Page d'accueil Dernières Nouvelles Infos sur le Consulat Général Infos sur la circonscription Affaires consulaires Contactez-nous
Conférence de presse du 16 mars 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2020/03/16

Je voudrais tout d'abord partager quelques chiffres avec vous. Selon les statistiques publiées ce matin par la Commission nationale de la Santé, 838 patients guéris sont sortis de l'hôpital dans la partie continentale de la Chine le 15 mars de 0 h à 24 h, ce qui porte le nombre total de patients sortis de l'hôpital à 67 749 au 15 mars à 24 h.

Q : Le 13 mars, le Ministre italien des Affaires étrangères Luigi Di Maio et Francesco Rocca, président de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, ont tenu une conférence de presse au siège de la Société de la Croix-Rouge d'Italie à Rome pour accueillir le groupe d'experts médicaux chinois. Pouvez-vous nous en dire plus sur le travail de l'équipe en Italie ?

R : Pour aider l'Italie à lutter contre le COVID-19, le gouvernement chinois a décidé d'envoyer un groupe d'experts médicaux en Italie. Le groupe médical, composé de neuf membres, est parti de Shanghai le 12 mars pour Rome, en apportant des matériels et des équipements médicaux. La partie chinoise a déjà publié un communiqué de presse à ce sujet.

Le groupe chinois s'est mis au travail immédiatement après son arrivée en Italie. Il a partagé, avec le Ministère italien de la Santé, la Société de la Croix-Rouge, l'Institut supérieur de la santé et l'Hôpital national des maladies infectieuses de Rome, les expériences sur le traitement des patients, l'utilisation des médicaments et le contrôle des infections nosocomiales. Il a également échangé des vues avec la partie italienne sur la sensibilisation à l'autoprotection du public et du personnel soignant, et la clarification des niveaux de protection dans les établissements médicaux. Le groupe médical chinois a fait l'objet d'un accueil chaleureux et a été vivement salué par la partie italienne, bien qu'il ait commencé son travail depuis à peine quelques jours.

Le groupe d'experts a également apporté l'assistance réconfortante du gouvernement chinois aux ressortissants chinois résidant en Italie. En marge des échanges intenses avec la partie italienne, le groupe d'experts a également organisé des séances de consultations en ligne destinées spécialement aux ressortissants et étudiants chinois, en leur présentant les symptômes du COVID-19, les conseils de prévention et les méthodes de traitement. Les émissions en direct sur Internet ont enregistré près de 700 000 vues et les vidéos concernées ont été republiées par un certain nombre de sites web chinois et étrangers. Les membres du groupe d'experts ont également rendu visite aux patients chinois en convalescence qui ont été soignés par la partie italienne. Ils continueront à partager leurs expériences avec les ressortissants chinois séjournant en Italie et travailleront dans le nord de l'Italie, la région la plus touchée du pays.

Q : Le Global Times a publié vendredi dernier un article de commentaire appelant la communauté internationale à condamner l'inefficacité de la pratique suédoise pour faire face au nouveau coronavirus. Quel est le commentaire de votre Ministère au sujet de la manière dont la Suède gère l'épidémie ? Soutient-il le point de vue du Global Times ?

R : Premièrement, je n'ai pas lu l'article dont vous avez parlé.

Deuxièmement, comme vous le savez, de manière générale, nous ne faisons pas de commentaires sur les remarques ou les opinions des universitaires, des experts, des groupes de réflexion et des médias.

Ce que j'ai envie de dire, c'est qu'avec le déclenchement et la propagation de l'épidémie de COVID-19 dans bon nombre d'endroits dans le monde, la communauté internationale devrait renforcer la coordination et la coopération, et combattre ensemble la pandémie pour garantir la sécurité sanitaire publique mondiale.

Q : Dernièrement, les gouvernements locaux de plusieurs régions en Chine ont annoncé des mesures de contrôle plus strictes pour les arrivées internationales. Ces mesures visent-elles principalement les ressortissants chinois ou les citoyens étrangers ? Pouvez-vous nous donner une idée de la proportion de ressortissants chinois qui sont retournés en Chine ces derniers jours par rapport aux étrangers ?

R : L'OMS a récemment qualifié le COVID-19 de « pandémie ». Dans de telles circonstances, l'introduction de cas depuis l'étranger est devenue un risque majeur pour la prévention et le contrôle de l'épidémie dans de nombreuses localités en Chine.

Compte tenu des besoins de lutte contre l'épidémie dans différentes régions, et de l'évolution de la situation épidémique internationale, les gouvernements locaux chinois ont pris des mesures d'inspection, de quarantaine, de prévention et de contrôle des arrivées internationales, conformément aux lois et réglementations. Cela est non seulement nécessaire pour la prévention et le contrôle de l'épidémie, mais permet également d'empêcher efficacement la propagation de l'épidémie à l'échelle mondiale ; cela est responsable envers la sécurité et la santé du peuple chinois et des citoyens étrangers.

Ces mesures s'appliquent aussi bien aux citoyens chinois qu'étrangers. Les différentes localités prendront pleinement en compte les préoccupations légitimes des personnes concernées et leur assureront la garantie et l'assistance nécessaires.

Au fur et à mesure de l'évolution de la situation, ces mesures seront ajustées en temps opportun par les gouvernements locaux chinois.

