préjugés idéologiques et ses propres intérêts politiques égoïstes, et est allé jusqu'à faire du tapage autour de la secte du Falungong. Il doit respecter les réalités élémentaires et cesser de fabriquer toutes sortes de mensonges liés à la Chine. Sinon, il ne fera que nuire davantage à sa propre réputation ainsi qu'à l'image et aux intérêts nationaux américains.

South China Morning Post : L'Administration nationale de l'Aéronautique et de l'Espace (NASA) des États-Unis a annoncé la signature des Accords Artémis avec sept pays afin d'établir des règles sur l'exploration de la Lune, et ni la Chine ni la Russie n'y sont parties. Quels sont les commentaires de la Chine sur cet accord ?

Zhao Lijian : Il n'y a pas de limite à l'exploration de l'univers par l'humanité. L'exploration de la Lune constitue une étape importante de ce processus. La Chine s'engage depuis toujours à exploiter pacifiquement l'espace. L'exploration et l'exploitation pacifique de l'espace sont la cause commune de toute l'humanité, et doivent travailler pour le bien-être de toute l'humanité.

La Chine soutient la discussion du système juridique de l'exploitation des ressources de l'espace dans le cadre des règles existantes de l'espace sur la plateforme de l'ONU afin d'assurer que les activités concernées correspondent aux buts et principes du Traité de l'espace en 1967. La Chine est disposée à continuer à mener des échanges et coopération internationaux avec différentes parties sur l'exploration de la Lune, et à déployer des efforts conjugués avec les différents pays pour contribuer davantage à l'exploitation pacifique de l'espace par l'humanité et à la promotion de la construction d'une communauté d'avenir partagé pour l'humanité.

China Review News : Récemment, un média australien a publié un article, disant que les soi-disant rapports « académiques et neutres » sur le Xinjiang publiés par l'Institut australien de stratégie politique (ASPI) et d'autres institutions et chercheurs manquaient de fondement et n'avaient aucune valeur académique, et qu'ils ne faisaient essentiellement que fabriquer et diffuser de fausses informations. Selon l'article, l'ASPI, qui se vante d'être un think tank indépendant et sans parti, est financé réellement par des départements de défense et des affaires étrangères de l'Australie et des États-Unis ainsi que des entreprises industrielles militaires majeures en Occident. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

Zhao Lijian : Ce n'est pas la première fois que je réponds à ce genre de question, et non plus la première fois que des médias chinois et étrangers révèlent le vrai visage de ce soi-disant « think tank ». Depuis un certain temps, ce que l'ASPI a fait a subi de larges critiques dont celles émises par des personnalités clairvoyantes de l'Australie. Prenons seulement le soi-disant rapport sur le Xinjiang de cet institut comme exemple, qui prétend analyser selon une photo prise par satellite et des soi-disant « témoignages » pour conclure à l'existence de « facilités de détention des minorités ethniques » au Xinjiang. Mais la prétendue photo prise par satellite n'est qu'une carte interactive et les « témoignages » ne peuvent pas être justifiés ni remontés à leur origine. Le rapport a prétendu qu'il y aurait des « centres de détention » à Turpan et à Kashgar au Xinjiang. Cependant, la réalité est que les prétendus « centres de détention » de Turpan sont des bâtiments administratifs locaux, et ceux de Kashgar sont des lycées et des universités locaux, qui sont bien marqués sur les cartes de Google et de Baidu. Vous pouvez les vérifier. Cela démontre pleinement que dans les affaires liées à la Chine, l'ASPI fabrique et diffuse des mensonges, des rumeurs et de fausses informations, dont l'objectif est de stigmatiser et diaboliser la Chine, et de saper l'image et les intérêts nationaux de notre pays.

Un homme non crédible ne peut tenir sa place en société. Les fausses informations et les rumeurs malintentionnées fabriquées par l'ASPI pour salir la Chine ne seront que démenties par les faits et la vérité de façon répétée. Leurs intentions et tentatives sinistres ne trouveront pas de place sous la lumière de la justice. Je suis convaincu que de plus en plus de personnalités clairvoyantes de la communauté internationale choisiront fermement de se tenir du côté du fait et de la vérité, de l'objectivité et de la justice, pour dire résolument non aux mensonges.

Suggest To A Friend
  Print