Page d'accueil Dernières Nouvelles Infos sur le Consulat Général Infos sur la circonscription Affaires consulaires Contactez-nous
Conférence de presse du 29 septembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin
2020/09/29

Global Times : l'Équipe nationale technique de Réponse d'urgence dans le Réseau informatique / le Centre de Coordination de la Chine (CNCERT/CC) a récemment publié le Rapport statistique sur la surveillance de la cybersécurité de la Chine du premier semestre 2020, selon lequel les cyberattaques venant de l'étranger et dont la Chine est victime sont de plus en plus nombreuses, et les États-Unis sont la plus grande source de ce genre d'attaques. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

Wang Wenbin : Nous avons noté ce rapport. Il a mis en lumière certains défis majeurs rencontrés par la Chine dans le domaine de la cybersécurité. Premièrement, la Chine fait toujours partie des victimes principales de cyberattaques, et en a subi plus pendant la période de la COVID-19. Deuxièmement, les États-Unis sont la plus grande source des cyberattaques contre la Chine. Ils se classent en premier en termes de nombre d'attaques malintentionnées étrangères détectées, de serveurs contrôlés par des logiciels malveillants, d'attaques par déni de service distribué (DDoS), et de portes dérobées installées dans les sites web chinois. Troisièmement, l'attention doit être accordée à la cyber-reconnaissance des infrastructures informatiques clefs de la Chine. Selon le rapport, les actifs sur Internet des systèmes du contrôle industriel de la Chine ont subi constamment des attaques de reniflage de l'étranger, dépassant 20 000 fois par jour. Leurs cibles sont les équipements et systèmes du contrôle industriel connectés dans les domaines clefs tels que l'énergie, la manufacture et la télécommunication. Par rapport aux autres cyberattaques, un lien avec le gouvernement est plus probable pour les actions de cyber-reconnaissance susmentionnées. Ceci dit, la Chine a plus de raisons de s'inquiéter des reportages des médias américains sur la stratégie « Engagement persistant » que les États-Unis promeuvent énergétiquement dans le cyberspace et la baisse du seuil pour lancer arbitrairement des attaques contre les infrastructures informatiques clefs des autres pays.

Je voudrais souligner que les cyberattaques sont un défi commun pour les pays du monde entier. La Chine est toujours d'avis que les différents pays doivent renforcer leur dialogue et leur coopération sur la base du respect mutuel, de l'égalité et du bénéfice réciproque pour répondre ensemble à ce défi. Nous appelons aussi les différents pays à prendre des actions responsables dans le cyberspace. La Chine adoptera des mesures nécessaires pour renforcer sa propre cybersécurité, surtout pour mettre ses infrastructures informatiques clefs à l'abri des menaces et des sabotages.

Agence de presse Xinhua : La 17e Exposition Chine-ASEAN (Association des nations de l'Asie du Sud-Est) et le Sommet sur le commerce et l'investissement Chine-ASEAN se tiendront en novembre prochain dans la province du Guangxi. Dans le contexte actuel où l'économie mondiale fait face à une pression baissière croissante liée à la COVID-19, quels sont vos commentaires sur la coopération avec l'ASEAN, notamment dans les domaines économique et commercial ?

Wang Wenbin : Le Ministère du Commerce a récemment présenté en détail les préparatifs de la 17e Exposition Chine-ASEAN et le Sommet sur le commerce et l'investissement Chine-ASEAN.

La relation Chine-ASEAN est la relation la plus dynamique et la plus riche en contenu parmi toutes les relations que l'ASEAN entretient avec ses partenaires de dialogue. Depuis la survenue de la COVID-19, la Chine et les pays membres de l'ASEAN se sont soutenus mutuellement pour surmonter ensemble la difficulté, et ont piloté la lutte mondiale contre le virus ainsi que la reprise post-épidémique. De plus, cette année est une année majeure pour la coopération Chine-ASEAN, parce qu'elle est l'année de la coopération Chine-ASEAN sur l'économie numérique et marque le 10e anniversaire de l'établissement de la Zone de libre-échange Chine-ASEAN. Dans la première moitié de l'année, la Chine et les pays membres de l'ASEAN ont surmonté les difficultés liées à l'épidémie, et ont vu leur coopération économique, commerciale et d'investissements se renforcer malgré les impacts de la COVID-19. Pour la première fois, l'ASEAN est devenue le plus grand partenaire commercial de la Chine, qui est aussi le premier partenaire commercial de l'ASEAN. Cette excellente situation présente un énorme potentiel et des perspectives pleines de promesses pour la coopération entre les deux parties.

La Chine entend travailler ensemble avec les pays membres de l'ASEAN à renforcer la coopération sur la recherche et le développement des vaccins pour vaincre l'épidémie rapidement et définitivement, à construire ensemble le réseau régional des « voies rapides » et des « corridors verts » pour préserver et stabiliser le bon fonctionnement des chaînes industrielles et d'approvisionnement dans la région, à promouvoir la signature de l'Accord de Partenariat économique global régional (RCEP) d'ici la fin de l'année pour améliorer l'intégration économique régionale et promouvoir le développement et la prospérité dans la région. L'année prochaine marquera le 30e anniversaire de l'établissement du partenariat de dialogue entre la Chine et l'ASEAN, nous profiterons de l'occasion pour enrichir ensemble avec les pays membres de l'ASEAN le contenu de notre partenariat stratégique, en vue de forger une communauté d'avenir partagé Chine-ASEAN plus étroite.

