Page d'accueil Dernières Nouvelles Infos sur le Consulat Général Infos sur la circonscription Affaires consulaires Contactez-nous
Conférence de presse du 9 avril 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian
2020/04/09

China Daily : Selon des médias, un responsable du gouvernement finlandais a déclaré le 8 avril qu'un lot de masques chirurgicaux et de masques respiratoires acheminés le 7 avril de Guangzhou, en Chine, ne répondait pas aux normes d'utilisation dans les environnements médicaux, selon des résultats de test. Des reportages disent que d'autres pays européens ont également connu des problèmes similaires après avoir commandé des matériels à la Chine. Quelle est la réponse de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Nous avons pris note des reportages concernés. Selon des vérifications préliminaires effectuées par les départements compétents chinois, les matériels en question ont été achetés par la partie finlandaise par l'intermédiaire d'agents commerciaux et déclarés pour l'exportation aux douanes chinoises au titre de masques non chirurgicaux. Nous ferons des vérifications plus poussées. Nous espérons que le monde extérieur ne tirera pas de conclusions avant de faire toute la lumière sur les faits.

Dans la situation actuelle où le monde entier lutte contre la pandémie, la Chine répond aux besoins pressants des différents pays en surmontant ses propres difficultés. Les entreprises concernées travaillent à plein régime en faisant des heures supplémentaires pour fabriquer divers matériels anti-épidémiques à destination de la communauté internationale. Nous attachons toujours une grande importance à la qualité des produits d'exportation. Récemment, les départements compétents chinois ont adopté des mesures de contrôle plus strictes, demandant aux entreprises d'exportation de matériels médicaux de soumettre obligatoirement des déclarations écrites ou électroniques au dédouanement, attestant que les produits exportés ont obtenu le certificat d'enregistrement de produit médical chinois et répondent aux normes de qualité du pays importateur ou de la région importatrice.

China Review News : Pouvez-vous nous dire dans quels pays la Chine a envoyé des groupes d'experts médicaux jusqu'à présent ? Quels sont les critères et les considérations pour choisir ces pays ? Selon des commentaires, la Chine tente d'exporter le « modèle chinois » de gouvernance par de tels moyens. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

Zhao Lijian : Jusqu'à présent, la Chine a envoyé 12 groupes d'experts médicaux dans 10 pays, à savoir l'Italie, la Serbie, le Cambodge, le Pakistan, l'Iran, l'Irak, le Laos, le Venezuela, les Philippines et le Myanmar, pour les aider à combattre la pandémie. Les experts chinois ont partagé leurs expériences avec les personnels soignants de ces pays, ce qui a permis de les aider à améliorer leurs capacités en matière de prévention, de diagnostic et de traitement du COVID-19, et de renforcer leur confiance pour surmonter conjointement la pandémie. Leurs efforts ont été appréciés à l'unanimité par les gouvernements et les peuples de ces pays.

La Chine déploie de tels efforts pour récompenser de retour le soutien que nous avons reçu depuis le début de l'épidémie de COVID-19, faire preuve d'esprit humanitaire au niveau international et mettre en œuvre le concept de communauté de destin pour l'humanité. Nous ne regardons jamais les mains dans les poches nos amis en difficulté, et nous n'offrons jamais d'assistance pour des intérêts égoïstes. La Chine travaille avec la communauté internationale dans cette lutte mondiale contre la pandémie dans l'objectif de surmonter ensemble les difficultés en s'entraidant et en conjuguant les efforts dans la solidarité. Notre engagement en faveur de cet objectif n'a jamais changé.

