Page d'accueil Dernières Nouvelles Infos sur le Consulat Général Infos sur la circonscription Affaires consulaires Contactez-nous
Conférence de presse du 4 juin 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian
2020/06/04

The Paper : Le 3 juin, le Département américain des Transports a publié une déclaration selon laquelle la partie américaine a décidé de suspendre, à partir du 16 juin, les vols réguliers des compagnies aériennes chinoises à destination et en provenance des États-Unis, en réponse à l'échec dû au gouvernement chinois de permettre aux transporteurs américains d'exercer pleinement leurs droits bilatéraux de fournir des services de passagers à destination et en provenance de la Chine. La Chine a-t-elle un commentaire à faire à ce sujet ?

Zhao Lijian : Nous regrettons profondément l'annonce du Département américain des Transports de suspendre les vols de passagers réguliers des compagnies aériennes chinoises à destination et en provenance des États-Unis à partir du 16 juin. La CAAC effectue des représentations solennelles auprès de la partie américaine.

Question supplémentaire : Maintenant que la Chine a publié un avis sur l'ajustement des plans des vols internationaux de passagers, les compagnies aériennes américaines pourront-elles demander la reprise des vols ?

Zhao Lijian : D'après ce que je sais, la CAAC et le Département américain des Transports sont en communication étroite concernant les vols entre les deux pays. Nous avons fait des progrès et la Chine a annoncé l'ajustement de sa politique. Nous espérons que les États-Unis ne créeront pas d'obstacles pour résoudre cette question.

China Daily : Le 2 juin, les Nations Unies et le Royaume d'Arabie saoudite ont organisé conjointement une réunion de souscription en ligne de haut niveau pour la crise humanitaire au Yémen. Pouvez-vous présenter le rôle de la Chine dans l'atténuation de la crise humanitaire au Yémen ?

Zhao Lijian : La Chine suit de près l'évolution de la situation au Yémen. Nous avons toujours soutenu les efforts internationaux visant à atténuer la crise humanitaire au Yémen et y avons participé. La Chine apprécie le fait que l'Arabie saoudite a organisé conjointement cette réunion de haut niveau avec les Nations Unies et a fourni une grande quantité d'aide humanitaire et anti-épidémique au Yémen.

La Chine et le Yémen sont liés par une amitié traditionnelle. La Chine fournit depuis longtemps au Yémen et d'autres formes d'assistance. Pour soutenir le Yémen dans la lutte contre la pandémie de COVID-19, la Chine lui a fait don de réactifs de tests d'acide nucléique, de combinaisons de protection et de masques chirurgicaux. Nous continuerons de faire tout notre possible pour aider le Yémen dans la lutte contre l'épidémie.

CCTV : Hier, la Chine a annoncé que le Premier Ministre Li Keqiang prononcerait une allocution lors du Sommet mondial sur les vaccins par liaison vidéo. Pouvez-vous nous donner plus de détails à ce sujet ? Et qu'a fait la Chine pour soutenir l'Alliance globale pour les vaccins et l'immunisation (GAVI) ?

Zhao Lijian : Fidèle au concept d'une communauté de destin pour l'humanité, le gouvernement chinois attache une grande importance au développement de la santé publique mondiale. Nous continuerons de mettre en œuvre les initiatives et les mesures proposées par le Président Xi Jinping lors de la cérémonie d'ouverture en ligne de la 73e Assemblée mondiale de la Santé, fournir de l'aide dans la mesure de nos capacités à l'OMS, à la GAVI et aux autres organisations internationales, pour apporter notre contribution à l'accessibilité et à l'abordabilité des vaccins dans les pays en développement et créer une communauté de santé pour l'humanité.

Agence de presse Xinhua : Selon les informations publiées par le gouvernement allemand, vu la situation actuelle, la Chine, l'Allemagne et l'UE conviennent que le sommet Chine-UE, qui devait avoir lieu en Allemagne en septembre, se tiendra à une autre date. Pouvez-vous confirmer cela ? La partie allemande a-t-elle demandé l'avis de la Chine à ce sujet lors de l'entretien téléphonique du Président Xi avec la chancelière allemande Merkel hier ? La Chine a-t-elle donné son accord à cela ?

