Page d'accueil Dernières Nouvelles Infos sur le Consulat Général Infos sur la circonscription Affaires consulaires Contactez-nous
Conférence de presse du 26 septembre 2019 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2019/09/26

Q : Hier, les États-Unis ont sanctionné plusieurs sociétés pétrolières chinoises et des individus chinois pour avoir transporté du pétrole iranien. Avez-vous des commentaires à faire à ce sujet ? Le gouvernement chinois empêchera-t-il les entreprises chinoises de transporter du pétrole iranien ?

R : La Chine exprime sa profonde indignation et sa ferme opposition aux sanctions américaines touchant les entreprises et les particuliers chinois. La Chine s'oppose fermement à l'imposition par les États-Unis de sanctions unilatérales et d'une prétendue « juridiction au bras long » et à leur répression arbitraire et intimidante contre les entreprises chinoises.

La Chine a souligné à plusieurs reprises que la coopération normale entre l'Iran et la communauté internationale, y compris la Chine, dans le cadre du droit international, était légale et légitime, et devait donc être respectée et protégée. Les États-Unis, en faisant fi des droits et des intérêts légitimes de toutes les parties, ont imposé des sanctions de manière arbitraire, ce qui constitue une violation flagrante des normes fondamentales régissant les relations internationales, et va à l'encontre de la tendance de notre époque et de la volonté des peuples. Nous exhortons les États-Unis à corriger immédiatement leurs actes erronés. La Chine a pris et continuera de prendre les mesures nécessaires pour protéger les droits et intérêts légitimes de ses entreprises.

Q : Selon The Globe and Mail, les services de renseignement canadiens ont classé la Chine et la Russie parmi les pays instrumentalisant la « culture d'ouverture » des universités pour acquérir du savoir-faire et des technologies. Il a également déclaré que l'espionnage chinois représentait le défi le plus important et le plus évident pour les universités canadiennes. Quel est le commentaire chinois à ce sujet ?

R : Ces propos sont purement imaginaires, avec des intentions malveillantes. Je tiens à insister sur le fait que de nos jours, au 21e siècle, il est impossible de faire progresser la science et la technologie sans coopération internationale, et que les échanges socioculturels sont une tendance irrésistible de notre époque. Les échanges socioculturels entre la Chine et le Canada sont favorables au renforcement de la connaissance et de la compréhension entre les deux peuples et correspondent aux intérêts fondamentaux des deux pays.

Face aux difficultés actuelles dans les relations bilatérales, nous exhortons ce petit nombre de Canadiens à abandonner leur mentalité de la guerre froide et leurs préjugés idéologiques et à faire davantage pour améliorer les relations bilatérales, et non le contraire.

Q : Le 23 septembre, le Premier Ministre pakistanais Imran Khan a déclaré dans une interview que la Chine avait offert au Pakistan de formidables opportunités de développement pour son économie et qu'il n'y avait pas de soi-disant « compromis » derrière cette coopération économique. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : La Chine salue hautement l'appréciation positive des relations sino-pakistanaises du Premier Ministre Imran Khan lors de son interview et partage tout à fait son opinion.

La Chine et le Pakistan sont des partenaires de coopération stratégiques qui résistent à toute épreuve, avec une confiance mutuelle, une compréhension réciproque et un soutien mutuel. L'amitié sino-pakistanaise est indestructible. Actuellement, les relations sino-pakistanaises connaissent un élan favorable de développement, comme en témoignent les échanges fréquents de haut niveau et la coopération mutuellement avantageuse qui s'approfondissent et s'élargissent sans discontinuer. La construction du corridor économique Chine-Pakistan a donné des résultats fructueux et a produit des effets positifs sur les plans économique et social, permettant de stimuler vigoureusement le développement national du Pakistan et l'amélioration des conditions de vie de sa population. La coopération d'amitié entre la Chine et le Pakistan est dans l'intérêt commun des deux pays et profite à la préservation de la paix, de la stabilité, de l'équité et de la justice internationales. Nous sommes prêts à travailler de concert avec le Pakistan pour remporter de nouveaux progrès dans les relations bilatérales et créer une communauté de destin plus étroite dans la nouvelle ère.

