Page d'accueil Dernières Nouvelles Infos sur le Consulat Général Infos sur la circonscription Affaires consulaires Contactez-nous
Conférence de presse du 7 janvier 2020 tenue par le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2020/01/07

Q : Nous notons que le Président des Kiribati, Maamau, est en visite en Chine. Les dirigeants chinois ont eu des entretiens avec lui et l'ont rencontré hier. Pourriez-vous partager plus d'informations ? À quel consensus concret les deux parties sont-elles parvenues sur le développement des relations bilatérales ?

R : En septembre 2019, les Kiribati ont repris leurs relations diplomatiques avec la Chine, ce qui en fait le 180e pays ayant des relations diplomatiques avec la Chine et le 10e État insulaire du Pacifique à rejoindre la coopération entre la Chine et les îles du Pacifique. Le Président Maamau effectue, comme convenu, une visite d'État en Chine en ce début d'année, qui est également la première visite d'État que la Chine a accueillie en 2020. Hier, le Président Xi Jinping s'est entretenu avec lui et le Premier ministre Li Keqiang l'a rencontré. Les dirigeants des deux pays ont eu des échanges approfondis et ont planifié le développement des relations sino-kiribatiennes. Un consensus important a été atteint sur les trois points suivants :

Premièrement, pour approfondir davantage la confiance politique mutuelle. Le Président Maamau a déclaré que les Kiribati avaient pris la décision majeure de renouer leurs relations diplomatiques avec la Chine sur la base de leur confiance en la Chine et qu'elles resteraient attachées au principe d'une seule Chine. La partie chinoise a déclaré qu'elle respectait le choix indépendant des Kiribati de leur voie de développement conformément aux réalités nationales, et qu'elle voulait renforcer les échanges de haut niveau et à tous les niveaux avec les Kiribati pour un partage d'expérience en matière de gouvernance de l'État. Les deux parties sont également convenues de renforcer la communication et la coopération dans des enceintes multilatérales telles que l'Onu et le Forum des îles du Pacifique, et de relever conjointement des défis tels que le changement climatique dans le cadre de la coopération Sud-Sud pour préserver les intérêts communs des pays en développement.

Deuxièmement, pour étendre davantage la coopération pragmatique. Depuis la reprise des relations diplomatiques, la coopération Chine-Kiribati dans divers domaines a connu un développement vigoureux avec nombre de premiers succès. Le mémorandum d'entente sur la construction conjointe de « la Ceinture et la Route » signé au cours de cette visite mettra en synergie la construction conjointe de « la Ceinture et la Route » et la vision à 20 ans des Kiribati (KV20), soutenant et planifiant une coopération bilatérale renforcée. Les deux parties ont convenu d'intensifier la coopération et les échanges dans des domaines tels que le commerce, l'agriculture, la pêche et les infrastructures en vue d'un développement et d'une prospérité durables.

Troisièmement, pour intensifier davantage les échanges culturels et humains. Les deux parties sont convenues de renforcer les échanges culturels et humains et la coopération locale, qui serviront de pont de compréhension mutuelle et d'amitié à travers le vaste océan Pacifique. Les Kiribati sont le seul pays au monde à cheval sur l'équateur et la ligne de date internationale. C'est également l'un des premiers endroits à accueillir l'aube d'une nouvelle année. La Chine a inscrit les Kiribati, un pays doté de ressources touristiques uniques, parmi les destinations de voyages de groupe des citoyens chinois à l'étranger. Je suis sûr que davantage de touristes chinois s'y rendront pour profiter des beaux paysages.

Les faits prouvent que la reprise des relations diplomatiques sert les intérêts de la Chine et des Kiribati. Nous sommes convaincus que nos relations bilatérales conserveront leur élan de développement rapide et produiront des résultats plus fructueux dans un avenir radieux de développement et de prospérité partagés.

Q : Une question sur les consultations économiques et commerciales sino-américaines. Selon des reportages, le vice-Premier ministre Liu He, en tant que chef de la délégation chinoise, se rendra à Washington le 13 janvier pour signer un accord de phase I avec les États-Unis. Pourriez-vous confirmer cela ?

R : Je vous renvoie au Ministère du Commerce pour plus de détails sur les consultations économiques et commerciales sino-américaines.