Zhao Lijian : Le sommet Chine-UE, initié par l'Allemagne, est d'une grande importance pour promouvoir le développement des relations Chine-UE. La Chine a répondu positivement à l'initiative de l'Allemagne et a donné son soutien. La Chine, l'Allemagne et l'UE ont été en communication étroite sur la préparation du sommet, y compris la date.

Vu la situation épidémique actuelle, la Chine, l'Allemagne et l'UE estiment que la tenue du sommet sous peu fait face à de grandes difficultés, et qu'il conviendrait de tenir le sommet, un programme politique très important entre la Chine et l'UE, à un autre moment opportun. La Chine restera en communication et en coordination avec l'Allemagne et l'UE sur le moment et la manière dont le sommet sera organisé.

Shenzhen TV : Certains pays occidentaux ont émis des doutes quant à la législation de l'APN sur la sécurité nationale pour Hong Kong. Cependant, nous avons noté que bon nombre de pays avaient publiquement exprimé leur soutien à la décision prise par la Chine, estimant qu'il s'agit d'une mesure juste pour défendre la souveraineté nationale, la sécurité et les intérêts du développement, qui contribuera à maintenir la stabilité et la prospérité à Hong Kong, et qu'aucune force extérieure n'a le droit d'y intervenir. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Depuis le retour de Hong Kong à la souveraineté chinoise, les principes dits d'« un pays, deux systèmes », de « gestion de Hong Kong par les Hongkongais » et d'autonomie de haut degré ont été mis en œuvre, garantissant pleinement les droits et libertés des habitants de Hong Kong conformément à la loi. Cela a été largement reconnu par la communauté internationale.

L'APN a pris la décision concernée et la future législation du Comité permanent de l'APN a pour but fondamental de défendre la souveraineté nationale et la sécurité et les intérêts de développement du pays, d'assurer la stabilité sociale durable et la prospérité à long terme de Hong Kong, et de garantir la mise en pratique durable du principe d'« un pays, deux systèmes », ce qui correspond non seulement aux intérêts fondamentaux de Hong Kong, mais aussi aux intérêts communs de la communauté internationale.

Nous saluons les différentes parties internationales qui comprennent et soutiennent la position et les actions de la Chine. Nous exhortons certains pays à abandonner les préjugés idéologiques, nous espérons qu'ils pourront rejeter les préjugés, cesser d'observer les choses sous une optique tendancieuse, envisager la décision et la législation de la Chine de manière objective et équitable, et s'abstenir d'intervenir de quelque manière que ce soit dans les affaires de Hong Kong et les affaires intérieures de la Chine.

Reuters : Selon des informations, les États-Unis désigneront au moins quatre médias officiels chinois, dont CCTV et China News Service, comme « missions étrangères », et imposeront plus de restrictions sur leurs opérations sur le sol américain. Quel est le commentaire du Ministère chinois des Affaires étrangères à ce sujet ?

Zhao Lijian : Nous avons pris note des reportages concernés. Je n'ai pas de réponse à donner avant d'avoir une confirmation officielle.

Associated Press of Pakistan : Nous avons noté que le Président pakistanais Alvi a rencontré le groupe d'experts médicaux de l'Armée populaire de Libération (APL) de Chine le 3 juin. Pouvez-vous nous parler du travail du groupe d'experts médicaux au Pakistan ? Combien de groupes d'experts médicaux la Chine a-t-elle envoyés au Pakistan ? Quelle assistance la Chine fournira-t-elle encore au Pakistan ?