Q : L'économiste bulgare Kristalina Gerorgieva, qui était auparavant directrice générale de la Banque mondiale, a été officiellement élue nouvelle directrice générale du Fonds monétaire international (FMI). Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : Nous félicitons Mme Georgieva pour son élection au poste de directrice générale du FMI. Nous constatons que Mme Georgieva, qui possède une riche expérience de travail dans des organisations internationales, est la première directrice générale du FMI issue d'une économie émergente depuis la création de cette organisation en 1944.

Le FMI est une institution importante de la gouvernance économique mondiale. Nous souhaitons qu'il joue un rôle important, sous la direction de la nouvelle directrice générale, pour maintenir la stabilité économique et financière mondiale, améliorer la gouvernance économique mondiale, soutenir le multilatéralisme et une économie mondiale ouverte, et augmenter encore la représentativité et la voix au chapitre des marchés émergents et des pays en développement. La Chine est disposée à continuer de renforcer sa coopération étroite avec le FMI.

Q : Premièrement, le Comité des relations extérieures du Sénat et celui de la Chambre des représentants du Congrès américain ont formellement adopté la « proposition de loi sur les droits de l'homme et la démocratie de Hong Kong ». Quel est le commentaire chinois à ce sujet ? Deuxièmement, le Comité des relations étrangères du Sénat américain a adopté la « proposition de loi sur l'initiative de protection et de renforcement des alliés taiwanais (« loi Taipei »), qui propose de réduire les contacts diplomatiques avec les pays qui ont rompu ou envisagent de rompre leurs « relations diplomatiques » avec les autorités taiwanaises. Quel est le commentaire chinois à ce sujet ? Quel est le commentaire chinois quant à l'adoption de ces deux propositions de loi à un tel moment ?

R : Aujourd'hui au petit matin, heure de Beijing, le Comité des relations extérieures du Sénat et celui de la Chambre des représentants du Congrès américain ont adopté la proposition de loi sur les « droits de l'homme et la démocratie de Hong Kong ». La partie chinoise a immédiatement réagi à cette affaire, la réponse est disponible sur le site Web du Ministère chinois des Affaires étrangères. L'avez-vous lue ? Si nécessaire, je vais répéter notre réponse. (Le journaliste a acquiescé d'un signe de tête.)

En adoptant la proposition de loi en question, le comité des relations extérieures du Sénat et celui de la Chambre des représentants du Congrès américain ont fait du tapage autour des forces radicales et des éléments violents de Hong Kong et sont intervenus de manière flagrante dans les affaires intérieures de la Chine. La Chine exprime sa profonde indignation et sa ferme opposition à cela.

Depuis le retour de Hong Kong à la souveraineté chinoise, les principes d'« un pays, deux systèmes », de « gestion de Hong Kong par les Hongkongais » et d'un haut degré d'autonomie ont été mis en œuvre, et les droits et libertés des habitants de Hong Kong sont pleinement garantis conformément à la loi. Cependant, la situation à Hong Kong a complètement changé de nature autour de la révision de l'ordonnance sur les criminels fugitifs depuis les trois derniers mois. Sous l'instigation et avec l'indulgence de forces extérieures et de forces anti-chinoises cherchant à déstabiliser Hong Kong, des forces radicales et des auteurs d'infractions violentes ont perturbé de manière flagrante l'ordre social, vandalisé des installations publiques, attaqué la police et perpétré des actes de violence, de saccage et de destruction par incendies. Ces comportements ont largement dépassé le cadre des manifestations ou rassemblements normaux. Ils ont foulé aux pieds la limite morale, franchi la ligne rouge de la primauté du droit, et dépassé la limite du principe d'« un pays, deux systèmes ». Mettre fin à la violence et au chaos et rétablir l'ordre est devenu le consensus le plus large et l'appel le plus fort de tous les milieux sociaux à Hong Kong.

