Page d'accueil Dernières Nouvelles Infos sur le Consulat Général Infos sur la circonscription Affaires consulaires Contactez-nous
Conférence de presse du 3 mars 2020 tenue par le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian
2020/03/03

Tout d'abord, je voudrais vous communiquer les derniers chiffres. Selon les statistiques publiées ce matin par la Commission nationale de la Santé, le 2 mars entre 00h00 et 24h00, 2 742 patients ont guéri et sont sortis de l'hôpital dans la partie continentale de la Chine. Le 2 mars à minuit, 47 204 guérisons ont été signalées au total dans la partie continentale de la Chine.

Q : Le 2 mars, heure locale, le Département d'Etat américain a annoncé que le gouvernement américain limiterait le nombre de citoyens chinois autorisés à travailler pour les cinq médias chinois désignés comme « missions étrangères », à partir du 13 mars. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : Le Département d'Etat américain a mené cette répression politique contre les bureaux des médias chinois aux Etats-Unis sur la base de la mentalité de la guerre froide et de préjugés idéologiques. La Chine s'y oppose fermement et condamne vivement cela.

Les journalistes chinois accrédités aux Etats-Unis respectent strictement les lois et règlements américains et l'éthique professionnelle et effectuent des reportages à la lumière du principe d'objectivité, d'équité, de véracité et d'exactitude. Leur professionnalisme est bien reconnu. La partie américaine ne se base sur aucun fondement et n'a aucune raison de prendre une telle mesure contre les journalistes chinois.

La partie américaine s'obstine tellement dans sa mentalité de la guerre froide et ses préjugés idéologiques qu'elle a intensifié constamment ses actions d'oppression : de l'inscription des médias chinois comme « agents étrangers », en passant par leur désignation comme « missions étrangères », jusqu'au plafonnement du nombre de leurs employés chinois, ce qui signifie de facto une « expulsion » à terme. Cela perturbe fortement les activités normales de reportage des journalistes chinois, porte gravement atteinte à la réputation des médias chinois et entrave fortement les échanges humains normaux entre les deux parties. Tout en se vantant de la liberté de la presse, les Etats-Unis perturbent et entravent les activités normales de reportage des médias chinois. Un tel comportement révèle leur hypocrisie quand ils parlent de la soi-disant liberté de la presse. Il s'agit d'une pratique du « deux poids deux mesures » et d'une intimidation hégémonique.

Compte tenu de la situation actuelle des relations sino-américaines, ce que les Etats-Unis ont fait aura un grave impact négatif et portera atteinte aux relations bilatérales. Nous exhortons les Etats-Unis à changer immédiatement de cap et à corriger leurs erreurs. La partie chinoise se réserve le droit de répondre à cela et de prendre d'autres mesures.

Q : En tant que président du Conseil de sécurité des Nations unies pour le mois de mars, comment la Chine s'acquittera-t-elle de ses fonctions et quel genre de rôle jouera-t-elle ? Quelles sont les priorités ?

R : La Chine assume la présidence du Conseil de sécurité des Nations unies pour le mois de mars. Ce mois-ci, le Conseil de sécurité discutera des problèmes régionaux brûlants tels que l'Afghanistan, la Syrie, le Darfour au Soudan et la Somalie. La Chine a l'intention de convoquer trois débats ouverts sur le maintien du multilatéralisme, la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme en Afrique et le renforcement des capacités de maintien de la paix. Hier, lors de ses points de presse à New York, le Représentant permanent de la Chine auprès des Nations unies, l'Ambassadeur Zhang Jun, a présenté cinq priorités au cours de la présidence chinoise, à savoir le renforcement du multilatéralisme, le soutien à l'Afrique dans la promotion de la paix et du développement, la promotion d'une réponse plus efficace aux défis dans le domaine du maintien de la paix, la promotion d'un règlement politique des problèmes régionaux brûlants et l'amélioration de la méthode de travail du Conseil de sécurité.

Face à une situation internationale incertaine et complexe, le monde a plus que jamais besoin du multilatéralisme ainsi que d'une ONU et d'un Conseil de sécurité plus forts. En tant que président du Conseil pour le mois de mars, la Chine agira de manière responsable et constructive pour renforcer la solidarité et la coopération au sein du Conseil, afin de contribuer davantage au maintien de la paix et de la sécurité mondiales. Nous attendons également le soutien de toutes les parties afin que nous puissions accomplir ensemble les tâches à l'ordre du jour de ce mois.