Quant aux détails que vous avez demandés, y compris le nombre et la proportion de voyageurs, je n'ai pas d'informations à ce sujet.

Q : Le Président iranien Hassan Rouhani a condamné la poursuite des sanctions américaines qui ont gravement entravé la lutte de l'Iran contre le COVID-19, les qualifiant de punitions collectives du peuple iranien. Soulignant que ces sanctions ont causé environ 200 milliards de dollars de dommages directs à l'économie iranienne en moins de deux ans, il a appelé la communauté internationale à boycotter les sanctions illégales américaines et à soutenir la lutte de l'Iran contre l'épidémie. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : Le gouvernement et le peuple iraniens sont à un moment crucial de leur lutte contre le COVID-19. La poursuite des sanctions unilatérales à ce moment particulier ne fera qu'aggraver la situation, ce qui enfreint manifestement l'esprit humanitaire et aura de graves conséquences sur la lutte contre l'épidémie en Iran et l'aide humanitaire de l'ONU et d'autres organisations à destination de l'Iran. La Chine exhorte le pays concerné à lever immédiatement les sanctions contre l'Iran, à cesser de perturber les efforts de l'Iran contre l'épidémie, et à éviter de nuire davantage à l'économie et aux conditions fondamentales de vie de l'Iran.

La Chine suit de près l'évolution de l'épidémie en Iran et reste en communication étroite avec l'Iran. Nous avons offert à l'Iran des kits de dépistage et d'autres matériels médicaux et envoyé une équipe d'experts médicaux en Iran. Nous continuerons de faire de notre mieux pour aider le pays en fonction de ses besoins. Nous appelons également la communauté internationale à renforcer la coopération avec l'Iran et à protéger conjointement la sécurité sanitaire publique régionale et mondiale.

Q : Des médias canadiens ont récemment rapporté que Michael Kovrig avait été autorisé à parler au téléphone avec son père. Pouvez-vous le confirmer et présenter les récentes nouvelles sur l'état de Michael Kovrig et Michael Spavor ? Des mesures ont-elles été prises pour les protéger du nouveau coronavirus ?

R : La Chine a exprimé à plusieurs reprises sa position sur les affaires impliquant Michael Kovrig et Michael Spavor, deux citoyens canadiens. Kovrig et Spavor sont soupçonnés de crimes d'atteinte à la sûreté nationale de la Chine. Les affaires sont traitées légalement et leurs droits légitimes sont pleinement garantis. Des personnels de l'ambassade du Canada en Chine leur ont rendu visite à plusieurs reprises.

Après la survenue de l'épidémie de COVID-19, les départements compétents chinois, tout en surmontant les inconvénients et les difficultés entraînés par le virus, ont pris des mesures appropriées pour assurer la santé et la sécurité de tous les détenus, y compris celles de Kovrig et de Spavor. Après avoir appris que le père de Kovrig était gravement malade, les départements compétents chinois, dans un esprit humanitaire et dans la mesure où la loi chinoise le permet, ont pris des dispositions spécifiques pour que Kovrig puisse parler au téléphone avec son père. Kovrig et Spavor ont remercié les départements compétents chinois pour les dispositions susmentionnées.

Q : L'écrivain péruvien lauréat du prix Nobel Mario Llosa a déclaré, la semaine dernière, dans un article publié à El País, que l'épidémie de nouveau coronavirus était originaire de Chine, critiquant le gouvernement chinois pour avoir dissimulé l'épidémie sans avoir pris de mesures appropriées. L'ambassade de Chine au Pérou a déclaré que si M. Llosa ne pouvait pas contribuer à la lutte contre le virus, au moins ne devait-il pas diffuser de remarques irresponsables. Le Ministère chinois des Affaires étrangères est-il d'accord avec la façon dont l'ambassade de Chine au Pérou essaie de faire taire M. Llosa ?

R : Les remarques de M. Llosa sont extrêmement irresponsables. Nous nous y opposons fermement. Notre ambassade au Pérou a immédiatement précisé la position chinoise. D'après ce que je sais, l'ambassade de Chine au Pérou n'a jamais essayé de faire taire M. Mario Llosa.

Depuis l'épidémie de COVID-19, nous avons rapidement fourni, dans un esprit ouvert, transparent et responsable, des informations sur l'épidémie à l'OMS et aux pays et régions concernés, partagé avec eux la séquence génétique du virus et mené une coopération médicale et sanitaire avec différents pays, y compris le Pérou et l'Espagne, et échangé avec eux nos expériences en matière de traitement des patients. Les efforts de la Chine ont permis au monde de gagner un temps précieux et ont contribué activement à la lutte mondiale contre la pandémie. Telle est la juste conclusion tirée par la communauté internationale.

Quant à l'origine du virus, comme nous l'avons souligné maintes fois, c'est une question scientifique qui nécessite une évaluation scientifique et professionnelle, et nous devons attendre les conclusions des scientifiques. Compte tenu de tout cela, parler à tort et à travers et tirer des conclusions téméraires n'aidera aucun pays à combattre la pandémie et ne fera que provoquer la panique et la discrimination.

Nous espérons que M. Llosa abandonnera ses préjugés, examinera les questions concernées d'une manière globale et correcte, et envisagera la Chine de manière objective et équitable, pour apporter une énergie positive aux efforts internationaux contre le COVID-19.

Suggest To A Friend
  Print