Page d'accueil Dernières Nouvelles Infos sur le Consulat Général Infos sur la circonscription Affaires consulaires Contactez-nous
Conférence de presse du 28 février 2020 tenue par le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian
2020/02/28

Sur invitation des gouvernements du Tadjikistan, de l'Ouzbékistan et du Kazakhstan, Yang Jiechi, membre du Bureau politique du Comité central du PCC et Directeur du Bureau de la Commission des Affaires étrangères du Comité central du PCC, se rendra au Tadjikistan, en Ouzbékistan et au Kazakhstan du 29 février au 4 mars.

Au cours de sa tournée de visites, le Directeur Yang aura des rencontres et des entretiens avec les présidents, les ministres des Affaires étrangères et d'autres hauts fonctionnaires des trois pays. Ces visites feront progresser davantage les relations et la coopération de la Chine avec les pays d'Asie centrale.

Je voudrais vous communiquer les derniers chiffres. Selon les statistiques publiées ce matin par la Commission nationale de la Santé, le 27 février entre 00h00 et 24h00, 3 622 patients ont guéri et sont sortis de l'hôpital dans la partie continentale de la Chine. Le 27 février à minuit, 36 117 guérisons ont été signalées au total dans la partie continentale de la Chine.

Q : Alors que l'épidémie de COVID-19 se propage en République de Corée, au Japon et dans d'autres pays, Beijing et le Shandong ont renforcé la gestion sanitaire à l'égard des personnes entrantes. Beijing stipule que les personnes entrantes qui viennent des régions gravement touchées à l'étranger ou s'y sont rendues doivent observer une quarantaine de 14 jours. Cela signifie-t-il que la Chine a resserré ses restrictions à l'entrée des ressortissants étrangers dans le pays ?

R : Comme la lutte en est actuellement à un stade crucial en Chine, toutes les régions du pays continuent de se prémunir rigoureusement contre un éventuel rebond des cas de COVID-19. En réponse à la propagation de l'épidémie hors de la Chine, la municipalité de Beijing a renforcé la gestion sanitaire à l'égard des personnes entrant dans la ville. Ceux qui viennent des régions gravement touchées à l'étranger ou s'y sont rendus doivent rester en observation médicale pendant 14 jours à domicile ou dans des endroits désignés. Pendant ce temps, les ressortissants étrangers à Beijing doivent également se conformer à la gestion sanitaire communautaire afin de se prémunir contre l'épidémie.

Je tiens à souligner que les règlements de prévention et de contrôle adoptés par Beijing et d'autres régions s'appliquent à toutes les personnes entrantes qui viennent des régions gravement touchées à l'étranger ou s'y sont rendues, qu'ils soient Chinois ou ressortissants étrangers.

Les experts de l'OMS soulignent que les stratégies et tactiques adoptées par la Chine, y compris la quarantaine, s'avèrent correctes et sont couronnées de succès, avec des effets remarquables dans l'atténuation de la propagation de l'épidémie et dans l'endiguement de la transmission interhumaine.

Ces mesures inhabituelles à un moment inhabituel ont gagné la compréhension et le soutien du peuple chinois, et nous pensons que les pays concernés comprendront également cela et agiront de façon coordonnée. La Chine est prête à prendre des mesures de prévention et de contrôle en collaboration avec les pays concernés pour mieux protéger la vie et la santé du peuple chinois et des ressortissants étrangers.

Q : Le 27 février, le porte-parole du Ministère iranien des Affaires étrangères a déclaré que le gouvernement chinois et la Société de la Croix-Rouge de Chine fourniraient le 28 février un lot de kits de tests de diagnostic du nouveau coronavirus et d'autres fournitures pour lutter contre l'épidémie. Il a remercié le gouvernement et le peuple chinois pour leur aide. Pourriez-vous confirmer cette aide ? La Chine envisage-t-elle d'aider davantage l'Iran ?

R : Le gouvernement iranien a apporté un soutien et une assistance sincères à la Chine après l'apparition de l'épidémie. Nous le remercions et nous gardons cela gravé dans notre cœur. Le virus ne connaît pas de frontières, mais le pire des moments révèle le meilleur des gens. Bien que la situation épidémique en Chine demeure toujours très grave, nous sommes prêts, en nous efforçant de lutter contre l'épidémie dans le pays, à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour soutenir et aider l'Iran en fonction de ses besoins. Le premier lot de kits de tests du coronavirus a été livré à l'Iran. Si la partie iranienne a d'autres besoins, nous les prendrons en considération dans un esprit positif.