Q : Il y a eu plus de 8 000 cas confirmés de COVID-19 en dehors de la Chine. Le Directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré hier que le nombre de cas signalés hors de la Chine au cours des dernières 24 heures était presque neuf fois supérieur à celui de la Chine. Vous avez dit hier que la situation globale en Chine s'améliorait et que la Chine menait activement une coopération en matière de lutte contre l'épidémie aux niveaux régional et mondial. Je me demande quelle assistance la Chine a offerte aux pays touchés.

R : Nous prenons note des remarques du Directeur général Tedros. La Chine suit de près l'évolution mondiale de l'épidémie et comprend profondément les difficultés de certains pays où l'épidémie s'aggrave.

A l'heure actuelle, les efforts de prévention et de contrôle de la Chine ont produit des progrès notables, mais ce n'est pas le moment de se relâcher, car nous en sommes encore à un stade crucial. Actuellement, des cas ont été signalés dans de nombreux pays et certains de ces pays sont confrontés à une situation de plus en plus grave. Il est important et urgent que les pays renforcent la communication et la coopération en matière de sécurité sanitaire. La Chine est en communication avec d'autres parties. Nous avons fourni des réactifs de test au Pakistan, au Japon, à l'UA, entre autres, et partagé des solutions diagnostiques et thérapeutiques avec de nombreux pays. La Société de la Croix-Rouge de Chine et de nombreuses entreprises chinoises ont livré des réactifs à l'Iran et aux pays africains. Nous avons également envoyé une équipe d'experts bénévoles en Iran. Tout en luttant contre l'épidémie dans notre pays, nous continuerons de travailler avec d'autres parties et de leur offrir une assistance dans la limite de nos capacités.

La Chine est prête à intensifier sa coopération dans le domaine de la santé avec l'OMS et les pays concernés, en particulier ceux gravement touchés par le COVID-19. Restant étroitement solidaires, nous nous battrons ensemble pour remporter la victoire finale sur le virus.

Q : Des fonctionnaires américains affirment que la restriction imposée aux médias chinois n'est pas « liée à un quelconque incident particulier », mais vise à répondre à « une tendance négative de longue date dans le traitement médiatique » en Chine. Le plafond que les Etats-Unis ont fixé pour le personnel chinois dans ces médias est de 100, tandis que le nombre total de journalistes américains enregistrés en Chine ne dépasse pas 100. Cette décision suit donc le principe de « réciprocité » recherché par l'administration Trump. Si la Chine réagit de manière négative, les Etats-Unis réagiront également. Toutes les options sont sur la table. La Chine est-elle prête pour une escalade d'incidents ? Et quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : La « réciprocité » est le mantra de la partie américaine. Mais je veux vous rappeler quelques faits.

Premièrement, la Chine n'a jamais instauré de plafond du nombre de bureaux et d'employés des médias américains en Chine. Le nombre de personnes qu'ils veulent envoyer ici correspond à leur choix, et non au résultat des restrictions de la Chine. Pour autant que je sache, depuis 2018, les Etats-Unis restreignent la venue des journalistes chinois en rejetant et en retardant la délivrance de leur visa. Au moins 21 journalistes se sont vu refuser un visa depuis l'année dernière. Cette fois, les Etats-Unis ont, accumulant faute sur faute, décidé d'« expulser » de facto 60 employés chinois de médias chinois aux Etats-Unis, sous prétexte de plafonner leur nombre. Peut-on qualifier cela de « réciprocité » ?

Deuxièmement, on ne compte que 9 médias chinois aux Etats-Unis alors qu'il y a 29 médias américains ici en Chine. Peut-on qualifier cela de « réciprocité » ?

Troisièmement, en ce qui concerne la politique des visas pour le personnel des médias et les frais de visa, les journalistes américains accrédités en Chine peuvent faire de multiples entrées tant que leur visa reste valide. Mais les Etats-Unis ont spécifiquement institué des politiques discriminatoires à l'égard des journalistes chinois accrédités aux Etats-Unis et ne leur délivrent que des visas d'entrée unique. Cela signifie que les journalistes chinois doivent déposer une nouvelle demande de visa s'ils sortent des Etats-Unis pour un court séjour ou pour rendre visite à leur famille en Chine. Sans oublier qu'ils doivent dépenser 354 dollars chaque fois qu'ils en demandent un, soit plus du double de ce que nous facturons à la partie américaine. Peut-on qualifier cela de « réciprocité » ?