Zhao Lijian : Pour aider le Pakistan à lutter contre le COVID-19 et mettre en pratique l'idée de communauté de destin pour l'humanité, l'APL de Chine a envoyé un groupe de 10 experts au Pakistan le 25 avril. Pendant plus d'un mois, les experts de l'APL de Chine, au mépris des risques épidémiques et de la fatigue, ont visité plusieurs établissements médicaux locaux, échangé des expériences avec les responsables des départements de santé et les experts médicaux du Pakistan et donné des conseils aux personnels soignants pakistanais sur le traitement des patients. Ils ont interprété, par tout ce qu'ils ont fait, la profonde amitié entre la Chine et le Pakistan, qui partagent heurs et malheurs et qui s'entraident. Le Président Alvi a rencontré dans une ambiance cordiale le groupe d'experts le 3 juin, appréciant hautement leur contribution à la réponse au COVID-19 au Pakistan, et félicitant le groupe d'experts de l'APL ayant incarné l'amitié sino-pakistanaise à toute épreuve.

La Chine et le Pakistan sont des partenaires de coopération stratégique à toute épreuve. L'envoi d'un groupe d'experts médicaux de l'APL de Chine au Pakistan est la meilleure démonstration des relations amicales et de la coopération entre les deux pays dans la lutte contre l'épidémie. Comme la Chine l'avait dit à plusieurs reprises auparavant, depuis le début de l'épidémie, la Chine et le Pakistan se sont prêté un soutien désintéressé et une assistance sincère. Au moment le plus difficile de la lutte menée par la Chine contre le COVID-19, le gouvernement et le peuple pakistanais ont exprimé leur soutien énergique à la Chine, non seulement en disant les mots les plus encourageants, mais aussi en offrant une grande quantité de matériels médicaux lors de la visite du Président Alvi en Chine. Lorsque le Pakistan a eu besoin d'aide, le gouvernement central chinois et les gouvernements locaux, ainsi que les entreprises, les organisations caritatives et les personnalités amies de différents milieux, sont passés à l'action pour fournir au Pakistan de l'assistance matérielle et financière pour des dizaines de millions de dollars. Fin mars, le gouvernement chinois a envoyé son premier groupe d'experts médicaux au Pakistan pour combattre le COVID-19. Ils y sont restés trois semaines. La Chine a également fourni un soutien technique au Pakistan et organisé plusieurs vidéoconférences pour partager les expériences concernées.

À présent, le COVID-19 se propage toujours dans le monde, y compris au Pakistan. Face à cette crise mondiale de santé publique, tous les pays devraient unir leurs forces pour la combattre. Fidèle à l'idée d'une communauté de destin pour l'humanité, la Chine participe activement à la coopération internationale. Nous sommes prêts à continuer de fournir du soutien, dans la mesure de nos moyens, selon les besoins du Pakistan et à travailler avec le Pakistan pour vaincre le nouveau coronavirus. Nous entendons également redoubler d'efforts pour empêcher la propagation de l'épidémie dans le monde et protéger la sécurité sanitaire publique mondiale.

Bloomberg : Le gouvernement britannique dirigé par le Premier Ministre Boris Johnson a critiqué la décision de Beijing relative à la loi sur la sécurité nationale pour Hong Kong et a exprimé sa volonté d'admettre des Hongkongais détenteurs de passeports de citoyens britanniques d'outre-mer si ladite loi est mise en œuvre. Par ailleurs, le Royaume-Uni prend des mesures pour exclure Huawei de ses réseaux mobiles 5G en préparant un remplacement potentiel. Avez-vous un commentaire à faire au sujet de l'approche britannique ?

Zhao Lijian : Quant à votre deuxième question, la technologie 5G joue un rôle de premier plan dans la quatrième révolution industrielle en tant que technologie et plate-forme de pointe. À notre ère de mondialisation, le développement et l'application de la 5G sont naturellement un processus et le résultat de concertations, de synergies et de partages entre les différents pays.

Nous espérons que le Royaume-Uni restera attaché au libre-échange et à l'ouverture, maintiendra l'indépendance politique et assurera un environnement commercial ouvert, équitable et non discriminatoire pour les entreprises chinoises, car cela contribuera à maintenir la confiance et les attentes des entreprises chinoises sur le marché britannique.

