Page d'accueil Dernières Nouvelles Infos sur le Consulat Général Infos sur la circonscription Affaires consulaires Contactez-nous
Conférence de presse du 2 janvier 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2020/01/02

À l'invitation du Ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Hassan Shoukry, du Ministre djiboutien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale Mahmoud Ali Youssouf, du Ministre érythréen des Affaires étrangères Osman Saleh Mohammed, du Ministre burundais des Affaires étrangères Ezechiel Nibigira, et du Ministre zimbabwéen des Affaires étrangères et du Commerce international Sibusiso Busi Moyo, le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi effectuera des visites officielles dans les pays susmentionnés du 7 au 13 janvier.

Q : Vous venez d'annoncer les prochaines visites du Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi dans des pays africains. Nous savons que le Ministre chinois des Affaires étrangères choisit chaque année l'Afrique comme destination de sa première tournée à l'étranger. Pouvez-vous nous en dire plus sur son déplacement en Afrique ?

R : Depuis 1991, soit depuis 30 années consécutives, l'Afrique est toujours la destination du premier déplacement de l'année à l'étranger du Ministre chinois des Affaires étrangères. La poursuite de cette belle tradition en dit long sur la haute priorité que la Chine attache au développement de ses relations avec l'Afrique, ainsi que sur une amitié sino-africaine toujours plus forte.

Cette année marque le 20e anniversaire du Forum sur la coopération sino-africaine (FCSA) et constitue également une année importante pour la mise en œuvre des résultats du Sommet de Beijing 2018 du FCSA. Lors de sa visite en Afrique, le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi mènera une communication approfondie avec l'Afrique, en restant fidèle au principe de sincérité, de pragmatisme, d'amitié et de franchise, et à la judicieuse conception de la justice et des intérêts, proposés par le Président Xi Jinping, approfondira la communication avec la partie africaine pour promouvoir la mise en œuvre de l'important consensus réalisé par le Président Xi avec les dirigeants africains, et celle des résultats du Sommet de Beijing du FCSA, faire avancer la coopération sino-africaine dans le cadre de l'initiative la « Ceinture et la Route », promouvoir l'amitié traditionnelle entre la Chine et l'Afrique et réaliser un nouveau développement des relations bilatérales entre la Chine et les pays africains concernés et des relations sino-africaines dans leur ensemble.

Q : La RPDC a déclaré qu'elle continuerait à développer des armes stratégiques jusqu'à ce que les États-Unis cessent leur politique hostile contre le pays. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : Poursuivre le dialogue, détendre la situation dans la péninsule coréenne et faire avancer le règlement politique de la question de la péninsule est dans l'intérêt commun de toutes les parties concernées. Dans la situation actuelle, des mesures susceptibles de mener à une escalade des tensions et défavorables au dialogue ne sont pas de mise. Nous espérons que les parties concernées, en particulier la RPDC et les États-Unis, poursuivront le dialogue et la consultation, travailleront dans le même sens, chercheront activement des moyens de sortir de l'impasse et feront des efforts concrets pour favoriser le règlement politique du problème de la péninsule.

Q : J'ai deux questions. Premièrement, le Président Trump a déclaré qu'il souhaitait signer l'accord commercial de première phase avec la Chine avant le 15 janvier. Une délégation chinoise se rendra-t-elle à Washington pour signer cet accord commercial de première phase ?

R : Je vous conseille de vous renseigner auprès du Ministère chinois du Commerce pour les questions concernant les négociations commerciales sino-américaines.

Quelle est votre deuxième question ?

Journaliste : Deuxièmement, des sources affirment que le programme du mécanisme d'interconnexion entre la Bourse de Shanghai et la Bourse de Londres a été temporairement interrompu en raison de tensions politiques entre la Chine et le Royaume-Uni. Pouvez-vous confirmer cela ?

R : Qui a dit cela ? La partie britannique ?

Journaliste : C'est Reuters et d'autres médias britanniques.

