Page d'accueil Dernières Nouvelles Infos sur le Consulat Général Infos sur la circonscription Affaires consulaires Contactez-nous
Conférence de presse du 30 décembre 2019 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2019/12/30

À l'invitation du Premier Ministre Li Keqiang du Conseil des Affaires d'État, le Premier Ministre laotien Thongloun Sisoulith effectuera une visite officielle en Chine du 5 au 9 janvier.

La Chine et le Laos sont des voisins et amis aux régimes socialistes, dont l'amitié traditionnelle a une longue histoire. En avril 2019, le Président chinois et Secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois, Xi Jinping, et le Président lao et Secrétaire général du Comité central du Parti révolutionnaire populaire lao, Bounnhang Vorachit, ont signé ensemble un plan d'action pour construire une communauté de destin pour la Chine et le Laos, ce qui inaugure une nouvelle ère pour les relations sino-laotiennes et donne l'orientation du développement à long terme des relations bilatérales.

Le Président Xi Jinping, le Premier Ministre Li Keqiang et le Président Li Zhanshu du Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale auront respectivement des rencontres et des entretiens avec le Premier Ministre Thongloun pour échanger des vues sur les relations Chine-Laos et d'autres questions d'intérêt commun. En plus de Beijing, le Premier Ministre Thongloun se rendra également dans le Shaanxi.

Nous avons la certitude que la visite du Premier Ministre Thongloun permettra de consolider davantage la confiance politique mutuelle entre les deux pays, approfondira la coopération pragmatique et favorisera l'édification d'une communauté de destin entre la Chine et le Laos.

À l'invitation du Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi, le Ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif de la République islamique d'Iran effectuera une visite officielle en Chine le 31 décembre.

Q : Selon des médias, le Conseil de Sécurité de l'ONU débattra plus tard dans la journée sur le projet de résolution avancé par la Chine et la Russie consistant à trouver un règlement politique du problème de la péninsule coréenne. Pouvez-vous nous donner des détails à ce sujet ? La Chine a-t-elle coordonné avec la Corée du Nord le contenu de ce projet de résolution, y compris les sanctions que vous proposez de lever partiellement ?

R : Récemment, la Chine et la Russie ont présenté conjointement un projet de résolution au Conseil de Sécurité des Nations Unies concernant le règlement politique de la question de la péninsule, et j'ai présenté dans cette salle nos réflexions à ce sujet. La Chine et la Russie travaillent à faire avancer le projet de résolution concerné, ayant pour point de départ le maintien de la paix et de la stabilité dans la péninsule, le règlement des problèmes par le dialogue et la négociation, la mise en place d'un mécanisme de paix permanent sur la péninsule, et la dénucléarisation de la péninsule en parallèle. La Chine et la Russie proposent d'ajuster certaines sanctions imposées à la RPDC pour répondre aux besoins humanitaires et aux conditions de vie de la population en RPDC, et soutenir le processus de dialogue politique.

La Chine et la Russie sont en communication avec d'autres membres du Conseil de Sécurité et des parties concernées de la péninsule sur le contenu du projet de résolution. Nous espérons que les membres du Conseil de Sécurité assumeront leurs responsabilités sur la question de la péninsule et prendront des mesures actives pour soutenir le règlement politique, encourager les pourparlers et sauvegarder la paix et la stabilité dans la péninsule.

Q : Le Secrétaire d'État américain Pompeo a tweeté le 29 décembre que, s'agissant du Tibet et du Xinjiang, les campagnes répressives du Parti communiste chinois ne visent pas à lutter contre le terrorisme, mais à chercher à effacer les croyances et les cultures des citoyens chinois. Le Département d'État américain a tweeté quelque chose de similaire le même jour. Quelle est la réaction de la Chine à ce sujet ?

R : Ce que les États-Unis ont dit, c'est de la pure rumeur et de la calomnie. C'est totalement incompatible avec les faits et malintentionné. Nous nous y opposons fermement.

Aujourd'hui, le Xinjiang poursuit un développement économique soutenu, une stabilité sociale, une amélioration continue des conditions de vie de la population, une prospérité culturelle sans précédent et une coexistence harmonieuse de toutes les religions. La population ouïgoure du Xinjiang a atteint 11,65 millions de personnes, soit 46,8 % de la population totale de la région autonome du Xinjiang. Il y a plus de 24 000 mosquées au Xinjiang, ce qui signifie qu'il y a une mosquée pour 530 musulmans en moyenne.