Q : Les États-Unis ont refusé de délivrer un visa au Ministre iranien des Affaires étrangères Zarif qui devait assister à une réunion du Conseil de sécurité jeudi à New York. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : En tant qu'hôte du siège des Nations unies, les États-Unis ont le devoir international de délivrer des visas et de fournir d'autres types de facilités aux représentants étrangers assistant aux réunions des Nations unies. Nous exhortons les États-Unis à respecter sérieusement cette obligation et à offrir des facilités aux représentants des États membres assistant aux réunions des Nations unies.

Q : Cette année marque le 70e anniversaire des relations diplomatiques sino-indonésiennes. Comment les deux parties vont-elles célébrer cet événement ? Quels en seront les temps forts ? Deuxième question, y aura-t-il une réunion entre les dirigeants chinois et indonésiens en Chine ou en Indonésie ? Dernière question, le récent incident survenu au large de Natuna affecte-t-il la préparation de la célébration ?

R : L'Indonésie fut l'un des premiers pays à avoir établi des relations diplomatiques avec la République populaire de Chine. Cette année marque le 70e anniversaire des relations diplomatiques entre la Chine et l'Indonésie. C'est également une année importante pour le développement national des deux pays. Nous attachons tous deux une grande importance à cela et avons convenu d'organiser une série d'activités de célébration pour promouvoir les échanges et la coopération dans divers domaines, porter les relations bilatérales à un nouveau palier et injecter une énergie positive au développement commun des deux pays et de la région.

En tant que partenaires stratégiques globaux, la Chine et l'Indonésie bénéficient d'une coopération dans un large éventail de domaines, et à fort potentiel. Tant que nous déploierons des efforts communs vers le même objectif, nous réaliserons un développement plus important avec de nouveaux domaines de croissance dans les relations bilatérales à l'occasion du 70e anniversaire de nos relations diplomatiques.

Je voudrais souligner en particulier qu'une coopération efficace entre la Chine et l'Indonésie dans le cadre de la construction conjointe de « la Ceinture et la Route » a apporté des avantages tangibles aux peuples des deux pays. La Chine est prête à travailler avec l'Indonésie pour approfondir la coopération bilatérale dans le cadre de « la Ceinture et la Route ».

En ce qui concerne la rencontre entre les dirigeants des deux pays qui vous intéresse, je voudrais dire que les échanges de haut niveau sont toujours un élément important des relations sino-indonésiennes. Les deux parties sont en communication concernant les dispositions pertinentes.

En ce qui concerne les récents développements de la situation maritime dont vous avez parlé, la Chine et l'Indonésie sont en communication par la voie diplomatique. La Chine et l'Indonésie sont des partenaires stratégiques globaux. Entre nous, l'amitié et la coopération sont le courant principal, tandis que la divergence n'est qu'un courant secondaire. En tant que pays littoraux de la mer de Chine méridionale et grands pays de la région, la Chine et l'Indonésie assument la tâche importante de maintenir la paix et la stabilité régionales. La Chine considère toujours les relations bilatérales avec l'Indonésie dans une perspective stratégique et à long terme. Nous pensons que l'Indonésie tiendra également compte de l'ensemble des relations bilatérales et de la stabilité régionale, résoudra correctement les divergences avec la Chine et créera une atmosphère et des conditions favorables pour célébrer le 70e anniversaire de nos relations diplomatiques.

Q : La deuxième phase de l'accord de libre-échange Pakistan-Chine est récemment entrée en vigueur, avec des mesures de réduction tarifaire en vigueur depuis le 1er janvier. Avez-vous plus de détails à partager avec nous ?

R : Le Protocole sur la modification de l'accord de libre-échange entre la Chine et le Pakistan est entré en vigueur le 1er décembre 2019. Le Protocole a actualisé et révisé le contenu de l'accord de libre-échange initial sur l'accès aux marchés pour le commerce des marchandises ainsi que les calendriers de réduction tarifaire, les règles d'origine, les recours commerciaux et l'investissement. Et il a ajouté un nouveau chapitre sur la coopération douanière. L'essentiel des changements consiste à élever sensiblement le niveau de libéralisation du commerce des marchandises sur la base de l'accord de libre-échange initial. Le Protocole stipule que la proportion de lignes tarifaires avec des produits à tarif douanier zéro passera progressivement de 35 % à 75 %. En outre, nous bénéficierons également d'une réduction de 20 % sur les tarifs douaniers d'autres produits qui représentent 5 % de leurs lignes tarifaires respectives. Les mesures de réduction tarifaire sont entrées en vigueur le 1er janvier 2020.