Reuters : Selon des reportages, l'Inde a donné la priorité à la construction d'autoroutes de tout temps et en haute altitude dans la région du Ladakh, frontalière avec la Chine. Quels sont vos commentaires ?

Wang Wenbin : La Chine ne reconnaît pas le prétendu « territoire de l'Union du Ladakh » établi illégalement par l'Inde, et s'oppose à la construction d'infrastructures dans les zones frontalières contestées visant aux conflits et contrôle militaires. Selon le consensus dégagé récemment entre la Chine et l'Inde, aucune des deux parties ne doit prendre des mesures susceptibles de compliquer la situation dans la région frontalière, afin de ne pas saper les efforts déployés par les deux parties pour atténuer la situation.

Beijing Daily : Le Secrétaire d'État des États-Unis Mike Pompeo a déclaré lors d'une interview le 27 septembre que la plus grande menace extérieure que les États-Unis rencontreraient au moyen et long terme était celle du régime du Parti communiste chinois (PCC). Il a aussi indiqué que le Président Donald Trump et lui-même, en mettant fin à l'apaisement avec la Chine, avaient changé la politique à l'égard de la Chine depuis que Nixon et Kissinger y étaient partis il y a 50 ans. Il a dit que les États-Unis étaient en train de construire une coalition mondiale pour faire reculer l'influence de la Chine. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

Wang Wenbin : Pompeo, en proclamant la construction d'une coalition mondiale contre la Chine, a dit des absurdités. Ni lui, ni ses successeurs ne verront un tel jour, car il ne viendra jamais.

PTI : Concernant la construction d'autoroutes dans la région du Ladakh par l'Inde, selon certains think-tanks indiens et internationaux, la Chine a déjà construit un grand nombre d'infrastructures de son côté de la ligne de contrôle réel (LAC). L'Inde essaie seulement de mener des constructions dans le côté indien de ce qu'elle perçoit comme LAC pour rattraper la Chine. Pourquoi la Chine s'oppose aux actions indiennes ?

Wang Wenbin : D'abord, je voudrais vous dire que les rapports de certaines institutions sur la construction par la Chine de nouvelles bases ou installations militaires le long de la LAC sont complètement faux, et ne sont pas sans arrière-pensées.

Et puis, la Chine respecte depuis toujours et de manière scrupuleuse les accords concernés signés avec l'Inde, et s'engage à préserver la paix et la stabilité dans la région frontalière entre les deux pays. Dans le même temps, elle défend résolument sa souveraineté et sa sécurité territoriale. Depuis de longues années, les troupes frontalières chinoises mènent ses activités dans le côté chinois de la LAC et observent dûment les accords concernés entre les deux pays. Nous espérons que l'Inde travaillera dans le même sens que la Chine pour apaiser ensemble la situation frontalière et éviter d'ajouter des éléments perturbateurs dans les efforts déployés par les deux parties pour atténuer la situation.

Beijing Youth Daily : Le détachement d'ingénieurs des Casques bleus chinois au Liban sera envoyé au port de Beyrouth pour exécuter une mission d'aide après les explosions. Pourriez-vous présenter les informations concernées ?

Wang Wenbin : Les 27 et 29 septembre, le détachement d'ingénieurs de la 19e force de maintien de la paix chinoise au Liban a envoyé deux équipes à Beyrouth, avec des machines et voitures, pour accomplir une mission d'aide et de reconstruction après les explosions. C'est la première fois que la force chinoise de maintien de la paix au Liban effectue une mission mandatée en dehors de sa zone de mission originaire. Le détachement d'ingénieurs chinois, ensemble avec d'autres détachements de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL), œuvrera activement à promouvoir la reconstruction du port de Beyrouth, à rétablir l'ordre de production et à préserver la paix et la stabilité locales.

Cette année marque le 30e anniversaire de la participation de l'armée chinoise aux missions de maintien de la paix de l'Organisation des Nations Unies. Durant les 30 ans écoulés, la Chine a envoyé au total plus de 40 000 Casques bleus, et participé à 25 opérations de maintien de la paix. En tant que membre permanent du Conseil de sécurité, la Chine honorera avec des actions concrètes, tout comme par le passé, son engagement solennel à l'esprit de la Charte des Nations unies, et continuera d'être un bâtisseur de la paix mondiale, un contributeur au développement mondial et un défenseur de l'ordre international.

Bloomberg : Le Japon compte d'organiser la semaine prochaine une réunion des Ministres des Affaires étrangères des États-Unis, du Japon, de l'Inde et de l'Australie. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

Wang Wenbin : Nous croyons que la paix, le développement et la coopération gagnant-gagnant constituent le courant de l'époque et la tendance principale du monde actuel. Toutes les coopérations multilatérales et plurilatérales doivent se conformer à l'esprit d'ouverture, d'inclusivité et de transparence au lieu de former des cliques fermées et exclusives, et doivent contribuer à améliorer la compréhension et la confiance mutuelles entre les pays de la région au lieu de viser des tiers ou de nuire aux intérêts des tiers.

Nous espérons que les pays concernés prendront en compte les intérêts communs des pays de la région et contribueront davantage à la paix, à la stabilité et au développement dans la région, au lieu de faire le contraire.

Kyodo News : Hier, mon collègue a posé une question pour savoir si le Conseiller d'État Wang Yi se rendra en visite au Japon en octobre prochain. Selon certains reportages récents, cette visite n'est pas proposée par le Japon, mais c'est la Chine qui y travaille. Pourriez-vous le confirmer et fournir plus d'informations en détail ?

Wang Wenbin : Hier, j'ai déjà répondu à la question concernée.

Suggest To A Friend
  Print