Aucun pays ne peut faire face seul à la survenue de cette crise sanitaire mondiale, et la communauté internationale a plus que jamais besoin de solidarité et de coopération. La Chine est déterminée à assurer une prévention et un contrôle efficaces de l'épidémie sur son territoire, à renforcer la coopération internationale contre la pandémie et à prendre une part active à la gouvernance mondiale de la santé. C'est notre responsabilité et notre engagement, qui correspondent aux intérêts communs de l'humanité tout entière. Nous n'avons jamais « exporté » le modèle chinois vers qui que ce soit, ni demandé à qui que ce soit de copier les méthodes chinoises. La Chine est prête, en continuant de défendre l'idée de communauté de destin pour l'humanité, à rassembler conjointement la force et la sagesse de toutes les parties, à partager et à échanger les pratiques utiles avec toutes les parties, à mener des actions synergiques de prévention et de contrôle et à soutenir le rôle de l'OMS et d'autres organisations internationales, afin d'endiguer la propagation de la pandémie dans le monde et de remporter la victoire finale de la bataille internationale contre le COVID-19.

BBC : Pouvez-vous confirmer si tous les postes-frontière entre la Chine et la Russie sont fermés maintenant ? Si oui, s'agit-il uniquement des passagers, ou des marchandises également ? Et dans quelle mesure le gouvernement chinois s'inquiète-t-il de l'afflux de citoyens chinois contaminés de retour de Russie ?

Zhao Lijian : D'après ce qu'a appris l'ambassade de Chine en Russie, selon les arrangements unifiés de la partie russe, tous les résidents en Russie doivent être confinés chez eux du 28 mars au 30 avril. Récemment, l'ambassade de Chine en Russie a appris auprès des départements compétents chinois et russes que les canaux de transport de passagers aux postes-frontière sino-russes ont tous été temporairement fermés. L'ambassade de Chine en Russie a rappelé aux ressortissants chinois en Russie l'importance de prêter une attention particulière aux informations susmentionnées, de se conformer aux réglementations russes, de se confiner, de renforcer leur autoprotection, d'éviter les voyages de longue distance et de faire face à la pandémie de manière scientifique.

Le Ministère chinois des Affaires étrangères et les missions diplomatiques et consulaires de Chine en Russie attachent une grande importance à la sécurité et à la santé de tous les ressortissants chinois. Depuis le début de l'épidémie, ils sont restés en contact étroit avec les ressortissants chinois en Russie pour connaître leur situation et leurs besoins et les aider à surmonter les difficultés. Dans le même temps, la Chine est également restée en communication et coordination étroites avec la Russie pour protéger la sécurité et la santé des ressortissants chinois. Nous continuerons de tout mettre en œuvre pour fournir une assistance aux ressortissants chinois dans ce pays.

Question supplémentaire : Juste pour confirmer, les marchandises peuvent-elles toujours être livrées à travers la frontière, est-ce vrai ?

Zhao Lijian : Tous les points de contrôle aux postes-frontière terrestres pour les voyageurs entre les deux pays ont été temporairement fermés. Je n'ai rien à ajouter pour le moment.

Question supplémentaire : La décision de fermer les points de contrôle aux postes-frontière a-t-elle été prise par le gouvernement russe ? Le gouvernement chinois en a-t-il été informé ?

Zhao Lijian : Comme je l'ai dit, l'ambassade de Chine en Russie a appris les informations concernées auprès des départements compétents des deux parties.

RIA Novosti : Comme il y a encore de nombreux ressortissants chinois en Russie qui veulent rentrer en Chine en raison de la situation épidémique, le gouvernement chinois envisage-t-il d'affréter des avions en Russie pour aider ces personnes ?

Zhao Lijian : La Chine attache une grande importance à la sécurité et à la santé des ressortissants chinois en Russie. Nous resterons en contact étroit avec la partie russe et l'exhortons à offrir facilités et garantie à nos citoyens en ce qui concerne leur séjour et leurs besoins médicaux. L'ambassade et les consulats de Chine en Russie restent en contact étroit avec nos compatriotes pour leur fournir protection et assistance consulaires et les aider à faire face comme il le faut à l'épidémie. Il y a encore des vols commerciaux entre les deux pays.

La Chine et la Russie sont en communication par la voie diplomatique. Je n'ai pas d'autres informations à vous présenter pour le moment.