La Chine et le Pakistan sont des partenaires stratégiques de tout temps, et les relations bilatérales se sont développées avec une bonne dynamique. La Chine est prête à travailler avec le Pakistan pour consolider la confiance politique mutuelle, approfondir la coopération globale, y compris le commerce et l'investissement, promouvoir le développement de haute qualité du Couloir économique sino-pakistanais et offrir plus d'avantages aux deux pays et aux deux peuples.

Q : Le Président indonésien Joko Widodo a annoncé hier qu'il mobiliserait des navires de pêche pour rejoindre des navires de guerre en mer de Chine méridionale. Il a également déclaré qu'il n'y aurait pas de négociations sur les questions de souveraineté. Comme vous l'avez dit, des voies diplomatiques étaient ouvertes. L'ont-elles été depuis qu'il a fait ce commentaire hier ? Avez-vous un commentaire sur la situation en cours là-bas ?

R : Comme je l'ai dit, concernant les récents développements de la situation maritime, la Chine et l'Indonésie sont en communication par la voie diplomatique. La Chine et l'Indonésie sont des partenaires stratégiques globaux. Entre nous, l'amitié et la coopération sont le courant principal, tandis que la divergence n'est qu'un courant secondaire. En tant que pays littoraux de la mer de Chine méridionale et grands pays de la région, la Chine et l'Indonésie assument la tâche importante de maintenir la paix et la stabilité régionales. La Chine considère toujours les relations bilatérales avec l'Indonésie dans une perspective stratégique et à long terme. Nous pensons que l'Indonésie tiendra également compte de l'ensemble des relations bilatérales et de la stabilité régionale, résoudra correctement les divergences avec la Chine et créera une atmosphère et des conditions favorables pour célébrer le 70e anniversaire de nos relations diplomatiques.

Q : Le parlement iranien a voté pour désigner l'armée américaine comme entité terroriste. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : La Chine est très préoccupée par la situation actuelle au Moyen-Orient. L'aggravation des tensions dans la région du Golfe ne sert les intérêts de personne. Assurer la paix et la stabilité dans la région revêt une importance vitale pour le monde entier.

La Chine considère que toutes les parties doivent respecter sérieusement les buts et principes de la Charte des Nations unies et les normes fondamentales régissant les relations internationales. L'indépendance, la souveraineté et l'intégrité territoriale de tous les pays doivent être respectées. La paix et la stabilité au Moyen-Orient et dans la région du Golfe doivent être maintenues.

Nous exhortons les États-Unis à ne pas abuser de la force. En même temps, nous appelons les parties concernées à faire preuve de retenue pour empêcher l'escalade. Le dialogue et la consultation devraient reprendre pour apaiser les tensions dès que possible.

Q : La Russie et la Chine ont décidé de bloquer la déclaration du Conseil de sécurité des Nations unies sur la condamnation de l'attaque contre l'Ambassade des États-Unis à Bagdad, comme l'a dit l'Ambassadeur de Russie, car il serait impossible de ne pas tenir compte du fait que les États-Unis ont tué Soleimani. Je me demande si la Chine pense qu'il devrait y avoir une autre déclaration au Conseil de sécurité au sujet du meurtre de Soleimani.

R : Le Représentant permanent iranien auprès de l'Onu a envoyé des lettres sur la question concernée au Président du Conseil de sécurité et au Secrétaire général des Nations unies. Étant donné que le Conseil de sécurité a la responsabilité principale de maintenir la paix et la sécurité internationales, il doit assumer sérieusement ses devoirs inscrits dans la Charte des Nations unies. En tant que membre permanent du Conseil de sécurité, la Chine continuera, dans un esprit objectif et équitable, de travailler avec d'autres parties pour faire respecter le droit international, la justice internationale ainsi que la paix et la sécurité au Moyen-Orient et dans la région du Golfe.

Dans l'intervalle, nous resterons en contact étroit avec la Russie – le partenaire stratégique global de coordination de la Chine – et d'autres membres du Conseil de sécurité.

Suggest To A Friend
  Print