Page d'accueil Dernières Nouvelles Infos sur le Consulat Général Infos sur la circonscription Affaires consulaires Contactez-nous
Conférence de presse du 22 novembre 2019 tenue par le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2019/11/22

Q : Lors du 11e Forum d'investissement « Russia Calling », le Président russe Poutine a déclaré que les Etats-Unis avaient totalement tort de tenter de contenir la Chine et la Russie. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : Nous apprécions hautement la déclaration du Président Poutine. Depuis un certain temps, certains pays poursuivent l'unilatéralisme, s'ingèrent grossièrement dans les affaires intérieures d'autres pays et imposent des sanctions sans aucun scrupule. Ces comportements ont gravement compromis l'ordre international et le système des relations internationales existants. Une telle pratique consistant à faire tourner à rebours la roue de l'histoire est en effet totalement erronée et impopulaire.

En tant que membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies et principales économies émergentes, la Chine et la Russie partagent les mêmes intérêts et aspirations dans la sauvegarde de la souveraineté et de la sécurité nationale, la défense des normes fondamentales régissant les relations internationales et dans l'opposition à l'unilatéralisme, aux pratiques d'intimidation et à l'ingérence étrangère. Dans le contexte actuel, les deux pays ont le devoir de faire preuve de sens des responsabilités en tant que grands pays et d'endosser la mission historique de défendre la paix, la stabilité, l'équité et la justice dans le monde.

Guidées par l'important consensus de nos présidents, la Chine et la Russie continueront à accroître la confiance mutuelle stratégique, à renforcer la communication stratégique, à approfondir la coopération tous azimuts, à renforcer le soutien mutuel, à approfondir leur partenariat de coordination stratégique global pour une nouvelle ère et à défendre conjointement le multilatéralisme et la mondialisation, afin de jouer un rôle plus important dans la promotion de la stabilité et de la prospérité de la région et du monde.

Q : La République de Corée et le Japon mettront fin à l'Accord sur la sécurité générale des informations militaires à partir de demain minuit. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : Nous avons pris note des reportages concernés. Nous pensons toujours que mener ou mettre fin à une coopération en matière de sécurité militaire est le droit indépendant d'un pays souverain. Dans le même temps, les accords bilatéraux entre les parties concernées doivent favoriser la paix et la stabilité régionales ainsi que le processus de paix dans la péninsule coréenne, et ne pas nuire aux intérêts d'une tierce partie.

Q : Le Département américain de la Justice a annoncé qu'un homme nommé Haitao Xiang, ancien employé de Monsanto, avait été accusé de vol de secrets commerciaux. Haitao Xiang était également membre du Programme des « Mille talents » chinois. La Chine a-t-elle une réponse à cela ?

R : Je ne suis pas au courant de la situation spécifique que vous avez mentionnée. Mais je pense que dans le cas d'un citoyen qui enfreint la loi aux Etats-Unis, qu'il soit chinois ou américain, si les Etats-Unis agissent de manière juste conformément à la loi, nous n'avons aucune objection. Cependant, nous nous opposons fermement à ce que les Etats-Unis utilisent ce cas isolé pour accuser à tort la Chine de vol de propriété intellectuelle organisé et planifié. Comme nous l'avons dit à maintes reprises, une telle allégation est faite avec des arrière-pensées.

Je tiens à souligner que, premièrement, la Chine n'a pas réalisé son développement technologique par le vol ou le pillage. Bien au contraire, il a été réalisé avec notre talent et notre travail acharné. Deuxièmement, le renforcement des échanges et de la coopération scientifiques et technologiques entre la Chine et les Etats-Unis sert les intérêts communs des deux parties, contribue à la promotion des progrès scientifiques et technologiques et profite à toute l'humanité.

Q : Selon le rapport Open Doors 2019 publié par l'US Institute of International Education, de 2018 à 2019, la Chine restait la plus grande source d'étudiants internationaux aux Etats-Unis, mais le taux de croissance était le plus faible depuis les 10 dernières années en raison des restrictions de visas et d'autres problèmes. Comment voyez-vous un tel changement ?

R : J'ai noté ce rapport, selon lequel, de 2018 à 2019, le taux de croissance non seulement des étudiants chinois, mais aussi des étudiants internationaux, a considérablement diminué aux Etats-Unis. Cela nous montre à quel point les politiques américaines récentes ont affecté l'image et la réputation des Etats-Unis, entravé leurs échanges avec d'autres pays et sapé leurs propres intérêts. Pas étonnant que de nombreuses personnalités du milieu éducatif américain aient exprimé leurs préoccupations à cet égard.