Quatrièmement, les Etats-Unis veulent la « réciprocité » avec nous. Cherchent-ils également une telle « réciprocité » avec les médias d'autres pays ?

La réciprocité dont ils ne cessent de parler est dans le fond un préjugé, une discrimination et une aversion contre les médias chinois. Les Etats-Unis ont sapé les règles du jeu en premier. Nous ferons simplement ce que nous devons faire.

Q : La Ministre égyptienne de la Santé et de la Population, Hala Zayed, s'est rendue en Chine en tant qu'envoyée spéciale du président égyptien le 2 mars. Comment la Chine voit-elle la visite à ce moment spécial en plein milieu de l'épidémie ?

R : A un moment clé de la lutte du peuple chinois contre l'épidémie, le Président Abdul Fatah Al-Sisi a envoyé la Ministre Hala Zayed en tant que son envoyée spéciale pour exprimer sa sympathie et son soutien et apporter des fournitures médicales à la Chine. Cela montre la grande importance que l'Egypte accorde aux relations avec la Chine et sa profonde amitié envers le peuple chinois. Nous exprimons notre appréciation et nos remerciements à cet égard. Au cours de sa visite, la Ministre Hala Zayed a respectivement rencontré le Vice-Président du Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale Chen Zhu et des responsables de la Commission nationale de la Santé. Les deux parties ont procédé à un échange de vues approfondi sur la coopération dans le domaine de la santé. La Chine a également partagé avec la partie égyptienne des informations sur l'épidémie et ses expériences en matière de prévention et de contrôle.

Q : Vous venez de présenter l'aide fournie par la Chine à l'étranger. De nombreux pays ont également aidé la Chine sous diverses formes. Pourriez-vous nous informer de l'aide étrangère que la Chine a reçue ?

R : Au moment critique où elle combat le COVID-19 de tous ses efforts, la Chine reçoit une assistance sincère et amicale de la communauté internationale. Nous n'oublierons jamais cela et tenons à exprimer notre reconnaissance. Nous avons pleine confiance et la capacité de gagner cette bataille contre le virus le plus tôt possible.

Selon ce que nous avons appris par la voie diplomatique, au 2 mars, 62 pays et sept organisations internationales avaient promis des fournitures de prévention et de contrôle de l'épidémie à la Chine. Plus précisément, des fournitures de 46 pays et de six organisations internationales sont arrivées en Chine. 16 pays et une organisation internationale ont annoncé qu'ils fourniraient des fournitures de prévention et de contrôle. En outre, 12 pays et deux organisations internationales ont fourni ou annoncé qu'ils fourniraient de la nourriture, de l'argent et d'autres formes de soutien matériel à la Chine.

A l'heure actuelle, la lutte contre l'épidémie en est au stade le plus crucial et de nombreux pays sont également confrontés à la menace de l'épidémie. Dans l'esprit d'une communauté de destin pour l'humanité, tout en poursuivant ses efforts de prévention et de contrôle au niveau national, la Chine renforcera la coopération aux niveaux régional et international, partagera en temps opportun les informations et les expériences, et coordonnera les politiques et les ressources avec d'autres pays et l'OMS dans cette bataille contre l'épidémie, jusqu'à ce que nous remportions une victoire finale dans le monde entier.

Q : Revenons au plafond imposé aux journalistes chinois aux Etats-Unis. Quelles autres mesures la Chine envisage-t-elle ? Envisage-t-elle d'expulser davantage de journalistes américains en Chine ou de limiter le nombre de journalistes ou de médias américains autorisés en Chine ?

R : J'ai exposé la position de la Chine tout à l'heure. Nous exhortons la partie américaine à mettre immédiatement fin à ses mauvaises actions et à faciliter le fonctionnement normal des médias chinois aux Etats-Unis. Nous nous réservons le droit de répondre à cela et de prendre d'autres mesures.

Q : Y a-t-il de nouvelles informations sur l'organisation de la visite du Président Xi Jinping au Japon ?

R : Les deux parties sont toujours en communication étroite au sujet de la visite du Président Xi au Japon afin de créer des conditions favorables et une atmosphère propice, et de faire de bons préparatifs. S'il y a des informations pertinentes, nous les publierons en temps voulu.

Suggest To A Friend
  Print