Les comités des relations extérieures du Sénat et de la Chambre des représentants du Congrès américain, en fermant les yeux devant les actes ignobles des forces radicales et violentes de Hong Kong, en ignorant les revendications des divers secteurs de la société hongkongaise et les normes fondamentales régissant les relations internationales, ont tenu à adopter la proposition de loi susmentionnée liée à Hong Kong, ce qui constitue une ingérence grossière dans les affaires intérieures de la Chine, et révèle pleinement les mauvaises intentions de certains parlementaires américains de perturber Hong Kong et d'endiguer le développement de la Chine.

Je tiens à souligner ici qu'il y a plus de 80 000 Américains qui vivent à Hong Kong, plus de 1 300 entreprises américaines et d'importants investissements américains à Hong Kong. L'adoption de la proposition de loi concernée par les comités des relations extérieures du Sénat et de la Chambre des représentants du Congrès américain ne fera qu'accroître l'arrogance des forces radicales et des éléments violents de Hong Kong et perturber davantage Hong Kong, ce qui portera préjudice non seulement aux intérêts de la Chine, mais également à ceux des États-Unis. Personne ne doit sous-estimer la ferme volonté et la détermination de la Chine de défendre la souveraineté nationale, la sécurité et les intérêts du développement, de mettre en œuvre le principe d'« un pays, deux systèmes » et de préserver la prospérité et la stabilité de Hong Kong. Tout acte américain visant à nuire aux intérêts de la Chine fera l'objet de notre riposte vigoureuse.

Je dois souligner à nouveau que la Chine exhorte vivement certains membres du Congrès américain à bien appréhender la situation, à cesser immédiatement de faire avancer la révision de la proposition de loi concernant Hong Kong et de s'immiscer dans les affaires de Hong Kong, afin d'éviter de nuire davantage aux relations sino-américaines.

Concernant l'adoption de la « proposition de loi Taipei » par le comité des relations extérieures du Sénat américain, je voudrais souligner que la proposition de loi concernée enfreint gravement le principe d'une seule Chine et les trois communiqués conjoints sino-américains, ainsi que le droit international et les normes fondamentales régissant les relations internationales, et s'immisce grossièrement dans les affaires intérieures de la Chine. La Chine s'y oppose fermement. Le principe d'une seule Chine est la volonté du peuple et la tendance irrésistible de l'époque, ainsi que le consensus de la communauté internationale. Le nombre de pays ayant établi des relations diplomatiques avec la Chine a atteint 179 dans le monde. Les États-Unis, qui ont établi des relations diplomatiques avec la Chine il y a 40 ans, empêchent aujourd'hui d'autres pays souverains d'établir des relations interétatiques normales avec la Chine. C'est déraisonnable et illogique.

Nous exhortons les États-Unis à respecter le principe d'une seule Chine et les trois communiqués conjoints sino-américains, à cesser immédiatement de faire avancer la révision de la proposition de loi négative relative à Taiwan, et à gérer de manière prudente et appropriée les questions liées à Taiwan, afin de ne pas nuire aux relations sino-américaines, à la paix et à la stabilité dans le détroit de Taiwan.

En ce qui concerne toutes les évolutions négatives au Congrès américain ces derniers temps, vous pouvez lire le discours prononcé par le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi lors d'un dîner tenu par des institutions américaines le 24 septembre dans la soirée, heure locale. Ce discours expose la position et les propositions de la Chine sur le développement des relations sino-américaines. Je vous suggère de le lire attentivement.