Comme nous l'avons déjà dit, l'échange d'étudiants reste un élément important des échanges culturels et humains entre la Chine et les Etats-Unis. Hier, l'Ambassade de Chine aux Etats-Unis et le Bureau des Affaires éducatives et culturelles du Département d'Etat des Etats-Unis ont organisé conjointement un événement commémoratif à l'occasion du 40e anniversaire des échanges d'étudiants entre la Chine et les Etats-Unis. L'ancien Président américain Carter a adressé un message de félicitations à l'occasion de cet événement, dans lequel il indique en particulier que l'échange d'étudiants est un sujet important dans les négociations sur la normalisation des relations bilatérales entre la Chine et les Etats-Unis.

Au cours des quatre dernières décennies, les échanges éducatifs sino-américains se sont développés rapidement. En l'espace de 40 ans, plus de 330 000 étudiants américains ont étudié en Chine. La Chine est l'une des destinations les plus populaires de l'enseignement supérieur pour les étudiants américains. Pendant dix années consécutives, la Chine a été la plus grande source d'étudiants internationaux aux Etats-Unis. Rien qu'entre 2018 et 2019, 370 000 étudiants chinois ont étudié aux Etats-Unis, représentant le tiers du nombre total d'étudiants étrangers dans le pays. Depuis longtemps, l'échange d'étudiants a énergiquement promu la communication et la compréhension mutuelle entre nos deux peuples ainsi que le développement de chacun de nos deux pays.

Aujourd'hui, il est d'autant plus important de créer des conditions propices à l'échange d'étudiants et de faire progresser constamment les échanges culturels et humains dans un esprit ouvert et inclusif. Le Président Trump, l'Ambassadeur Branstad et d'autres hauts fonctionnaires américains ont déclaré à plusieurs reprises que les étudiants chinois étaient les bienvenus aux Etats-Unis. Nous espérons que les Etats-Unis pourront prendre des mesures concrètes pour répondre aux aspirations de nos deux peuples. Dans le rapport de l'année prochaine, nous espérons voir des changements prometteurs.

Q : Selon un rapport interne destiné aux sénateurs philippins, le chinois State Grid Corp détient 40 % du capital de la National Grid Corporation des Philippines, ce qui constitue une menace pour la sécurité nationale des Philippines. Lors d'une audience sur le budget énergétique tenue ce mois-ci, certains sénateurs philippins ont exprimé leurs préoccupations à cet égard. Quelle est la réponse de la Chine à cela ?

R : Je ne suis pas au courant de la situation que vous avez mentionnée, je vérifierai cela plus tard.

Ce que je peux vous dire, c'est que, sous la direction politique de nos dirigeants, les relations sino-philippines se sont réchauffées, se sont consolidées et se sont améliorées, avec des progrès constants dans les échanges et la coopération dans divers domaines. Nous sommes prêts à travailler avec les Philippines pour approfondir notre coopération dans divers domaines, en particulier dans le cadre de « la Ceinture et la Route », afin d'apporter plus d'avantages à nos deux peuples.

Q : Selon des reportages, la police malaisienne aurait arrêté 680 citoyens chinois soupçonnés de fraude en matière de télécommunications. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : L'Ambassade de Chine en Malaisie a été informée par la partie malaisienne. La Chine soutient la Malaisie dans la lutte contre la criminalité conformément à la loi et espère qu'elle traitera l'affaire de manière juste.

Je voudrais souligner encore une fois que les citoyens chinois d'outre-mer doivent se conformer aux lois et règlements locaux et ne doivent se livrer à aucune activité illégale.

Q : Le « ministre des Affaires étrangères » de Taïwan a déclaré aujourd'hui que la Chine avait promis des aides et des investissements à plusieurs anciens alliés de Taïwan, mais que cet argent n'arrivait pas à sa place. Le « ministre des Affaires étrangères » a également déclaré que la Chine exportait la corruption et l'autoritarisme vers ces pays. Quelle est la réponse à cela ?

R : Je dois d'abord corriger une erreur dans votre question. Nous ne reconnaissons pas le soi-disant « ministre des Affaires étrangères » de Taïwan. J'espère que vous utiliserez les bons termes la prochaine fois. (Le journaliste a fait un signe affirmatif de la tête.)

En ce qui concerne votre question, je peux vous dire que le principe d'une seule Chine est le consensus universel de la communauté internationale et que le maintien de ce principe est une norme généralement reconnue dans les relations internationales. Nous sommes prêts à développer des relations d'amitié et de coopération avec le reste du monde sur la base du principe d'une seule Chine.

Je tiens à dire que nous entretenons une coopération amicale avec de nombreux pays sur la base d'avantages mutuels. Une telle coopération est dans l'intérêt non seulement de la Chine, mais également de ces pays eux-mêmes. Cette coopération a apporté des avantages tangibles aux populations locales et continuera d'être bien accueillie par celles-ci. Elle ne peut pas être discréditée par des attaques ou des calomnies.