R : Je ne suis pas au courant du cas spécifique dont vous parlez et je vous conseille de vous adresser aux départements et entreprises concernés. Je tiens à souligner que nous espérons que le Royaume-Uni créera un environnement commercial équitable, juste, ouvert et non discriminatoire pour les entreprises chinoises, ainsi que des conditions favorables à la coopération pragmatique sino-britannique dans différents domaines.

Q : Selon des reportages, le Secrétaire d'État américain Mike Pompeo a reporté ses visites prévues dans des pays d'Asie centrale, en raison de la situation en Irak. La partie américaine avait affirmé qu'elle aborderait la question liée au Xinjiang lors des entretiens bilatéraux avec les pays concernés et lors de la réunion des Ministres des Affaires étrangères du C5 + 1. Quel est votre commentaire au sujet du report américain de ces visites ?

R : J'ai exprimé avant-hier la position de la Chine sur l'annonce américaine de discussions prévues sur le Xinjiang lors de la réunion ministérielle C5 + 1.

La Chine et les pays d'Asie centrale sont des voisins et amis, et des partenaires stratégiques. La coopération bilatérale bénéficie d'une base solide, de multiples dimensions et de larges perspectives. Les cinq pays d'Asie centrale sont tous proches du Xinjiang. Ils connaissent la situation réelle du Xinjiang mieux que les États-Unis, et ils sont les mieux placés pour avoir voix au chapitre.

Lors de sa rencontre avec l'ambassadeur de Chine au Tadjikistan l'autre jour, le Ministre tadjik des Affaires étrangères Sirojiddin Muhriddin a déclaré que le terrorisme et la radicalisation religieuse sont l'ennemi commun auquel est confrontée toute la communauté internationale. Tous les pays du monde devraient unir leurs forces pour les condamner et les combattre. Il ne faut pas pratiquer le « deux poids deux mesures » dans ce domaine. Le Tadjikistan soutient la politique du gouvernement chinois à l'égard du Xinjiang et les mesures de déradicalisation adoptées par la Chine pour maintenir la prospérité et la stabilité du Xinjiang. La partie chinoise exprime une haute appréciation de cette prise de position.

Nous sommes convaincus que les gouvernements et les peuples des pays d'Asie centrale sont déterminés à développer des relations de bon voisinage avec la Chine et à combattre conjointement les « trois fléaux ». Que ces visites américaines se réalisent ou non, rien n'ébranlera l'amitié de longue date et la coopération mutuellement bénéfique entre la Chine et les pays d'Asie centrale. Les tentatives de calomnier ou de dénigrer la Chine ne réussiront jamais.

Q : Dans une déclaration publiée le 1er janvier, le Ministère indonésien des Affaires étrangères a affirmé que les revendications de la Chine sur la zone économique exclusive sous prétexte d'activités des pêcheurs chinois de longue date n'ont aucune base juridique et n'ont jamais été reconnues par la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (CNUDM). Jakarta a également déclaré que la décision du tribunal arbitral établi à la demande des Philippines en 2016 sur la Mer de Chine méridionale a également rejeté les demandes de la Chine. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : En ce qui concerne la position et les revendications de la Chine sur la question de la Mer de Chine méridionale, je les ai expliquées en détail avant-hier. Je n'ai pas besoin de les répéter maintenant.

Je tiens à souligner que la position et les propositions de la Chine sont conformes au droit international, y compris la CNUDM. Que la partie indonésienne l'accepte ou non, rien ne changera le fait réel que la Chine dispose de droits et d'intérêts sur les eaux concernées. La soi-disant sentence arbitrale concernant la Mer de Chine méridionale est illégale, nulle et non avenue, et nous avons depuis longtemps précisé que nous ne l'accepterions ni ne la reconnaîtrions. La partie chinoise s'oppose fermement aux actes nuisibles aux intérêts de la Chine de tout pays, organisation ou individu utilisant une sentence arbitrale invalide.

Suggest To A Friend
  Print