CCTV : Selon des médias, certaines pratiques discriminatoires à l'égard d'Africains sont apparues récemment dans le cadre de la prévention et du contrôle du COVID-19 dans la province du Guangdong et ailleurs. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Depuis la survenue de l'épidémie de COVID-19, la Chine et les pays africains se soutiennent mutuellement dans la lutte contre la pandémie. Nous n'oublierons pas le soutien exprimé et apporté par les pays et les peuples africains au moment le plus crucial de notre combat. Maintenant, nous suivons de très près la situation en Afrique. Le gouvernement et le peuple chinois font de leur mieux pour aider les frères africains. Face à la rude épreuve de l'épidémie, la Chine et les pays africains sont plus solidaires que jamais, démontrant une fraternité en période d'adversité.

Quant à ce que vous avez mentionné, nous avons pris note des reportages à ce sujet. Je voudrais souligner que nous traitons tous les ressortissants étrangers en Chine sur un pied d'égalité. Nous nous opposons à un traitement différencié à l'encontre de personnes spécifiques et nous appliquons la tolérance zéro vis-à-vis des propos et actes discriminatoires.

Les différents pays du monde ont pris des mesures pour contenir la pandémie. En Chine, la tâche la plus urgente est d'empêcher les cas importés de COVID-19 et de prévenir le rebond à l'intérieur du pays. Pour atteindre cet objectif, nous avons besoin de la compréhension, du soutien et de la coopération des citoyens chinois et des ressortissants étrangers en Chine. Cela dit, nous accordons une grande attention aux incidents et aux malentendus survenus au cours de ce processus. Tout en exhortant les départements compétents à améliorer leurs mécanismes et leur façon de travailler, nous espérons que tous les étrangers séjournant en Chine respecteront strictement les réglementations anti-épidémiques locales, coopéreront avec nous et nous soutiendront dans la lutte contre l'épidémie. Ensemble, nous remporterons la victoire finale.

The Paper : Le Secrétaire d'État américain Pompeo a déclaré dans une interview que le nouveau coronavirus avait commencé à Wuhan, en Chine, et que la tentative américaine d'enquêter en Chine n'a pas réussi. Dissimuler des données, semer la confusion parmi le public et punir ceux qui disent la vérité n'est acceptable dans aucun pays. En temps de crise, on découvre l'importance de maintenir la transparence des informations et la valeur de la liberté et de la démocratie à l'américaine. Comment la partie chinoise y réagit-elle ?

Zhao Lijian : Concernant les remarques de M. Pompeo, je voudrais donner les réponses suivantes :

Premièrement, la Chine est le premier pays à avoir signalé l'épidémie de nouveau coronavirus à l'OMS, mais cela ne signifie pas que le virus est originaire de Wuhan. Une épidémie peut survenir dans n'importe quelle région, n'importe quel pays ou n'importe quelle ville du monde, mais son origine est une sérieuse question scientifique qui devrait être étudiée par les scientifiques et les experts médicaux. Le 8 avril, la fin du confinement de Wuhan au bout de 76 jours a permis de renforcer la confiance de différents pays dans la lutte mondiale contre le virus. Un nombre croissant de personnes se rendent compte que les plans chinois se sont montrés efficaces et que les expériences chinoises ont valeur de référence pour autrui. Tout pays responsable s'opposera fermement à la pratique injustifiable d'étiquetage du virus.

Deuxièmement, les assertions sur la « dissimulation de l'épidémie par la Chine » et le « manque de transparence » sont sans aucun fondement. Nous avons présenté à plusieurs reprises, dans l'ordre chronologique, des informations détaillées sur la communication entre la Chine et les États-Unis. Après la survenue de l'épidémie, la Chine l'a signalée sans tarder à l'OMS, a partagé sans tarder la séquence génétique du nouveau coronavirus avec d'autres pays et a mené sans tarder une coopération internationale entre les experts en prévention et contrôle des épidémies, ce qui a gagné une appréciation générale de la communauté internationale.