Q : Selon un reportage de l'agence Reuters, le dirigeant chinois a fait des commentaires sur la guerre commerciale avec les Etats-Unis hier soir lors d'un dîner au Grand Palais du Peuple. Avez-vous lu cela ?

R : Je n'ai pas encore vu le reportage. Le correspondant de Reuters a-t-il vu cela ? (Le correspondant de Reuters...)

Journaliste : Selon le reportage, le dirigeant chinois a déclaré ceci : « Nous travaillerons avec la partie américaine à la conclusion d'un accord de phase I sur la base du respect mutuel et de l'égalité. Si nécessaire, nous riposterons. Mais nous travaillons activement pour éviter la guerre commerciale. Nous n'avons pas initié cette guerre commerciale et ce n'est pas quelque chose que nous voulons. »

R : Si vous souhaitez vérifier la véracité de ce reportage, vous devez vous adresser au correspondant de Reuters. (Le correspondant de Reuters a ri.)

En ce qui concerne la position de la Chine sur les questions économiques et commerciales sino-américaines, je peux vous dire clairement que la Chine et les Etats-Unis restent toujours en communication étroite. Nous espérons que les Etats-Unis travailleront avec la Chine pour trouver une solution sur la base du respect mutuel, de l'égalité et des avantages mutuels. Cela sert les intérêts des deux parties et du reste du monde.

Q : Je veux poser cette question puisque le Wall Street Journal ne le fera pas. Selon le reportage publié hier par le Wall Street Journal, la Chine a invité le Représentant américain du Commerce, Robert Lighthizer, et le Secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, à Beijing pour un nouveau cycle de consultations économiques et commerciales avant la fête de Thanksgiving. Pourriez-vous confirmer cela et avez-vous des commentaires ?

R : Le Porte-parole du Ministère chinois du Commerce a répondu aux questions liées aux consultations économiques et commerciales sino-américaines hier lors d'un point de presse.

Vous devriez savoir qu'ici, je n'ai qu'une réponse de principe quant aux consultations économiques et commerciales. En ce qui concerne les questions concrètes, y compris l'organisation des consultations, je vous renvoie au Ministère du Commerce pour plus d'informations.

Q : Les navires de la marine américaine ont mené des opérations de « liberté de navigation » en mer de Chine méridionale pendant deux jours consécutifs les 21 et 22 novembre. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : Le 20 novembre, le navire de combat littoral américain Gabrielle Giffords est entré illégalement dans les eaux adjacentes des îles Nansha en Chine sans l'autorisation du gouvernement chinois. Le matin du 21 novembre, le destroyer américain Wayne E. Meyer est entré sans autorisation dans les mers territoriales chinoises au large des îles Xisha. Le Commandement du Théâtre Sud de la Chine a légalement suivi, vérifié et identifié ces navires et les a avertis.

Le comportement des Etats-Unis a gravement porté atteinte à la souveraineté et aux intérêts de la Chine en matière de sécurité, ainsi qu'à la paix et à la stabilité en mer de Chine méridionale. Nous nous y opposons fermement. La Chine a fait des représentations sévères et de fortes protestations auprès de la partie américaine.

La Chine respecte et garantit la liberté de navigation et de survol de tous les pays en mer de Chine méridionale conformément au droit international. Cela dit, nous nous opposons fermement à ce qu'un quelconque pays sape la souveraineté et la sécurité de la Chine sous le prétexte de la liberté de navigation. Actuellement, la situation en mer de Chine méridionale est généralement stable et toutes les parties concernées se concentrent sur le dialogue et la coopération. Nous exhortons les Etats-Unis à mettre immédiatement un terme à ces provocations afin d'éviter toute atteinte à la paix et à la tranquillité régionales. La Chine prendra toutes les mesures nécessaires pour sauvegarder la souveraineté et la sécurité nationales ainsi que la paix et la stabilité en mer de Chine méridionale.

Q : L'ancien Chef des services de renseignement australiens, Duncan Lewis, a déclaré que la Chine voulait prendre le contrôle du système politique australien par une campagne d'espionnage systémique. Je me demande si ces remarques ont une certaine crédibilité, car il y a eu des allégations répétées selon lesquelles la Chine tenterait d'influencer des personnalités politiques en Australie.

R : Nous avons répondu à de nombreuses reprises à des remarques similaires. Je ne veux pas me répéter encore et encore.

Je veux simplement rappeler à certaines personnes en Australie d'avoir un peu plus confiance en leur système politique.

Suggest To A Friend
  Print