En ce qui concerne la prise de position du Royaume-Uni sur Hong Kong, j'ai réitéré à plusieurs reprises la position de la Chine. La législation sur la sécurité nationale pour Hong Kong ne vise qu'une catégorie très étroite d'actes qui mettent gravement en danger la sécurité nationale et n'a aucun impact sur l'autonomie de haut degré dont jouit Hong Kong, les droits et libertés des habitants de Hong Kong, ou les droits et intérêts légitimes des investisseurs étrangers à Hong Kong. La manipulation politique sur la question des passeports de citoyens britanniques d'outre-mer ou la collusion internationale dans une tentative d'ingérence dans les affaires intérieures de la Chine sont sans issue. Si la partie britannique insiste pour changer unilatéralement les pratiques concernées, elle violera sa propre position et ses engagements ainsi que le droit international et les normes fondamentales régissant les relations internationales. Nous nous y opposons fermement et nous nous réservons le droit de prendre les mesures correspondantes.

Je tiens à réitérer encore une fois qu'une relation sino-britannique saine et stable est dans l'intérêt des deux parties, mais que cela nécessite que le Royaume-Uni travaille dans le même sens que la Chine, à condition de respecter mutuellement la souveraineté et l'intégrité territoriale et la non-ingérence mutuelle dans les affaires intérieures.

Macao Monthly : Selon des reportages, plus de 200 anciens dirigeants, experts de la santé et chercheurs de pays étrangers appellent à un sommet en ligne d'urgence du G20 pour aider les pays économiquement pauvres à surmonter la crise causée par la pandémie. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : J'ai noté des reportages concernés. Le 26 mars, les dirigeants du G20 ont tenu un sommet spécial sur le COVID-19 et sont parvenus à une série de consensus importants sur la lutte solidaire contre la pandémie et la stabilisation de l'économie mondiale, ce qui a envoyé un message positif à la communauté internationale et a donné une impulsion forte à la coopération. Afin de mettre en œuvre les résultats du sommet, le G20 a adopté en avril une initiative de suspension du service de la dette pour les pays les plus pauvres, couvrant 77 pays et régions à faible revenu, ce qui a été très apprécié par la communauté internationale, en particulier les pays en développement. Cela montre que le G20 peut jouer un rôle unique de premier plan à un moment critique, en tant que principal forum de coopération économique internationale, mécanisme important de réponse aux crises mondiales et plate-forme importante de dialogue et de coordination sur un pied d'égalité entre les principales économies développées et émergentes.

À présent, le COVID-19 continue de se propager dans de nombreux endroits du monde et la situation demeure très grave. La Chine est prête à travailler avec la communauté internationale pour mettre en œuvre les résultats du sommet spécial. Dans le même temps, la Chine soutient le G20, sous la coordination de la présidence saoudienne, dans la poursuite de son rôle de premier plan, pour faire avancer la coopération sur la base du consensus et apporter une nouvelle contribution à la lutte mondiale contre le COVID-19 et à la reprise économique mondiale.

CRI : Récemment, de nombreux dirigeants africains ont appelé à la levée inconditionnelle des sanctions contre le Soudan et le Zimbabwe imposées par les États-Unis et des pays européens. Quelle est l'attitude de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Nous soutenons fermement l'appel d'un grand nombre de dirigeants africains à la levée inconditionnelle des sanctions imposées au Soudan et au Zimbabwe. Alors que le COVID-19 continue de se propager à travers le monde, les États-Unis et des pays européens, au mépris des appels à la justice des pays et des peuples africains, ont maintenu leur pression sur le Soudan et le Zimbabwe par le biais de sanctions unilatérales. Cet acte, qui a causé de grandes souffrances aux populations locales, est impopulaire.

La Chine appelle les pays concernés à écouter sérieusement la voix des peuples africains, à lever les sanctions illégales dans les meilleurs délais et à aider réellement les pays africains à vaincre la pandémie et à développer l'économie.

Kyodo : Concernant les relations sino-japonaises, le Ministre japonais des Affaires étrangères a déclaré hier que la visite du Président Xi au Japon aurait lieu après novembre. Y a-t-il encore une chance que le Président Xi Jinping se rende au Japon cette année ?

Zhao Lijian : J'ai également pris note des reportages en la matière. Nous espérons que la partie japonaise travaillera à créer un environnement et une atmosphère favorables au développement stable des relations bilatérales.

Suggest To A Friend
  Print