Les canaux permettant aux États-Unis d'avoir accès aux informations et aux données sur l'épidémie en provenance de Chine sont ouverts. Fin janvier 2020, le CDC chinois et d'autres équipes de recherche ont publié des articles dans des revues médicales de prestige international comme New England Journal of Medicine et Lancet, présentant au monde les résultats de recherche de scientifiques chinois sur les caractéristiques épidémiologiques du COVID-19. En février, des scientifiques du CDC américain et des National Institutes of Health ont participé à une mission conjointe d'experts de la Chine et de l'OMS, et des visites sur le terrain leur ont permis d'avoir une connaissance générale de la situation épidémique en Chine et de ses efforts pour la prévention et le contrôle de l'épidémie. Selon le Dr Anthony Fauci, directeur de l'Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses, c'est grâce à la séquence génétique partagée par la Chine que des scientifiques américains ont pu commencer rapidement le développement de vaccins. La Chine a fait ce qu'elle peut et doit faire. Quant à savoir si les États-Unis ont utilisé pleinement et efficacement le temps précieux que la Chine a fait gagner, et les informations importantes que la Chine a fournies, et s'ils ont pris des mesures opportunes pour prévenir et contrôler le virus, je pense que l'avenir nous le dira.

Troisièmement, la stigmatisation de la Chine est impopulaire. Le virus ne connaît ni frontières, ni races, ni systèmes sociaux. Tous les pays devraient toujours accorder la priorité aux droits à la vie et à la santé de leurs populations, et leur assurer une protection adéquate et efficace. Sous la conduite du Parti communiste chinois, la lutte contre l'épidémie a obtenu des résultats remarquables en Chine. Les calomnies et les accusations contre les autres sont incapables de chasser le virus. Nous espérons que le peuple américain pourra également surmonter l'épidémie dans les meilleurs délais et résister à l'approche étroite de certains politiciens qui politisent l'épidémie et stigmatisent la Chine pour rejeter la responsabilité.

Beijing Youth Daily : Le « groupe d'enquête et d'identification » relevant du Secrétariat technique de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), dont le siège est à La Haye, aux Pays-Bas, a publié son premier rapport, confirmant que l'armée syrienne a perpétré trois attaques aux armes chimiques dans la région de Latamena en Syrie en mars 2017. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : La partie chinoise a pris note du rapport en question. Je voudrais saisir cette occasion pour réitérer que la Chine s'oppose toujours fermement à l'utilisation d'armes chimiques par quelque pays, organisation et individu que ce soit, dans quelque circonstance que ce soit et à quelque fin que ce soit, que la Chine soutient l'OIAC dans l'ouverture d'une enquête complète, objective et impartiale sur toute utilisation possible d'armes chimiques, conformément à la Convention sur l'interdiction des armes chimiques, pour tirer une conclusion capable de résister à l'épreuve du temps et des faits.

Cependant, dans le même temps, nous pensons également que la création du « groupe d'enquête et d'identification » n'est pas conforme aux dispositions de la Convention sur l'interdiction des armes chimiques, que ses travaux n'ont pas incarné le principe d'une enquête complète, objective et impartiale et que ses conclusions ne peuvent pas résister à l'épreuve du temps et des faits. Bon nombre de pays, y compris la Chine, se sont opposés à la création dudit groupe depuis le tout début, et la position de la Chine n'a pas changé. La Chine est profondément préoccupée par le fait que certains pays ont forcé la mise en place de ce mécanisme à des fins géopolitiques, ce qui a politisé davantage la question des armes chimiques en Syrie et a conduit à une division plus profonde des parties à la Convention sur l'interdiction des armes chimiques.

Nous appelons les pays concernés à respecter scrupuleusement les dispositions de la Convention sur l'interdiction des armes chimiques, à combler les divergences par le dialogue, à traiter adéquatement la question des armes chimiques en Syrie, à protéger l'autorité de la Convention sur l'interdiction des armes chimiques et à s'abstenir de faire quoi que ce soit qui puisse compromettre davantage la paix et la stabilité au Moyen-Orient.

TASS : Quand aura lieu le sommet Chine-pays d'Europe centrale et orientale ? Y a-t-il des changements à l'ordre du jour ?

Zhao Lijian : Alors que la pandémie de COVID-19 se propage en Europe et dans d'autres régions du monde, l'urgence pour tous les pays est de concentrer toute leur énergie dans la lutte contre l'épidémie. La Chine continuera de travailler de concert avec les pays d'Europe centrale et orientale et de se soutenir mutuellement à cet égard.