Q : La République de Corée fait maintenant face à une situation très grave, alors que davantage de cas de COVID-19 émergent dans le pays. Nombreuses sont les informations sur Internet, selon lesquelles les avions volant de la République de Corée vers la Chine auraient été bondés. Pourriez-vous confirmer cela ? Quel est votre commentaire à ce propos ?

R : Nous avons demandé des informations aux autorités compétentes. Depuis l'apparition de l'épidémie, certaines compagnies aériennes ont réduit leur nombre de vols, ce qui a conduit au fait que certains avions de la République de Corée vers la Chine étaient entièrement remplis. D'après ce que nous savons, la plupart de ces passagers étaient des ressortissants chinois en République de Corée.

La Chine et la République de Corée, en tant que voisins et amis, sont toutes deux à un moment clé de la lutte contre l'épidémie. La Chine est prête à partager des informations et des expériences avec la République de Corée, à intensifier la coopération pour surmonter ensemble les difficultés et à fournir une assistance dans la limite de ses moyens.

Q : Dans un communiqué publié jeudi, la marine américaine a déclaré qu'un destroyer de la marine chinoise avait visé un avion de patrouille américaine P-8 avec un laser de qualité militaire alors qu'il survolait des eaux à environ 380 miles à l'ouest de Guam. Elle a déclaré que ce genre de laser aurait pu causer de graves dommages aux membres de l'équipage et aux équipements de l'aéronef, ce qui est contraire au code international applicable. Les actions de la Chine seraient « dangereuses » et « non professionnelles », et les Etats-Unis déposeront des représentations auprès de la partie chinoise par la voie diplomatique. Quelle est la réponse de la Chine à cela ?

R : Je ne suis pas au courant de la situation concernée. Veuillez vous informer auprès de l'armée.

Q : La Chine a désigné sa candidate au poste de Directeur général de l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI). Selon les médias américains, des fonctionnaires américains ont récemment critiqué la Chine pour vol de propriété intellectuelle, soulignant que le monde ne devrait pas donner le contrôle de l'OMPI à la Chine. Quel est votre commentaire à ce propos ? Pourriez-vous présenter les progrès de la Chine dans ses efforts de protection de la propriété intellectuelle ?

R : La Chine a intensifié ses efforts en matière d'innovation scientifique et technologique et de protection de la propriété intellectuelle. Elle est devenue un grand pays en matière de propriété intellectuelle et un acteur important de l'innovation dans le monde. Ses réalisations remarquables sont évidentes pour tous. Je voudrais partager avec vous quelques chiffres afin que vous puissiez vous faire une idée des réalisations remarquables de la Chine en matière d'innovation scientifique et technologique et de création de propriété intellectuelle.

Ces dernières années, la Chine a vu sa capacité d'innovation se renforcer constamment, avec une amélioration de la qualité et de la quantité des innovations scientifiques et technologiques. L'investissement de la Chine dans l'innovation est l'un des plus importants au monde et croît plus rapidement que dans la plupart des autres pays. Les dépenses de recherche et développement sont passées de 300,31 milliards de yuans en 2006 à 1 967,79 milliards de yuans en 2018, avec une croissance annuelle moyenne de 17%, passant de la sixième à la deuxième place dans le monde. La Chine compte plus de personnel de recherche et développement que tout autre pays dans le monde. Selon l'édition 2019 de l'Indice mondial de l'innovation publiée par l'OMPI et d'autres organisations, la Chine est passée de la 35e place en 2013 à la 14e place en 2019, ce qui en fait le pays le mieux classé parmi les économies à revenu intermédiaire et un des pays à la croissance la plus rapide au monde.