Au cours des 60 dernières années depuis sa libération pacifique, le Tibet a connu un essor économique, une harmonie et une stabilité sociales, et une protection et une promotion de la tradition culturelle. La langue tibétaine est devenue la première des langues écrites des ethnies minoritaires chinoises à avoir sa propre norme internationale. On compte plus de 1 700 lieux de pratique religieuse au Tibet et plus de 46 000 moines et bonzesses résidents. Des millions de pèlerins se rendent à Lhassa chaque année.

Les États-Unis, en faisant fi des faits, ont répété maintes et maintes fois des mensonges, laissant maintes et maintes fois un déficit moral, un déficit de crédibilité et un déficit d'image. La stabilité politique, la croissance économique, la solidarité ethnique et l'harmonie sociale au Xinjiang et au Tibet en Chine sont notre meilleure riposte aux calomnies de la partie américaine.

J'ajoute un mot en passant. J'aimerais partager avec vous quelques données que je viens de noter, qui ont été publiées conjointement par Associated Press, USA Today et la Northeastern University des États-Unis. En 2019, il y a eu aux États-Unis 41 tueries de masse, faisant chacune plus de quatre morts, dont 33 fusillades massives, tuant au total 211 personnes, un record depuis les années 1970. Les données montrent qu'aux États-Unis, les affaires criminelles liées aux armes à feu ont coûté la vie à plus de 14 800 personnes en 2019. Les fréquents crimes violents, y compris les fusillades sur les campus et dans les lieux publics, font que les civils américains ordinaires vivent depuis longtemps dans la peur des armes à feu et de la violence.

Nous recommandons aux États-Unis de bien gérer leurs propres affaires et de concentrer leur attention sur le règlement de leurs maux tenaces et de leurs fléaux persistants, en garantissant au moins que leur population bénéficie de la « liberté contre la peur », plutôt que d'étendre leurs bras longs pour interférer dans les affaires intérieures des autres pays. Un conseil aux États-Unis : si vous étendez trop vos bras, vous risquez de vous faire mal au dos.

Q : Le Congrès américain a approuvé le budget 2020, qui contient une disposition autorisant le refus de l'entrée aux États-Unis des officiels philippins qui sont impliqués dans l'incarcération de la sénatrice philippine Leila de Lima. Selon une déclaration du 27 décembre du porte-parole du Président philippin Rodrigo Duterte, les Philippines ont interdit l'entrée dans le pays aux législateurs américains ayant introduit la disposition concernée et les Philippines ne resteraient pas les bras croisés si les États-Unis continuaient d'interférer dans la souveraineté des Philippines. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : La Chine estime que les relations entre États devraient être fondées sur le respect mutuel et la non-ingérence. Nous nous opposons à l'intervention étrangère dans les affaires d'autres pays sous quelque prétexte que ce soit, et nous soutenons les efforts visant à sauvegarder la souveraineté et la dignité nationales du pays.

Q : La Chine a-t-elle un commentaire à faire quant aux récentes frappes aériennes américaines en Iraq et en Syrie contre les forces pro-iraniennes ?

R : La Chine s'oppose toujours au recours à la force dans les relations internationales et défend le respect scrupuleux des buts et principes de la Charte des Nations Unies et des normes fondamentales régissant les relations internationales. La souveraineté, l'indépendance et l'intégrité territoriale de l'Iraq et de la Syrie doivent être sérieusement respectées et défendues. Nous appelons les parties concernées à faire preuve de calme et de retenue pour éviter une escalade des tensions.

Q : Vous venez d'annoncer la visite du Ministre des Affaires étrangères Zarif en Chine. Pouvez-vous donner plus de détails sur le programme de sa visite ? De quoi va-t-il discuter avec le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi ? On le sait, le chef de la diplomatie iranienne va rencontrer aujourd'hui à Moscou le Ministre russe des Affaires étrangères Lavrov. Y aura-t-il un entretien téléphonique entre les Ministres russe et chinois des Affaires étrangères après la visite du Ministre des Affaires étrangères Zarif à Beijing ?

R : Je me souviens que le Ministre des Affaires étrangères Lavrov s'est entretenu par téléphone avec le Conseiller d'État Wang Yi il y a peu.

En tant que partenaires stratégiques globaux de la coordination, la Chine et la Russie sont en communication et coordination étroites sur la question nucléaire iranienne et d'autres problèmes internationaux et régionaux d'importance majeure.

Pendant le séjour du Ministre des Affaires étrangères Zarif en Chine, le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi s'entretiendra avec lui et échangera des vues sur la question nucléaire iranienne et d'autres questions d'intérêt commun. La Chine souhaite travailler avec l'Iran pour assurer un développement régulier du partenariat stratégique global Chine-Iran, maintenir le JCPOA et sauvegarder la paix et la stabilité de la région du Golfe au Moyen-Orient.

Nous publierons des informations sur la visite concernée en temps utile.

Suggest To A Friend
  Print