La Chine restera en communication avec les autres parties concernant la date du sommet 2020 Chine-pays d'Europe centrale et orientale.

BBC : De nombreux scientifiques estiment que la Chine a partagé en temps opportun la séquence génétique du nouveau coronavirus et a apporté une énorme contribution à la lutte contre l'épidémie menée par la communauté internationale. Mais ne pensez-vous pas que la Chine devrait réfléchir aux problèmes survenus au début de l'épidémie ? Le maire de Wuhan a également fait savoir que les informations sur l'épidémie n'avaient pas été divulguées à temps, car elles devaient être autorisées. Certains commentaires trouvent qu'il y avait une « dissimulation » d'informations au début de l'épidémie à Wuhan. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

Zhao Lijian : Toujours dans un esprit ouvert, transparent et responsable, la Chine a communiqué les informations relatives à l'épidémie à l'OMS et à d'autres pays et régions, ce qui a été unanimement reconnu et salué par la communauté internationale.

L'assertion selon laquelle la « Chine a dissimulé la situation épidémique » n'est ni objective ni équitable. Après la survenue du COVID-19, le peuple chinois, uni comme un seul homme, a déployé des efforts conjugués pour combattre l'épidémie, ce qui a permis de gagner un temps précieux et d'apporter une contribution importante à la lutte mondiale. Le nouveau coronavirus étant inédit, il a fallu un certain temps pour le connaître. La soi-disant « dissimulation » n'existe pas.

Agence de presse Xinhua : Dix ans après la signature du nouveau traité START, le Vice-Président du Conseil de Sécurité de la Fédération de Russie, Dmitri Medvedev, a écrit un éditorial le 8 avril, disant que la perte de validité du nouveau traité START aurait des conséquences extrêmement graves pour la sécurité internationale. Le Ministère russe des Affaires étrangères a également déclaré qu'il souhaitait voir les États-Unis répondre à la prolongation du traité dès que possible. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Le nouveau traité START est le seul accord bilatéral de désarmement nucléaire important entre les États-Unis et la Russie. Son extension retient une attention particulière de la communauté internationale. Cette question met en jeu non seulement les relations de sécurité stratégiques entre la Russie et les États-Unis, mais également la stabilité stratégique mondiale. La Chine soutient la Russie et les États-Unis dans leur dialogue sur le nouveau traité START et une extension rapide du traité pour promouvoir la paix et la sécurité internationales. Dans le même temps, les États-Unis et la Russie, en possession de plus de 90 % du total des armes nucléaires du monde, ont l'obligation, par principe, de s'acquitter de leurs responsabilités particulières et prioritaires en matière de désarmement nucléaire selon le consensus de la communauté internationale, y compris les résolutions de l'Assemblée générale des Nations Unies et d'autres instruments onusiens. Tout en maintenant le nouveau traité START, ils devraient réduire considérablement leur arsenal nucléaire.

Reuters : Le Directeur général de l'OMS a indiqué que Taiwan avait toujours lancé des attaques racistes contre lui et il a exprimé sa vive condamnation à ce sujet. Êtes-vous d'accord avec ce qu'il a dit ?

Zhao Lijian : La Chine s'oppose à toute politisation et à toute stigmatisation au nom de l'épidémie, et condamne fermement les attaques personnelles et les propos et actes racistes contre le Directeur général de l'OMS Tedros.

Sous la direction du Directeur général Tedros, l'OMS a joué un rôle important, en s'acquittant activement de ses responsabilités, en maintenant une position objective et en restant fidèle à une position scientifique et équitable, pour aider les différents pays à lutter contre l'épidémie et promouvoir la coopération internationale contre l'épidémie, ce qui a été largement reconnu et hautement salué par la communauté internationale. La Chine soutient l'OMS dans ses efforts pour continuer de jouer un rôle moteur dans la coopération mondiale contre la pandémie.