La Chine se classe au premier rang mondial en matière de dépôts de demandes de brevet pour la 9e année consécutive. Ses dépôts annuels de demandes de brevet et ses inventions brevetées ont tous deux dépassé le million. Grâce à cette percée majeure, la Chine est devenue le premier pays du monde à déposer annuellement plus d'un million de demandes de brevet et le troisième pays à posséder plus d'un million d'inventions brevetées, après les Etats-Unis et le Japon. En 2019, la Chine a déposé 61 000 demandes de brevet par le biais du Traité de coopération en matière de brevets (PCT), enregistrant une croissance annuelle de 10,4%. Ces dernières années, la Chine a vu ses demandes de brevet internationales déposées dans le cadre du PCT augmenter rapidement, devenant ainsi le deuxième plus grand déposant mondial en la matière. Le rapport annuel de l'OMPI souligne que la Chine est devenue le principal moteur du développement mondial de la propriété intellectuelle. Dans le monde entier, de plus en plus de gens voient et commentent de manière objective les progrès de la Chine en matière de propriété intellectuelle. Le rapport de l'OMC « Examens des politiques commerciales – Chine 2018 », publié en septembre 2018, a pleinement reconnu la protection de la propriété intellectuelle en Chine, estimant que ces dernières années, la Chine a adopté diverses politiques et mesures pour renforcer sa capacité en matière de protection de la propriété intellectuelle.

Je vous ai donné beaucoup de chiffres et de faits. Les faits sont plus éloquents que les mots et ne peuvent pas être modifiés par des accusations injustifiées et des calomnies malveillantes.

Q : Hier, vous nous avez donné des détails sur la participation de la Chine à la réunion de la Commission conjointe du PAGC à Vienne. Nous avons noté qu'à l'issue de la réunion, l'UE avait publié une déclaration de la présidence exprimant sa solidarité avec la Chine et l'Iran et tous les autres pays touchés par l'épidémie, et saluant particulièrement la contribution de la Chine face à ce défi mondial de santé publique. Quel est votre commentaire à ce propos ?

R : Je vous ai informés hier de la réunion au niveau des directeurs politiques de la Commission conjointe du PAGC qui s'est tenue à Vienne. Cette réunion a été convoquée alors que la communauté internationale lutte ensemble contre l'épidémie de COVID-19. Toutes les parties à la réunion ont hautement apprécié les mesures décisives et énergiques de la Chine et ont reconnu les contributions de la Chine pour endiguer la propagation du virus.

Le virus ne connaît pas de frontière. La Chine est reconnaissante du précieux soutien de toutes les parties à la réunion, y compris de l'UE. La Chine suit également de près les développements de l'épidémie en Europe et en Iran. Nous sommes prêts à travailler avec toutes les parties pour relever ensemble ce défi mondial actuel de santé publique.

Qu'il s'agisse de défis de santé publique comme l'épidémie de COVID-19 ou de défis de sécurité dans le domaine de la non-prolifération, la communauté internationale doit travailler de concert pour les relever.

Q : Les autorités américaines ont inculpé hier un professeur travaillant dans une université de l'Etat du Tennessee. Les Etats-Unis ont déclaré qu'il cachait son lien avec une institution chinoise tout en bénéficiant de fonds de la Nasa. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : Je ne suis pas au courant de ce que vous avez dit.

Si je m'en souviens bien, vous avez posé l'autre jour des questions sur la nationalité de la personne infectée qui s'est rendue en Chine en provenance d'Iran. Après m'être informé auprès des autorités compétentes, je peux vous dire que cette personne est de nationalité chinoise.

Q : Je veux juste poser des questions sur certains ressortissants chinois à Singapour. Un couple doit être inculpé aujourd'hui en vertu de la loi de Singapour sur les maladies infectieuses. Pourriez-vous confirmer s'il s'agit du premier cas de ce genre ? Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : Nous avons pris note des reportages concernés. Pour autant que je sache, l'enquête sur cette affaire est en cours. En réponse à l'épidémie, les missions diplomatiques chinoises dans les pays concernés ont publié des avis demandant aux ressortissants chinois à l'étranger de respecter les lois, réglementations et mesures locales en matière de prévention et de contrôle des épidémies et de coopérer avec les autorités locales. L'Ambassade de Chine à Singapour a demandé à la partie singapourienne de traiter l'affaire de manière équitable, conformément à la loi, et d'informer en temps opportun la partie chinoise des derniers développements.

Suggest To A Friend
  Print