Ce que je veux dire ici, c'est que nous espérons que les États-Unis déploieront des efforts dans le même sens que la Chine, géreront les divergences sur la base du respect mutuel, et élargiront leur coopération sur la base des avantages mutuels afin de faire progresser les relations sino-américaines fondées sur la coordination, la coopération et la stabilité.

Q : Nous avons remarqué que le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi avait récemment publié un article intitulé « Inscrivons une page magnifique dans les annales de la diplomatie de grand pays à la chinoise » dans le Quotidien du Peuple, soulevant de vives discussions dans les différents milieux de la société sur la diplomatie chinoise. Quel est votre point de vue à ce sujet ?

R : L'article signé du Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi et publié dans le Quotidien du Peuple passe en revue le chemin extraordinaire parcouru par la diplomatie chinoise, et les progrès remarquables réalisés dans ce domaine depuis la fondation de la République populaire de Chine. Il a attiré une haute attention des différentes parties. Mes collègues et moi sommes profondément émus et encouragés par la reconnaissance et les éloges sur les progrès réalisés dans les activités diplomatiques de la Chine. Vos attentes et votre vision de la diplomatie chinoise nous rappellent que nous sommes chargés d'une lourde responsabilité.

La diplomatie chinoise, qui progresse dans un esprit de créativité, a obtenu des résultats fructueux. Nous poursuivons la politique d'indépendance et de développement pacifique, nous défendons résolument la souveraineté nationale et les intérêts de sécurité et de développement, sans jamais rechercher notre propre développement aux dépens des intérêts des autres pays. Sur la scène internationale, nous préservons l'équité et la justice et défendons le multilatéralisme, la libéralisation, l'ouverture et la coopération gagnant-gagnant. Nous insistons pour jouer un rôle actif dans les affaires internationales en apportant la « sagesse chinoise » à la réforme du système de gouvernance mondiale, en contribuant la « force chinoise » à la médiation des problèmes internationaux d'actualité brûlante et en insufflant la « confiance chinoise » au développement économique mondial. La Chine n'est jamais absente et ne reculera jamais pour aider les autres pays et s'acquitter de la responsabilité qui incombe à un grand pays.

Pendant les 70 dernières années, le nombre de pays ayant établi des relations diplomatiques avec la République populaire de Chine est passé de 18 à sa fondation à 179 de nos jours, et 110 partenariats de différents types ont été noués. Nous gagnons un nombre croissant d'amis. De plus en plus de propositions chinoises ont été reconnues comme un consensus international et de plus en plus de solutions chinoises ont été mises en œuvre par le biais d'actions internationales. L'histoire a prouvé et continuera de prouver que le développement de la Chine représente des opportunités pour le monde et que la Chine est toujours un acteur de la paix mondiale, un contributeur du développement planétaire et un défenseur de l'ordre international.

En se plaçant sur le nouveau point de départ historique représenté par le 70e anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine, la diplomatie chinoise poursuivra la voie du développement pacifique, continuera à nouer des partenariats internationaux, poursuivra une coopération de haute qualité dans le cadre de l'initiative « la Ceinture et la Route » et participera activement à la réforme du système de gouvernance mondiale en intégrant son développement à celui du monde entier. Nous entendons travailler de concert avec les différentes parties pour défendre le système international centré sur l'ONU, et l'ordre mondial fondé sur le droit international, promouvoir ensemble la paix, la stabilité, le développement et la prospérité mondiaux, et bâtir une communauté de destin pour l'humanité.

Q : Selon le Bureau tchèque de la sécurité de l'Internet et de l'information, la Chine aurait été à l'origine d'une importante attaque informatique contre un département clé du gouvernement tchèque l'année dernière. Avez-vous des commentaires à faire à ce sujet ?

R : La Chine s'oppose toujours aux cyberattaques sous toutes leurs formes. Nous estimons toujours que la communauté internationale doit défendre conjointement la cybersécurité par le dialogue et la coopération sur la base du respect mutuel, de l'égalité et des avantages mutuels.

Suggest To A Friend
  Print