Dès le début du COVID-19, les autorités du Parti démocrate-progressiste (DPP) de Taiwan ont fait tout ce qui est en leur pouvoir pour faire des manœuvres politiques et du tapage autour de la participation de Taiwan à l'OMS et à l'Assemblée mondiale de la Santé. Leur véritable intention est de rechercher l'indépendance sous le prétexte de la pandémie. Nous nous y opposons fermement. Leur tentative ne réussira jamais.

China National Radio : Vous avez annoncé hier qu'un groupe d'experts médicaux chinois se rendrait au Myanmar pour aider le pays à lutter contre la pandémie. Pouvez-vous nous présenter ce que le groupe d'experts va faire au Myanmar ?

Zhao Lijian : Le groupe d'experts médicaux de 12 membres envoyé par la Chine est arrivé hier à Yangon, au Myanmar. L'ambassadeur de Chine au Myanmar et le Ministre de la Santé et des Sports du Myanmar ont accueilli le groupe d'experts à l'aéroport. Le Myanmar a déclaré que l'aide de la Chine intervenait à un moment où il en avait un besoin urgent, ce qui symbolise l'amitié « paukphaw » entre les deux pays. Les expériences accumulées par la Chine sur le COVID-19 peuvent servir de référence. Les deux pays se disent convaincus que l'aide de la Chine permettra de renforcer les capacités du Myanmar en matière de prévention et de contrôle de la pandémie, de diagnostic et de traitement, et de contribuer à la maîtrise du virus et au triomphe sur la pandémie dans les meilleurs délais.

D'après ce que nous savons, les experts chinois partageront les expériences chinoises avec le Myanmar, et les deux parties échangeront des vues sur le traitement médical, la prévention et le contrôle de l'épidémie et les tests de laboratoire, et organiseront des séances de formation pour les personnels concernés. Un lot de produits de protection et d'équipements médicaux et d'autres matériels donnés par la Chine est arrivé par le même avion.

La coopération entre la Chine et le Myanmar illustre l'amitié « paukphaw » entre les deux pays et la communauté de destin marquée par l'esprit de solidarité et d'entraide. Le gouvernement et le peuple chinois garderont un souvenir impérissable du soutien et de l'aide qu'ils ont reçus du Myanmar dans la lutte contre l'épidémie. La Chine est prête à continuer d'apporter de l'assistance dans la mesure de ses capacités et en fonction des besoins du Myanmar. Nous entendons travailler de concert avec le Myanmar pour vaincre conjointement l'épidémie et faire avancer les relations entre les deux pays.

Shenzhen TV : Nous avons noté que l'OMS a répondu aux accusations de partialité lancées par la partie américaine à son encontre. Hier, un porte-parole du Secrétaire général des Nations Unies a déclaré que Guterres pensait que l'OMS était essentielle aux efforts mondiaux pour gagner la bataille contre le COVID-19. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Depuis l'épidémie, l'OMS, dirigée par le Directeur général Tedros, s'acquitte activement de ses fonctions et maintient une position fondée sur l'objectivité, la science et l'impartialité. Elle a joué un rôle important pour aider les pays à faire face à la pandémie et promouvoir la coopération internationale dans ce domaine, ce qui a été généralement reconnu et hautement salué par la communauté internationale. Récemment, le Secrétaire général des Nations Unies, des personnalités politiques de nombreux pays, dont la France, le Rwanda et l'Éthiopie, et des responsables d'organisations internationales, dont l'Union africaine, ont exprimé publiquement leur soutien à l'OMS, en soulignant la nécessité pour la communauté internationale de renforcer la coopération dans la lutte contre la pandémie.

Le Sommet extraordinaire du G20 qui vient de se terminer a publié une déclaration insistant sur son plein soutien et son engagement à renforcer davantage le rôle de l'OMS dans la coordination de l'action internationale contre la pandémie. La Chine soutiendra fermement, comme toujours, les activités de l'OMS et son rôle moteur dans la coopération mondiale en matière de COVID-19.

À présent, la pandémie se propage dans le monde entier. Ce dont la communauté internationale a le plus besoin, c'est la confiance, les efforts conjugués et la solidarité. Nous espérons que tous les pays travailleront ensemble pour gagner la lutte contre cette pandémie.

Suggest To A Friend
  Print